53

GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

  • Upload
    ddpme

  • View
    343

  • Download
    20

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Réédition intégrale en fac-similé des articles publiés dans La Gnose,revue fondée en France voici un siècle en novembre 1909 et interrompue dans sa troisième année en février 1912. Le premier numéro de La Gnose paraît en novembre 1909. Son Directeur est René Guénon, sous son nom gnostique de Palingénius, qui s'entoure de collabo-rateurs de qualité tels Abdul-Hâdi (Yvan Aguéli), Matgioi, Oswald Wirth, Fabre d'Olivet.

Citation preview

Page 1: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912
Page 2: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

La Gnose:R ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 2

commander --> www.ddpme.com

Page 3: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

LLAA GGNNOOSSEE

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 3

commander --> www.ddpme.com

Page 4: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 4

commander --> www.ddpme.com

Page 5: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

COLLECTION LE CHEMIN DU CINABRE

LL AA GG NN OO SS EEÉ D I T I O N I N T É G R A L E

1 9 0 9 - 1 9 1 2

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 5

commander --> www.ddpme.com

Page 6: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

©© EE dd ii tt ii oo nn ss dd ee ll ’’ hh oo mm mm ee ll ii bb rr ee ..26, RUE DES RIGOLES 75020 PARIS

CATALOGUE SUR DEMANDEDÉPÔT LÉGAL DÉCEMBRE 2009.

ISBN : 978-2-912104-70-XEAN:9782912104700.

IMPRIMÉ AU LIBANINTERNET : www.éditions-hommelibre.com

[email protected]

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 6

commander --> www.ddpme.com

Page 7: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912
Page 8: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

PRÉFACE DE PATR ICK MARCELOT

Nombreux sont ceux de divers horizons qui ontexprimé le souhait d’une réédition intégrale desarticles publiés dans La Gnose, revue fondée en

France voici un siècle en novembre 1909 et interrompue danssa troisième année en février 1912. Cette réédition est aujour-d’hui chose faite, avec la présente reproduction en fac-similéd’une collection reliée des 26 fascicules de cette revue men-suelle. La collection se présente en deux parties : l’une couvreles 14 mois de la première année (de novembre 1909 àdécembre 1910) avec 12 livraisons dont deux numérosdoubles (n° 9 de juillet-août 1910 et n° 10 de septembre-octobre 1910) ; l’autre réunit les 12 livraisons de la deuxièmeannée (1911) et les deux de la troisième (1912 ; n° 1 de janvieret n° 2 de février), chacune de ces trois années commençantpar le numéro 1.

La naissance de La Gnose résulte d’un faisceau de circons-tances complexes, et « cristallise » en quelque sorte uneconfrontation entre deux conceptions radicalement diffé-rentes voire incompatibles : l’une récente, d’esprit occidental« moderne », est illustrée en l’occurrence par la mentalité de

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 7

commander --> www.ddpme.com

Page 9: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

II

la « Belle Époque » consécutive à la Renaissance et au « Siècledes Lumières », où l’homme, niant tout principe supra-humain,exalte son individualité et se fait la mesure de toutes choses entous domaines ; l’autre immémoriale, d’esprit oriental, placéedans l’ordre de l’intellectualité pure et dégagée de toutes lescontingences individuelles, est animée par un retour au cœurde l’unique et même Vérité qui, au-delà des formes, fonde toutetradition authentique et où l’homme est mis à sa juste place.

