Vivre bien, tre bien. La strat©gie du mieux-tre du Nouveau

  • View
    222

  • Download
    5

Embed Size (px)

Text of Vivre bien, tre bien. La strat©gie du mieux-tre du Nouveau

  • 1

    La stratgie du mieux-tre du Nouveau-Brunswick

    Rapport sommaire 2009-2013

  • Vivre bien, tre bienLa Stratgie du mieux-tre du Nouveau-Brunswick 2009-2013

    Publi par :

    Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton N.-B. E3B 5H1 CANADA

    Imprim au Nouveau-Brunswick

    ISBN 978-1-55471-204-5

    CNB 6005

    Pour en savoir plus sur la Stratgie du mieux-tre du Nouveau-Brunswick, consulter le http://www.gnb.ca/0131/wellness-f.asp ou nous rejoindre au :Mieux-tre, Culture et SportC. P. 6000Fredericton, Nouveau-BrunswickCanada E3B 5H1Tl : 506 453-4217Tlc : 506 453-5722

  • 1

    VisionDes No-Brunswickois et No-Brunswickoises en sant qui vivent, apprennent, travaillent et samusent dans une culture de bien-tre.

    Mission

    Motiver et habiliter les particuliers, les familles, les coles, les collectivits et les milieux de travail accrotre leurs connaissances, leur participation et leur engagement en matire de mieux-tre.

    Cest grce la Stratgie du mieux-tre du Nouveau-Brunswick que se ralise cette mission. La Direction du mieux-tre du Ministre du Mieux-tre, de la Culture et du Sport joue un rle de chef de file afin daider les No-Brunswickois et No-Brunswickoises atteindre et maintenir leur niveau de bien-tre optimal.

    Quest-ce que le mieux-tre? On entend par mieux-tre un processus continu destin amliorer les nombreuses

    dimensions du bien-tre qui permettent aux personnes de raliser et de maintenir leur potentiel personnel et de contribuer leur collectivit .

    Il existe sept dimensions du mieux-tre : motionnelle, Mentale / Intellectuelle, Physique, Sociale, Spirituelle, Professionnelle, Environnementale. Elles sont toutes lies les unes aux autres et ensemble elles contribuent au sentiment de bien-tre global de la personne.

    Crer une culture de bien-tre dans la province

    Le dfiLe mieux-tre est important pour la qualit de vie non seulement des particuliers, mais aussi des familles, des collectivits et de la province. Malheureusement, le Nouveau-Brunswick est aux prises avec une crise du mieux-tre. La recherche rvle que divers comportements associs au mieux-tre montrent des tendances alarmantes. Les taux dinactivit, de mauvaise alimentation, de stress et dobsit continuent de grimper, et le Nouveau-Brunswick affiche encore lun des taux de tabagisme les plus levs au pays. Si lon veut renforcer le Nouveau-Brunswick, amliorer la sant de sa population et accrotre sa prosprit, il faut que ces statistiques changent. Les enfants daujourdhui pourraient bien constituer la premire gnration depuis des dcennies avoir une esprance de vie plus courte que celle de leurs parents (Ontario Medical Association 2005; Comit permanent de la sant 2007). Cet hritage nen est pas un auquel les familles, les collectivits et le gouvernement se rallient.

    En collaborant linstauration de mesures dcisives et efficaces, nous pouvons changer le cours des choses pour cette gnration et crer une culture de bien-tre pour tous les No-Brunswickois et No-Brunswickoises.

    1

  • 2

    Approche et principes directeurs

    Le mieux-tre est un phnomne universel. Les preuves dmontrent que la promotion du mieux-tre physique et psychologique auprs des enfants et des adolescents contribue amliorer le bien-tre de toute la population long terme. Ce faisant, il faut aussi obtenir lengagement des personnes qui influencent directement les enfants et les adolescents, ainsi que travailler lamlioration du mieux-tre de tous les No-Brunswickois et No-Brunswickoises.

    Le mieux-tre des No-Brunswickois et No-Brunswickoises est influenc par linteraction entre les facteurs sociaux et conomiques, le milieu physique et les comportements individuels. Ensemble, ceux-ci sont connus sous le nom collectif de dterminants de la sant.

    Les principes directeurs sont : lapproche intgrale lengagement et mobilisation la prise de dcision claire et le transfert et la mobilisation du savoir la mise en pratique de la thorie de lautodtermination

    On considre quun leadership et un engagement soutenus lchelle locale, rgionale et provinciale sont des lments essentiels la ralisation du mieux-tre. Tout le monde peut participer et contribuer au mieux-tre. Chaque membre des foyers, des collectivits, des coles et des lieux de travail au Nouveau-Brunswick a une part de responsabilit assumer et un rle jouer.

    Ensemble, nous transformons la culture du mieux-tre du Nouveau-Brunswick pour le mieux.

    Buts en matire de mieux-tre Amliorer la sant psychologique et la rsilience.

