Dénutrition du sujet âgé prévention et prise en charge

  • Published on
    03-Apr-2015

  • View
    106

  • Download
    3

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li> Page 1 </li> <li> Dnutrition du sujet g prvention et prise en charge </li> <li> Page 2 </li> <li> Les besoins nutritionnels du SA (1) 2 2,5 l d eau/j (50% boissons) 1800 Kcal (moyenne)/j ou 30Kcal/Kg/j 60% mtabolisme de base 10% effet thermique des aliments 20% (facteur de variabilit) pour activit physique Rpartition GLP Protines : 12% soit 1,1 1,2 g/kg/j (60% P animales) Glucides 50% (privilgier glucides complexes) Lipides : 38% Corpus de griatrie,Tome 1,2000 </li> <li> Page 3 </li> <li> Les besoins nutritionnels du SA (2) Vitamines idem adultes (carences vit D et B en institution) Minraux Calcium :1200mg/j (4 produits laitiers/j) Magnsium : 6mg/kg/j (Chocolat, fruit sec, fruits de mer) Fer : 912 mg/j Phosphore : 450 mg/j Oligolments Zinc : 9 12 mg (hutres, produits carns) Une alimentation rgulire &gt; 1500 Kcal/j couvre les besoins Corpus de griatrie,Tome 1,2000 </li> <li> Page 4 </li> <li> Les fausses ides reues (1) Sur les apports en gnral Les personnes ges nont pas besoin de manger autant que les jeunes A mon ge, il nest plus besoin de faire autant de repas quavant Si je mange ce soir, je vais mal dormir Au sujet des laitages Le lait, cest fait pour faire grandir les enfants Le lait est indigeste Le lait donne de la diarrhe Le lait crm est moins riche en calcium que le lait entier Le gruyre est un fromage de rgime Les yaourts dcalcifient les os </li> <li> Page 5 </li> <li> Les fausses ides reues (2) Au sujet des aliments protiques Les ufs font mal au foie et donnent de lalbumine Le foie de veau est le plus nourrissant La viande blanche est moins nourrissante que la viande rouge Le poisson nourrit moins que la viande Il nest pas utile de manger du poisson ; mon ge, la mmoire ne reviendra plus Au sujet des glucides Les fruits et lgumes crus font mal au ventre Les pinards sont riches en fer Les fruits et lgumes sont moins bons en conserve ou en surgels Les biscottes ne font pas grossir Le pain fait grossir Les fculents constipent Le chocolat est dangereux et constipe </li> <li> Page 6 </li> <li> Lvaluation du statut nutritionnel Interrogatoire Perte de poids Quantification des apports Mini Nutritional Assessment (MNA) Critres anthropomtriques poids, Indice de Masse Corporelle (poids/taille2) Impdancemtrie (circonfrences du mollet et brachiale, plis cutans) </li> <li> Page 7 </li> <li> Quantification des apports alimentaires Questionnement sur lalimentation des 24 dernires heures Feuille dtaille de surveillance alimentaire (3 7 jours) Histoire alimentaire Pese des plateaux (pour la recherche lhpital) </li> <li> Page 8 </li> <li> Page 9 </li> <li> Les critres anthropomtriques Le poids Cassure de la courbe de poids ? Index de masse corporelle (IMC ou BMI) Poids / Taille Dnutri si BMI 20 La circonfrence brachiale Le pli cutan tricipital. </li> <li> Page 10 </li> <li> Les indicateurs biologiques Albumine (nle 40g/l) Marqueur de dnutrition chronique Facteur pronostique Pralbumine (Transthyrine) Baisse rapidement lors des dnutritions et des inflammations Critre defficacit dune renutrition CRP (nle 20mg/l) Marqueur dinflammation aigu Permet de dissocier une infection dune autre inflammation Orosomucode Marqueur dinflammation chronique Utile pour dissocier une gurison dun passage la chronicit. Taux de lymphocytes sanguins </li> <li> Page 11 </li> <li> Des causes multifactorielles de dnutrition Vieillissement Affections Mdicaments et rgimes Environnement Malnutri tion </li> <li> Page 12 </li> <li> Vieillissement Modification de la composition corporelle Anorexie du sujet g Intervention hormones et neuromdiateurs Perte de la sensation de soif Modification du got (sucr+++) Etat buccodentaire 3% des 80+ ont une denture saine 50% dentation complte Hypochlorhydrie gastrique Malabsorption digestive scrtion enzymes de digestion Bonin-Guillaume S., Neuropsychogriatrie, 2002 </li> <li> Page 13 </li> <li> Affections Dpression +++ Syndromes infectieux et inflammatoires Intervention chirurgicale Noplasies Pathologies digestives Affections chroniques invalidantes Escarres. </li> <li> Page 14 </li> <li> Lenvironnement Isolement matriel et affectif Perte d autonomie Hospitalisation Revenus prcaires Sjour en institution Domicile inadapt. </li> <li> Page 15 </li> <li> Mdicaments et rgimes Polymdication Rgime sans sel Rgime sans fibres Rgime sans sucre Rgime sans graisses Ides reues et tabous