Le milieu effervescent de la « Belle Époque » se caractérise,outre que sur le plan artistique et littéraire,11 par une proliférationde mouvements divers qui vont du spiritisme à l’occultisme enpassant par le théosophisme, sans compter la multiplicité indéfi-nie des sectes religieuses ou pseudo-religieuses et autres systèmesvisant à l’originalité. Ces mouvements dits « néo-spiritualistes »touchèrent – passage quasi obligé – la plupart des organisations àprétentions intellectuelles ou spirituelles, voire authentiquementtraditionnelles et initiatiques comme la Franc-Maçonnerie : ilsvont de l’Église Gnostique 22 de Papus (Dr Gérard Encausse) 33 ou

1.– La vie du « Paris occultiste » se confond avec celle du Paris de la BelleÉpoque ainsi qu’avec l’effervescence du symbolisme artistique et littéraire etdes recherches esthétiques de Mallarmé et de Villiers de l’Isle-Adam.

2.– L’Église Gnostique a été fondée, en 1890, par Jules-Benoît StanislasDoinel (né à Moulins, dans l’Allier, le 8 décembre 1842, décédé subitementdans la nuit du 16 au 17 mars 1902) ; il en fut le Patriarche sous le nom de!! Valentin (!! signant le patriarcat gnostique). Reçu, comme Apprenti, auGrand Orient de France, il accédera à la Maîtrise en avril 1886 et deviendramembre du Conseil de l’Ordre de cette Obédience (cf. La Gnose, premièreannée, n° 5 : Palingénius, « La Gnose et la Franc-Maçonnerie »). Il prendrases distances avec la Franc-Maçonnerie au cours des années 1890. Il fut aussimembre de l’Ordre martiniste. Il s’adonna également au spiritisme.

3.– Gérard Encausse, dit Papus (né le 13 juillet 1865 à La Corogne enEspagne – décédé le 25 octobre 1916 à Paris) passa toute sa jeunesse à Paris oùil fut reçu docteur en médecine en juillet 1894. Il se donna pour tâche, à par-tir de 1886, de lutter contre le scientisme de l’époque en développant une doc-trine inspirée des « ésotéristes » occidentaux de l’époque dont Antoine Fabred’Olivet et Alexandre Saint-Yves d’Alveydre. Il s’affilia à de nombreuses asso-ciations à prétention initiatique : le Martinisme de Henri Delaage (en

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 8

commander --> www.ddpme.com

Page 10: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

III

de Fabre des Essarts, aux théosophistes de Mme Blavatsky, 44 auxalchimistes de Jollivet-Castelot, aux kabbalistes, aux Maçons del’Ordre martiniste55 de Papus, etc.

À contre-courant s’élèvent au début du XXe SIÈCLE quelques figuresde premier plan :

René Guénon, dont l’œuvre publique, commencée dès 1909 sousle nom de Palingénius dans les quatre premiers numéros de La Gnoseavec « Le Démiurge », va contribuer à faire place nette des « néo-spi-ritualismes » en tous genres (cf. : Le Théosophisme, Histoire d’une

3.– (suite) 1882), la Hermetic Brotherhood of Luxor de Max Théon (vers1885), la Société Théosophique de Helena Blavatsky (en 1887), l’OrdreKabbalistique de la Rose-Croix de Péladan et Guaita (en 1888), l’ÉgliseGnostique de Jules Doinel (en 1892), le Hermetic Order of the GoldenDown (en 1895), la Franc-Maçonnerie (vers 1900), le Rite Swedenborgien(en 1901), le Rite de Memphis-Misraïm (en 1908)… Il se défendait d’être unthaumaturge ou un inspiré mais se présentait comme un savant, un expéri-mentateur.

4.– Helena Petrowna von Hahn, plus connue sous le nom d’HelenaBlavatsky (née le 30 juillet 1831 en Russie, décédée le 8 mai 1891 à Londres)est à l’origine de la Société Théosophique fondée le 7 septembre 1875 à NewYork (officiellement le 1er novembre 1875) et d’un courant à prétention éso-térique qu’elle appellera « Théosophie ». Grande voyageuse, elle prétendposséder des pouvoirs paranormaux. René Guénon considère leThéosophisme comme étant « une erreur des plus dangereuses pour la men-talité contemporaine » (cf. : Le Théosophisme, histoire d’une pseudo-reli-gion, paru en 1921 aux Éditions Traditionnelles, seconde édition, page 374).