    Accrotre les niveaux dactivit physique.

    Augmenter le pourcentage de la population qui salimente bien.

    Accrotre le taux de population qui vit sans tabac

    2

    Viesans tabac

    Activitphysique

    Sainealimentation

    Sant psychologiqueet rsilience

  • 3

    Sant psychologique et rsilience La sant psychologique, cest ce sentiment positif que lon ressent lgard de son tat gnral,

    de son mode de pense et de sa faon dagir, et qui rend plus dispos apprcier la vie. Cest aussi avoir la force de relever les dfis de la vie de faon efficace et tre capable de retrouver et de maintenir un certain quilibre.

    La rsilience consiste en la capacit persvrer et sadapter dans ladversit (K. Reivich et A. Shatt, 2002).

    Lamlioration de la sant psychologique et de la rsilience nous prpare adopter des changements positifs conduisant une alimentation saine, une augmentation de lactivit physique et llimination du tabagisme.

    Les niveaux de sant psychologique et de rsilience des NoBrunswickois et NoBrunswickoises samlioreront par la satisfaction de leurs besoins dautonomie, de rapprochement et de comptence. Pour rpondre ces besoins, il faut amliorer leur sentiment dappartenance, que ce soit au travail, lcole, dans la collectivit ou la maison (rapprochement); renforcer leurs points forts et leur capacit (comptence); et les faire participer au choix des mesures adopter pour amliorer leur sant et leur bien-tre (autonomie).

    Besoins en matire de sant psychologique et de rsilience : autonomie, rapprochement et comptence

    Nombreuses sont les preuves selon lesquelles la satisfaction de ces trois besoins est associe la sant psychologique et la rsilience, ainsi qu ladoption de saines habitudes de vie. En revanche, lorsque les besoins en matire de sant psychologique ne sont pas remplis, les risques de problmes relatifs au dveloppement affectif, social et physique augmentent.

    3

    Lautonomie dsigne le besoin davoir la libert de faire des choix et de prendre des dcisions par rapport sa vie. Lorsque ce besoin est satisfait, conjointement avec dautres besoins, la libert de choix se traduit par un tmoignage de respect lgard dautrui et de sa propre personne.

    Le rapprochement dsigne le besoin dtablir un lien et davoir une relation troite avec sa famille, ses pairs et les autres personnes-cls de son entourage. La satisfaction du besoin de rapprochement sopre grce aux interactions avec dautres personnes, lappartenance un groupe ainsi quau soutien et aux encouragements tmoigns par son entourage.

    La comptence dsigne le besoin de reconnatre et dutiliser ses talents et ses points forts pour atteindre ses objectifs personnels. La satisfaction du besoin de comptence procure un sentiment de russite et daccomplissement personnels.

  • Saine alimentationDe nombreux facteurs sont lorigine de la crise de mauvaise alimentation qui svit actuellement au Nouveau-Brunswick.

    La stratgie reconnat les dfis actuels adopter une saine alimentation qui sont : La dpendance accrue sur les aliments prts servir et la perte de la

    capacit cuisiner ses propres repas Les gens mangent la course et prennent moins souvent le repas

    en famille Linfluence du marketing des aliments sur les habitudes alimentaires

    (les aliments et boissons non nutritives et hypercaloriques, apport en sel, etc.; portions largies)

    Linscurit alimentaire (cest--dire de lincapacit de se nourrir en raison dun revenu insuffisant)

    Activit physique Linactivit physique figure parmi les principaux lments responsables de la dtrioration gnrale de la sant au Nouveau-Brunswick.

    La stratgie reconnat les dfis actuels augment le niveau dactivit physique qui sont : Conjugue une augmentation des comportements sdentaires,

    cette inactivit contribue augmenter les taux dobsit et la prvalence des maladies chroniques, ainsi qu appauvrir la qualit de vie en gnral.

    Chez les enfants et les adolescents, linactivit compromet le dveloppement et les capacits physiques, nuit la prparation lapprentissage et, par consquent, porte atteinte au potentiel global.

    Les facteurs sociaux comme la modernisation, lautomatisation et lutilisation des technologies dans tous les aspects de la vie ont transform nos modes de vie de sorte les rendre presque totalement inactifs.

    Il est essentiel de sensibiliser la population au problme et dinformer toutes les personnes et tous les organismes du potentiel qui leur appartient : celui de changer leur vie de sorte mener un mode de vie sain et actif.

    Il est largement reconnu quil faut rduire le temps pass devant lcran et inciter les enfants, les adolescents et les adultes devenir plus actifs, lintrieur comme lextrieur, tant dans des activits structures que non structures.

    Il faut sassurer que les installations sont inclusives et adaptes aux besoins des collectivits. Lenvironnement bti doit tre structur ou amnag pour encourager lactivit physique dans tous les aspects de la vie quotidienne.

    4

  • 5

    Vie sans tabacLusage du tabac demeure une cause importante