Deux nouveaux inhibiteurs du VIH

  • Published on
    10-Jul-2016

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Actua l i t~s I !5

    Deux nouveaux inhibiteurs du VIH V EN BRE| III A I'heure actuelle, les

    therapies visant ~ ralentir le

    developpement du virus de

    i'immunodeficience humaine

    (VIH) dans I'organisme se foca-

    lisent sur trois mecanismes

    viraux. ROcemment, deux contri-

    butions parues dans The Lancet et clans The Celt ouvrent deux nouvelles voix de recherche. Ce

    sont des travaux importants car

    des souches VIH resistantes se

    rcpandent dans la population

    humaine. La premiere 6tude,

    menee par une equipe interna-

    tionale de medecins, a realise

    un essai clinique de phase II

    avec le raltegravir. II s'agit

    d'un inhibiteur de l'integrase du

    VIH-1. II a ete teste chez des

    patients en echec therapeu-

    tique ; les 180 participants ont

    regu le traitement a trois doses

    differentes ou un placebo sur

    une duree de 24 semaines.

    Entre autres, 65 % des malades

    sous raltegravir ont vu leur

    charge virale diminuer sous la

    barre des 50 copies/mL. Ces

    resultats mettent cette molecule

    sur le chemin d'un prochain anti-

    viral. La seconde etude s'est

    concentree sur la constatation

    que plusieurs inhibiteurs du VlH

    ont deja ete reperes dans le

    sang humain. L'equipe de Frank

    Kirchhoff de I'universite d'UIm,

    en AIlemagne, a ainsi reper~ un

    nouveau peptide sanguin, le

    VIRIP (virus inhibitory peptide), capable de bloquer la fusion du

    virus avec les cellules infectees.

    Le VlRIP a la propriete de

    pouvoir selier avec la proteine

    gp41 a la surface du virus, qui

    joue un r01e primordial dans le

    mecanisme de fusion. Le VIRIP

    presente deux interCts sp~ci-

    fiques. Le premier est que, selon

    le chercheur allemand, le pep-

    tide est aisement modifiable et

    que i'on peut en multiplier i'effi-

    cacite. Le second est que, mal-

    gre la forte variabilit6 du VIH, le

    site proteique gp41 reste relati-

    vement stable.

    L.D.

    L'autisme sans lien avec le mercure

    Itf Depuis de nombreuses ann~es, on suppose que I'ex-

    position de certains enfants

    des taux eleves de mercure,

    travers des vaccins a base de

    thimerosal (agent de conserva-

    tion), ou en raison de I'alimen-

    tation ou des soins dentaires,

    aurait un lien avec I'autisme.

    Pour verifier cette theorie, des

    chercheurs canadiens ont

    mene une etude sur 71 enfants

    autistes et 76 enfants contrOles.

    Les scientifiques et les mede-

    cins ont preleve des 6chan-

    tillons de cheveux et de sang

    des enfants et de leur mere,

    puis ont analyse le taux de

    mercure. Les resultats n'ont pas

    montre de differences signifi-

    catives de concentrations du

    metal entre les enfants autistes

    et les enfants contrOles. De meme, le taux de mercure

    present n'a pu tre mis en cor-

    relation avec la gravite des

    symptOmes de I'autisme. Cette

    etude, certes fondee sur un

    echantillon faible, tend donc,

    d'une part, a repousser la

    theorie de I'influence du metal

    sur la maladie et, d'autre part,

    remettre en cause le traite-

    ment par chelation (extraction

    des metaux de I'organisme).

    L.D.

    Un gene de I'obesit6 commune

    I//L'ob~sit~ est un probl~me croissant dans les populations

    occidentales et est liee princi-

    palement ~ des facteurs envi-

    ronnementaux comme le

    manque d'activite physique et

    les desequilibres alimentaires.

    Pourtant, une influence geno-

    tique ~ I'obesite non patholo-

    gique est supposee depuis

    Iongtemps. Une vaste etude

    menee en Angleterre et en

    Suede semble confirmer cette

    hypothese. En effet, Andrew

    Hattersley (Peninsula Medical

    School d'Exeter) et Marck

    McCarthy (universite d'Oxford),

    la tete de leur equipe, ont

    mene une etude en deux

    phases. IIs ont tout d'abord

    identifie un allele d'un gene

    specifique dans une cohorte

    de 2 000 adultes obeses souf-

    frant d'un diabete de type 2,

    comparee & une population de

    3 000 individus sains. Une par- ticularite genetique a ete iden-

    tifiee et recherchOe dans un

    echantillon vaste de 37 000

    personnes non diabOtiques.

    Les chercheurs ont conclu de

    cette comparaison que la

    presence d'un allele du gene

    FTO (chromosome 16) accroft le risque d'obesite de 25 %. Ce

    taux monte & 70 % si les deux

    alleles sont presents. Les cher-

    cheurs pensent que cette

    decouverte pourrait permettre

    la creation d'un test predictif de risque d'obesitO.

    L.D.

    drague le march~ canadien

    Alors que la multinationale am~ricaine Pfizer a annoncd des bdndfices en net recul de 17.5 ~ pour le premier trimestre 2007, elle annonce un plan audacieux pour 2010. ,A. cette date. la socidtd pharmaceutique souhaite qu'un tiers de ses revenus d'exploitation soit issu de la commerciaUsation de produits par ses partenaires. Ce projet recouvre une vaste palette d'activit~ al.lant de ia ddcouverte de moldcules d'int~r~t t~ la creation d'outils de diagnostic ou de m~dicaments. Dans ce cadre, Pfizer semble lorgner sur le potentiel d'innovation csnadien puisque ces deux demiers partenariats ont ~t~ sign,s avec Genizon. basal ti Montreal. et, Genenews. iocalisd ~ Toronto.

    L.D.

    sur les maladies infectieuses

    Un consortium de chercheurs issus d'universit~s, de laboratoires publics et de soci~t~s privdes r(~unis dans |e cadre d'un projet de l'Organisation mondiale de la santd (OMS) vient de mettre ~ disposition sur la toile une vaste base de donn(~es gratuite sur Intemet baptis(~e Drug Target Priorization, Accessible & ['adresse http://tdrtargets.org, cette base rdunit des donn~es g(~nomiques et mol~culaires sur les bact~ries majoritairement responsables des maladies infectieuses et parasitaires sur la ptan~te. La mise ,~ disposition de ces donn~es a pour but de favoriser le ddveloppement de nouveaux mddicaments.

    L.D.

    @ Springer 2007 - [30110.1007/sl 1834-007-0003-8 - BIOTRIBUNE - trimestriel luin 2007 - Vol. 22

Recommended

View more >