5.– Fondé par Papus en 1888-1891, l’Ordre martiniste se réclamait desécrits de Louis-Claude de Saint-Martin dit le « Philosophe inconnu », quifinira par abandonner les rites maçonniques auxquels il était rattaché pourse tourner vers le mysticisme, et de Martinès de Pasqually qui fonda auXVIIIe SIÈCLE une forme spéciale de hauts grades superposés à la Maçonnerierégulière : l’Ordre des Élus Coëns, basé sur « un ensemble d’enseignementstraditionnels très précis » et auquel ne doit pas être attribué le nom deMartinisme (cf. R. Guénon, Études sur la Franc-Maçonnerie et leCompagnonnage, Éditions Traditionnelles, tome I, 1975 : « Un nouveaulivre sur l’Ordre des Élus Coëns » et « L’énigme de Martinès de Pasqually » ;ibid., tome II, 1976 : comptes rendus des ouvrages de G. de Chateaurhin –p. 81– et de L.-Cl. de Saint-Martin – p. 95 –, ainsi que « Quelques docu-ments inédits sur l’Ordre des Élus Coëns », pp. 229-231).

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 9

commander --> www.ddpme.com

Page 11: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

pseudo-religion, 1921, et L’Erreur spirite, 1925), puis à restaurer lesidées d’intellectualité vraie et d’ésotérisme à partir du point de vuemétaphysique ; en 1906, il était entré à l’« École des Sciences hermé-tiques » de Papus, devenant membre de l’Ordre martiniste et appar-tenant à la Hermetic Brotherhood of Luxor (H. B. of L.), sociétésecrète dépositaire de certaines connaissances effectives, mais toute-fois limitée et rentrée « en sommeil » assez rapidement ; puis il étaitentré à la Loge symbolique Humanidad, du Rite National Espagnoldont le Vénérable était Teder, 66 ainsi qu’au Chapitre et TempleI.N.R.I, du Rite Primitif et Originel Swedenborgien de John Yarker ;en 1908, il recevait le cordon de Kadosh du Rite Ecossais deMemphis-Misraïm ;

John Gustav Aguéli 77 – Ivan de son nom d’artiste –, initié auSoufisme sous le nom d’Abdul-Hâdi (« Serviteur du Guide ») par leShaykh Elîsh el-Kébir, haute figure de l’Islam sur les plans exotériqueet ésotérique, juridique et politique, à qui René Guénon dédiera LeSymbolisme de la Croix ; Aguéli et le Shaykh publièrent tous deux, àpartir de 1907, diverses contributions dans la revue arabo-italienneAn-Nadî / Il Convinto, dont celle du Shaykh Elîsh sur Ibn‘Arabî (« Le Prince de la Religion, le Grand Pôle spirituel, l’Étoilebrillante dans tous les siècles ») ;

Albert de Pouvourville, initié au taoïsme en 1910 sous le nom deMatgioi (« œil du jour » ou « soleil » en chinois) et qui fit connaîtreen Europe la métaphysique chinoise ; il publia notamment dans larevue La Voie deux études capitales pour l’époque et intitulées « LaVoie métaphysique » et « La Voie rationnelle » ;

6.– Henri-Charles Détré dit Téder (né à Vincennes le 27 mai 1855, décédéà Clermont-Ferrand le 26 septembre 1918) participe activement au déve-loppement de l’Ordre martiniste, dont il est élu Grand-Maître le26 novembre 1916, en succession de Papus. Il en maintient les faibles activi-tés au cours de la Grande Guerre et le rapproche de l’Église GnostiqueUniverselle de Jean Bricaud.