alimentaires. </li> <li> Page 16 </li> <li> Les douze signes dalerte (1) Revenus insuffisants Perte dautonomie physique ou psychique Veuvage, solitude, tat dpressif Problmes bucco-dentaires Rgimes Troubles de la dglutition Deux repas par jour </li> <li> Page 17 </li> <li> Les douze signes dalerte (2) Constipation &gt; 5 mdicaments par jour Perte de 2 kg dans le dernier mois ou de 4 kg dans les 6 derniers mois Albuminmie &lt; 35 g/l, cholestrol &lt; 1,6 g/l Toute maladie aigu Aucun de ces signes n voquent lui seul une dnutrition </li> <li> Page 18 </li> <li> Facteur indpendant de surmortalit : RR: 2,53 (IC95%: 1,55-5,25) Augmentation des cots de sant (jour) : +60,5% (138$ vs 228$/pt) Augmentation de la dure dhospitalisation 16.724.5 vs 10.111.7 (jours) Frquence pathologies infectieuses X2 Consquences MPE (1) Covinski et al.,Ann Intern Med. 1999130:563-569; Isabel M, et al, Clinical Nutrition (2003) 22(3): 235239 </li> <li> Page 19 </li> <li> Consquences de la MPE (2) Escarres Troubles fonctions immunitaires Infections Fracture Troubles cognitifs Surdosage mdicamenteux Anmie Faiblesse musculaire Fatigue dme Dcs </li> <li> Page 20 </li> <li> Page 21 </li> <li> Mesures prventives valuation rgulire du poids, MNA, biologie (Albuminmie) viter les rgimes stricts et rvaluer tous les rgimes viter la polymdication Lutter contre les fausses ides reues Maintenir un nombre de repas suffisants (3 principaux et 2 collations) Prserver la convivialit des repas Activit physique rgulire (maintien du capital musculaire) </li> <li> Page 22 </li> <li> Stratgie Nutritionnelle ALIMENTATION ORALE repas enrichis complments alimentaires (10h-16h-21h) Pas la place de...mais en plus de... </li> <li> Page 23 </li> <li> Stratgie Nutritionnelle ALIMENTATION ARTIFICIELLE Alimentation entraleAlimentation parentrale Sonde naso-gastriqueVoie veineuse centrale Dure limite Voie naturelle Risque reflux Dure limite C I voie entrale Risque infectieux Sonde de gastrostomie Portacath Dure illimite Peu d effets secondaires Dure illimite Peu de risque infectieux </li> <li> Page 24 </li> <li> Complications nutrition entrale Mortalit (8%) et morbidit (22%) prcoces ( </li> <li> Indications de la GPE Pronostic &gt; 4 semaines Obstruction oesophagienne (tumeur bnigne ou maligne) Dysphagie sans obstruction (AVC, paralysie pseudobulbaire) Refus alimentaire (dpression mlancolique)? Alimentation associe au cours de chimiothrapie ou radiothrapie </li> <li> Page 27 </li> <li> Efficacit de la renutrition Apptit Gurison des infections Cicatrisation des escarres Reprise de la force musculaire Augmentation de la pralbumine et albumine et diminution de CRP </li> <li> Page 28 </li> <li> Dimension thique Amliorer le pronostic Eviter les complications Assurer le confort </li> <li> Page 29 </li> <li> Cas clinique Madame X 85 ans est hospitalise pour une infection pulmonaire basse. Le problme infectieux est en voie de rsolution aprs 48 heures dantibio. ATCD: insuffisance cardiaque, tat anxiodpressif et mise en place de prothse totale de hanche il y a 1 an suite une fracture. </li> <li> Page 30 </li> <li> Cas clinique TTT actuel: lasilix et augmentin Mme X est apyrtique mais reste asthnique et anorexique. On note un amaigrissement de 2 kg en 1 mois avec un poids de 48 kg pour 1,65 m. Difficults se lever de son sige mais station debout possible. </li> <li> Page 31 </li> <li> Cas clinique Que pensez-vous de ltat gnral de cette patiente? </li> <li> Page 32 </li> <li> Cas clinique Existence dune malnutrition protino- nergtique par hypercatabolisme IMC &lt; 18 Perte de poids Anorexie Episode infectieux rcent </li> <li> Page 33 </li> <li> Cas clinique Que demandez-vous la patiente concernant ses habitudes? </li> <li> Page 34 </li> <li> Cas clinique Enqute alimentaire au mieux sur 3 jours Echelle MNA </li> <li> Page 35 </li> <li> Cas clinique Quelles constantes biologiques peuvent vous aider? </li> <li> Page 36 </li> <li> Cas clinique Albumine Pralbumine CRP </li> <li> Page 37 </li> <li> Cas clinique Quelles consquences redoutez-vous? </li> <li> Page 38 </li> <li> Cas clinique Risque de fonte musculaire aggrave ou sarcopnie Risque de chutes et de perte dautonomie Risque descarres Nouvel pisode infectieux </li> <li> Page 39 </li> <li> Cas clinique Quels moyens peut-on proposer? </li> <li> Page 40 </li> <li> Cas clinique Couvrir les besoins nergtiques minimum de 1700Kcal/j Supplments oraux si ncessaire Voire nutrition entrale viter la nutrition parentrale car insuffisance cardiaque </li> </ul>

Recommended

View more >