7.– John Gustav Agelii dit Ivan Aguéli (né le 2 mai 1869, décédé le1er octobre 1917) fut un peintre et un auteur traditionnel suédois. Aprèsavoir vécu à Stockholm, il s’installe à Paris dans les années 1890 et vivra éga-lement au Caire et à Colombo, capitale de Ceylan (devenu Sri Lanka en1972). Son œuvre de peintre s’apparente à l’école impressionniste et exerçaune influence importante sur l’art contemporain suédois.

IV

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 10

commander --> www.ddpme.com

Page 12: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

V

Léon Champrenaud, mêlé tout jeune à l’occultisme de Papus dont ils’écartera, fonda avec Pouvourville-Matgioi la revue La Voie qui parutde 1904 à 1907 et s’occupa ensuite de La Gnose (cf. la notice nécrolo-gique que R. Guénon rédigera dans Le Voile d’Isis en mai 1926, reprisedans Articles et comptes rendus, Éditions Traditionnelles 2002) ; ilentra en Islam sous le nom d’Abdul-Haqq (« Serviteur de la Vérité »),et écrivit en collaboration avec Pouvourville-Matgioi LesEnseignements secrets de la Gnose sous la signature gnostique com-mune de Simon-Théophane (TT Théophane pour L. Champrenaud, TTSimon pour A. Pouvourville, le « TT » ou tau étant le signe de l’épiscopatgnostique).

Début 1908, les membres de l’Ordre martiniste reçoivent, lorsd’une séance de « communication » par « écriture directe »,l’injonction de constituer un « Ordre du Temple » ayant pour chefRené Guénon, qui accepte ; le rituel de l’« Ordre du Temple rénové »(O.T.R.) sera du 23 février 1908 ; l’O.T.R. n’eut qu’une brève exis-tence. C’est lors du Congrès spiritualiste et maçonnique qui se tientquelque mois après, du 7 au 10 juin 1908, à l’initiative de Papus et quiréunit les représentants de diverses branches de l’occultisme et del’Ordre martiniste, que R. Guénon rencontre Fabre des Essarts,devenu Patriarche de l’Église Gnostique en 1896 sous le nom de !!Synésius après la défection du fondateur, Jules Doinel, et accepte saproposition de participer à la fondation de la revue La Gnose. Despropos « réincarnationnistes » étant tenus par Papus lors de cecongrès, René Guénon se désolidarise immédiatement.

Au commencement de l’année suivante 1909, René Guénon estintronisé évêque gnostique sous le nom de « Palingénius », évêqued’Alexandrie. À l’été 1909, Téder, furieux de la constitution del’O.T.R., monte contre R. Guénon une campagne qui entraînera saradiation de l’Ordre martiniste et des Loges affiliées. L’incident duCongrès avec Papus joint aux violentes attaques de Téder consom-mera la rupture de René Guénon avec les milieux papusiens. LaGnose est fondée à la fin de cette même année 1909.

** *

Si l’on s’arrête ici sur la période qui va de 1906 à 1909, on estfrappé par la succession et la puissance des événements survenus en

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 11

commander --> www.ddpme.com

Page 13: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

VI

un aussi bref laps de temps et ce autour d’un jeune homme d’à peine20 ans qui allait devenir Directeur de La Gnose à 23 ans. Nul n’amanqué de s’interroger sur sa « traversée » – que certains ont com-parée à une « descente aux enfers » – des organisations occultistes,antimaçonniques, pseudo-initiatiques ou contre-initiatiques commecelles évoquées, sur sa maîtrise doctrinale, sur ses « sources », etc.,envisageant tout cela d’un point de vue « extérieur ». René Guénons’exprimera lui-même plus tard à ces divers propos, coupant court àtoutes les gloses :

« […] nous n’avons pas à […] rendrecompte des raisons spéciales pour lesquellesnous avons dû, à une certaine époque, voirpar nous-même ce qu’il en était réellementde diverses organisations se qualifiant plusou moins justement d’“initiatiques” »(Comptes Rendus, Éditions Traditionnelles1973, pp. 120-121).

« Des investigations que nous avons dûfaire à ce sujet, en un temps déjà lointain,nous ont conduit à une conclusion formelleet indubitable que nous devons exprimer icinettement, sans nous préoccuper desfureurs qu’elle peut risquer de susciter dedivers côtés : si l’on met à part le cas de lasurvivance possible de quelques rares grou-pements d’hermétisme chrétien du MoyenÂge, d’ailleurs extrêmement restreints entout état de cause, c’est un fait que, detoutes les organisations à prétentions initia-tiques qui sont répandues actuellementdans le monde occidental, il n’en est quedeux qui, si déchues qu’elles soient l’une etl’autre par suite de l’ignorance et del’incompréhension de l’immense majoritéde leurs membres, peuvent revendiquer uneorigine traditionnelle authentique et une

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 12

commander --> www.ddpme.com

Page 14: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

transmission initiatique réelle : ces deuxorganisations, qui d’ailleurs, à vrai dire,n’en furent primitivement qu’une seule,bien qu’à branches multiples, sont leCompagnonnage et la Maçonnerie. Tout lereste n’est que fantaisie ou charlatanisme,même quand il ne sert pas à dissimulerquelque chose de pire » (Aperçus surl’Initiation, Éditions Traditionnelles, ch. V,p. 41, note 1).

« […] Si nous avons dû, à une certaineépoque, pénétrer dans tel ou tel milieu, c’estpour des raisons qui ne regardent que nousseul » (Études sur la Franc-Maçonnerie et leCompagnonnage, tome I, op. sit., p. 197).

« […] aucune tradition n’est “venue à notreconnaissance” par des “écrivains” surtoutoccidentaux et modernes, ce qui serait plu-tôt dérisoire ; leurs ouvrages ont pu seule-ment nous fournir une occasion commodede l’exposer, ce qui est tout différent, et celaparce que nous n’avons point à informer lepublic de nos véritables “sources”, et qued’ailleurs celles-ci ne comportent point de“références” ; […] en tout cela, il s’agitessentiellement pour nous de connaissancesqui ne se trouvent point dans les livres »(Comptes Rendus, op. sit., p. 130).

** *

Le premier numéro de La Gnose paraît en novembre 1909. SonDirecteur est donc René Guénon, qui publie sous son nom gnostiquede Palingénius ; il est alors en même temps Secrétaire général del’Église Gnostique. (Notons, à propos du nom de « Palingénius » etde ceux qu’utilisera R. Guénon comme « Le Sphinx », qu’il précisera

VII

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 13

commander --> www.ddpme.com

Page 15: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

que ces signatures ne sont pas seulement des « pseudonymes » à lamanière « littéraire », mais représentent, « si l’on peut dire », des« entités » réellement distinctes, « entités diverses, dont les activitésplus ou moins extérieures n’eurent jamais aucun rapport entre elles,et dont certaines ont d’ailleurs cessé d’exister depuis fort longtemps »in Études sur la Franc-Maçonnerie et le Compagnonnage, tome I,compte rendu de mars 1932, p. 192). Le Rédacteur en chef de LaGnose est Alexandre Thomas, dit « Marnès », membre de l’ÉgliseGnostique et de l’O.T.R. ; le Secrétaire de rédaction : Patrice Genty(« Mercuranus »), y appartenant également.

Comme on le constate à travers les modifications successives de saprésentation, la revue échappe progressivement à l’Église Gnostique :elle se présente tout d’abord (nos 1 et 2 de novembre etdécembre 1909) comme « Organe officiel de l’Église GnostiqueUniverselle » en la « 20e année de Restitution de la Gnose » ; à partirdu numéro 4 de février 1910 s’opère un changement de direction édi-toriale : ces mentions sont remplacées par celle de « Revue mensuelleconsacrée à l’étude des Sciences ésotériques » ; dans la deuxièmeannée, à partir du numéro 4 d’avril 1911, le titre de la revue, mainte-nant « consacrée aux études ésotériques », est surmonté d’une ins-cription en quatre langues, sanscrite, chinoise, arabe et hébraïque,respectivement : jnâna = connaissance, tao = Tao ou « voie », ishrâq= Illumination, da’ath = Connaissance ; enfin, à partir de sep-tembre 1911 et jusqu’au dernier numéro de février 1912, elle sedéclare « Revue mensuelle consacrée aux études ésotériques et méta-physiques ».

Sous l’impulsion de son Directeur, La Gnose est ainsi amenée,avec la collaboration de rédacteurs de haute qualité, à infléchir,autant qu’il est possible, son orientation dans un sens véritablementtraditionnel, et ceci par un apport doctrinal essentiel. Ce changementde cap se traduit dès mars 1910 (1re année, n° 5) dans le texte signéde la Direction et intitulé « À nos lecteurs » qui fait siennes les idéesantérieurement exprimées dans feu la revue La Voie, puis, en jan-vier 1911 (2e année, n° 1), par une déclaration sur « Ce que nous nesommes pas ».

Les contributions sont significatives en ce sens.Ainsi, les articles de !! Synésius (Fabre des Essarts) dont la « tâche

patriarcale » devient « un peu lourde » à ses « vieilles épaules » (dit-

VIII

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 14

commander --> www.ddpme.com

Page 16: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

il dans le premier fascicule de La Gnose), s’arrêteront en 1910, sacontribution ne se poursuivant qu’en sa qualité de co-traducteur, auxcôtés de Palingénius, des Philosophumena, publiées entre 1909et 1911. Les articles de J. Doinel, d’Henry, Rouxel, Valentin etEsclarmonde (Marie Chauvel de Chauvigny, « Sophia » – équivalentféminin des évêques – de l’Église Gnostique, à la mémoire de quiR. Guénon rédigera une notice dans le Voile d’Isis de mai 1927) ces-sent de même en 1910.

Les contributions fondamentales de La Gnose sont d’abord cellessignées de Palingénius qui, du « Démiurge » aux « Conditions del’existence corporelle », c’est-à-dire du premier au dernier numéro dela revue, va présenter au grand jour ce que l’on peut considérercomme le germe synthétique de toute son œuvre postérieure signéede son patronyme, celle-ci étant dès lors « fixée ». Ce n’est du restepas sans raison qu’il insistera à de nombreuses reprises sur laconstance des idées qu’il exposera tout au long de sa vie :

« […] quelles que soient les publications oùaient paru des articles de nous, que ce soit“en même temps” ou non, nous y avons tou-jours exposé les mêmes idées, sur lesquellesnous n’avons jamais varié ; […] nos articles[…] ont toujours été conçus exactementdans le même sens […] » (Études sur laFranc-Maçonnerie et le Compagnonnage,tome I, pp. 197, 156).

« […] nous avons si peu varié qu’il [Paul LeCour] pourra trouver […] des articles dontle contenu est reproduit intégralement, avecd’autres développements, dans quelques-unsde nos livres plus récents […] » (ComptesRendus, pp. 120-121).

Ainsi trouve-t-on dans ses articles de La Gnose l’essentiel del’Homme et son devenir selon la Védânta, du Symbolisme de laCroix, ainsi que de très nombreux textes qui, bien que plusieursd’entre eux n’aient pas été réédités jusqu’à la présente publication,

IX

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 15

commander --> www.ddpme.com

Page 17: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

ont trouvé place dans les Principes du calcul infinitésimal, les Étudessur la Franc-Maçonnerie et le Compagnonnage, Mélanges et autresouvrages, certains reproduits intégralement, d’autres avec des varia-tions ou modifications dues tantôt à René Guénon lui-même, tantôtaux circonstances éditoriales de ses ouvrages posthumes.

Viennent également les textes d’Abdul-Hâdi (Aguéli), figure surlaquelle on s’est beaucoup mépris. Son attitude en apparence désor-donnée, qui ne répond guère aux habitudes mentales rationalisantesdes Occidentaux ni aux « critères » profanes très éloignés de la spiri-tualité orientale – et même de la spiritualité tout court –, l’a classédans une catégorie mystique quelque peu déconcertante, touteschoses qui, n’étant que l’écorce, ne pourront jamais rendre compte dela qualité de celui qui s’exprime dans les articles et traductions parusdans La Gnose après ceux qu’il publia en Égypte dans la revue An-Nâdi / Il Convinto auprès du Shaykh Elîsh, dont il était le moqqa-dem. Entre autres, son « incroyable » faculté de s’assimiler les langues(hébreu, arabe classique, arabe vulgaire, hindoustani, sanscrit…) a« provoqué », comme l’explique la Direction dans le numéro 12 dedécembre 1910, le « Projet d’explication des termes techniques desdifférentes doctrines traditionnelles » paru dans cette même livrai-son.

Autres écrits de haute importance : l’« Archéomètre », publié sousla signature « T » en douze livraisons, de juillet-août 1910 jusqu’audernier numéro de février 1912. Cette longue étude prend appui surles travaux de Saint-Yves d’Alveydre présentés par F.- Ch. Barlet88,qui appartient aux divers courants évoqués et est le rédacteur d’unebiographie de Saint-Yves, décédé le 6 février 1909 (F.-Ch. Barlet estl’auteur dans La Gnose d’articles sur « La Synarchie » et les « Présages

8.– F.-Ch Barlet : Albert Faucheux (1838-1921) de son patronyme, fut undes premiers fondateurs de la branche française de la Société théosophique,membre du Martinisme papusien, représentant officiel de la H. B. of L. enFrance, successeur de Stanislas de Guaita en tant que Grand Maître del’Ordre kabbalistique de la Rose-Croix ; il rompit avec les milieux occultistesaprès avoir mesuré la différence qui sépare l’initiation réelle de ses innom-brables contrefaçons (Cf. R. Guénon, « F.-Ch. Barlet et les sociétés initia-tiques », paru dans le Voile d’Isis d’avril 1925 et repris dans Articles etcomptes rendus).

X

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 16

commander --> www.ddpme.com

Page 18: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

astrologiques »). Cette étude se base également sur les travaux deMarnès, Rédacteur en chef de la revue, qui recense les sources del’« Archéomètre ». Cet ensemble demeurant confus et peu intelli-gible, la « clé » de ce surprenant « instrument intelligent » sera déga-gée sous la signature « T », à l’issue d’un travail collectif auquelPalingénius prit une part non négligeable, notamment dans lesnotes, puis sous forme de simples renvois à ses articles ou à ceux deMatgioi. De nombreux échos de cette « clé » se trouvent dans LaGrande Triade, dernier ouvrage de René Guénon, paru en 1946. Parailleurs, R. Guénon parlera dans Le Roi du Monde (1927) del’ouvrage posthume de Saint-Yves intitulé Mission de l’Inde etpublié en 1910.

Sont à noter les contributions de Matgioi sur « L’erreur métaphy-sique des religions à forme sentimentale » (parues en deux livraisonsde juillet-août 1910 et mars 1911) ; celle d’Oswald Wirth (Franc-Maçon au Grand Orient de France et quelque peu théoricien du sym-bolisme, fondateur de la revue Le Symbolisme qu’il dirigea de 1912 à1940) sur « L’Islamisme devant la raison contemporaine », parue endécembre 1911 ; celle de Fabre d’Olivet : « Dissertation sur le rythmeet la prosodie des anciens et des modernes », à qui l’on doit en parti-culier La Langue hébraïque restituée, ouvrage cité dans« L’Archéomètre » de La Gnose de novembre 1911 (n° 11), ainsiqu’une traduction des Vers dorés de Pythagore ; celles de Mercuranus(P. Genty, Secrétaire de Rédaction) sur le gnosticisme ; sans oublier latraduction partielle (jusqu’en février 1911) par Palingénius etSynésius des Philosophumena, « œuvre attribuée à Origène », dontl’intérêt doctrinal est mis en relief par les explications données ennotes.

** *

L’activité traditionnelle très intense de Palingénius à cette périodetraduit une volonté d’« assainissement » de certains milieux à touségards défavorables à une restauration des mentalités dans une pers-pective authentiquement traditionnelle. L’œuvre que René Guénondéveloppera ensuite, à partir de ces indispensables prémices et avecl’incontestable autorité qu’on lui reconnaît, représente sans aucundoute l’événement spirituel capital de notre époque en Occident..

XI

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 17

commander --> www.ddpme.com

Page 19: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

En ces temps toujours plus confus, où la marche descendante ducycle s’accélère et où les Signes de la fin des temps annoncée partoutes les traditions authentiques se font de plus en plus manifestespour ceux qui ont encore « des yeux pour voir et des oreilles pourentendre », on comprendra aisément tout l’intérêt de la réédition desécrits de La Gnose, intérêt qui n’est pas exclusivement historique,voire documentaire. En effet, leur lecture, hinc et nunc, est de natureà donner les points de repères indispensables à tous ceux qui font,aujourd’hui, effort de discrimination, dans une perspective authenti-quement traditionnelle.

XII

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 18

commander --> www.ddpme.com

Page 20: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 19

commander --> www.ddpme.com

Page 21: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 20

commander --> www.ddpme.com

Page 22: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 21

commander --> www.ddpme.com

Page 23: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

2

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 22

commander --> www.ddpme.com

Page 24: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

3

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 23

commander --> www.ddpme.com

Page 25: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

4

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 24

commander --> www.ddpme.com

Page 26: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

5

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 25

commander --> www.ddpme.com

Page 27: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

6

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 26

commander --> www.ddpme.com

Page 28: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

7

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 27

commander --> www.ddpme.com

Page 29: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

8

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 28

commander --> www.ddpme.com

Page 30: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

9

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 29

commander --> www.ddpme.com

Page 31: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

10

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 30

commander --> www.ddpme.com

Page 32: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

11

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 31

commander --> www.ddpme.com

Page 33: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

12

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 32

commander --> www.ddpme.com

Page 34: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

13

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 33

commander --> www.ddpme.com

Page 35: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

14

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 34

commander --> www.ddpme.com

Page 36: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

15

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 35

commander --> www.ddpme.com

Page 37: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

16

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 36

commander --> www.ddpme.com

Page 38: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 37

commander --> www.ddpme.com

Page 39: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

18

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 38

commander --> www.ddpme.com

Page 40: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

19

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 39

commander --> www.ddpme.com

Page 41: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

20

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 40

commander --> www.ddpme.com

Page 42: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

21

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 41

commander --> www.ddpme.com

Page 43: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

22

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 42

commander --> www.ddpme.com

Page 44: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

23

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 43

commander --> www.ddpme.com

Page 45: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

24

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 44

commander --> www.ddpme.com

Page 46: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

25

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 45

commander --> www.ddpme.com

Page 47: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

26

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 46

commander --> www.ddpme.com

Page 48: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

27

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 47

commander --> www.ddpme.com

Page 49: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

28

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 48

commander --> www.ddpme.com

Page 50: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

29

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 49

commander --> www.ddpme.com

Page 51: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

30

La Gnose:R�ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:22 Page 50

commander --> www.ddpme.com

Page 52: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912

La Gnose:R ponse Espagne d�finitif 12/11/09 5:21 Page 2

commander --> www.ddpme.com

Page 53: GNOSE ( La ) Éditions Intégrale 1909-1912