Séries chronologiques historiques 4 - snb.ch .Séries chronologiques historiques 4 ... Ce sont,

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Séries chronologiques historiques 4 - snb.ch .Séries chronologiques historiques 4 ... Ce sont,

  • Taux dintrt et rendementsNo

    vem

    bre

    2007

    Sri

    es c

    hron

    olog

    ique

    s hi

    stor

    ique

    s4

    P57661_F_UG_Zinssaetze_Renditen 22.10.2007 10:23 Uhr Seite 1

  • 2 Kapitalmarkt / Capital market

  • Kapitalmarkt / Capital market 1

    Banque nationale suisseTaux dintrt et rendements

    Novembre 2007

  • 2 Kapitalmarkt / Capital market

    EditeurBanque nationale suisseStatistiqueCase postaleCH-8022 Zurich

    AuteurRegula Baumgartner

    Renseignementspublications@snb.ch

    Exemplaires isolsBanque nationale suisse, Bibliothque, case postale, CH-8022 ZurichTlphone + 41 44 631 32 84; fax + 41 44 631 81 14Adresse e-mail: library@snb.ch

    LanguesLa prsente brochure est publie en langues franaise, allemande (version originale)et anglaise.

    EnvoiNovembre 2007

    InternetLes publications de la Banque nationale suisse peuvent treconsultes sur Internet sous www.snb.ch, Publications.

    CopyrightReproduction et utilisation des chiffresautorises avec indication de la source.

    ImpressionFotorotar AG, CH-8132 Egg/ZH

    ISSN 1662-0690 (version sur papier)ISSN 1662-0720 (version lectronique)

  • Taux d'intrt et rendements 3 BNS

    Aperu

    Page

    5 Sries chronologiques historiques5 Avant-propos

    7 Commentaire9 Introduction

    9 Commentaire sur les taux d'intrt et les rendements9 Taux d'intrt de la Banque nationale9 Crdit d'escompte9 Crdit lombard

    10 Marge de fluctuation du Libor trois mois10 Oprations principales de financement10 Pensions de titres au taux spcial10 Rendement des crances comptables court terme sur la Confdration11 Taux d'intrt interbancaires11 Tom next sur les dpts11 Repo-Overnight-Index (BNS)11 Libor11 Rendements d'obligations11 Rendement des obligations 3,5% des Chemins de fer fdraux suisses, srie A K11 Rendement moyen selon l'chance12 Rendement moyen selon les clauses de dnonciation et l'chance12 Taux d'intrt au comptant

    13 Taux d'intrt des oprations avec la clientle des banques13 Crdits la clientle13 Prts hypothcaires13 Crdits en compte courant13 Dpts de la clientle13 Dpts d'pargne13 Dpts vue14 Dpts terme fixe14 Obligations de caisse

    15 Bibliographie

    17 Tableaux19 Liste des tableaux21 Explication des signes et remarques

    23 Taux d'intrt de la Banque nationale29 Taux d'intrt court terme sur les fonds en francs suisses33 Rendements d'obligations41 Taux d'intrt des oprations avec la clientle des banques

  • BNS 4 Taux d'intrt et rendements

  • Taux d'intrt et rendements 5 BNS

    Sries chronologiques historiques

    Avant-proposLa Banque nationale suisse fte son centenaire

    en 2007. A cette occasion, elle publie plusieurs brochu-res contenant des sries chronologiques longues surdes thmes qui taient ou sont toujours importantspour la politique montaire. Elle entend ainsi soutenirles analyses empiriques historiques de l'conomiesuisse.

    Les brochures contiennent galement des com-mentaires relatifs aux sries ainsi publies. Ces com-mentaires dcrivent la mthode de calcul des donnes,mais aussi, dans plusieurs cas, le contexte historique etrglementaire. Ils ne sont pas exhaustifs, mais visent faciliter l'interprtation des donnes et fournir des in-formations ncessaires l'enchanement des srieschronologiques.

  • BNS 6 Taux d'intrt et rendements

  • Taux d'intrt et rendements 7 BNS

    Commentaire

  • BNS 8 Taux d'intrt et rendements

  • Taux d'intrt et rendements 9 BNS

    Introduction

    Il est difficile de dire [] si le taux d'intrt estun thermomtre, un baromtre ou un manomtre. Ilpeut aussi bien, en effet, et suivant les circonstances,marquer les variations de temprature, de pression oude tension. De mme il peut aussi bien tre l'expres-sion d'une situation existante (donc d'vnementspasss) que l'indice d'une situation en pleine volution(donc d'vnements prsents ou futurs).

    Duperrex (1956)

    Cette citation montre l'vidence la raison pourlaquelle la Banque nationale suisse (BNS) a t, ds ledbut, trs attentive l'volution des taux d'intrt etdes rendements. Ce sont, en effet, des indicateursimportants de la situation conomique du moment etde la faon dont celle-ci peut voluer. Pour la BNS, lestaux d'intrt constituent en outre un lment centralde la mise en uvre de la politique montaire. Finale-ment, leur volution permet d'observer l'impact quecette dernire a sur la conjoncture (mcanisme detransmission).

    La partie de la prsente brochure consacre auxtableaux comprend des donnes concernant les tauxd'intrt et les rendements. Dans la partie commen-taire, ces donnes sont expliques, et les mthodesde calcul, prsentes. Comme le veut la logique dumcanisme de transmission de la politique montaire,les taux d'intrt de la Banque nationale sont exami-ns en premier, puis ceux du march montaire et dumarch des capitaux, ainsi que, finalement ceux desoprations avec la clientle des banques.

    Commentaire sur les taux d'intrtet les rendements

    Taux d'intrt de la Banque nationale

    Crdit d'escompteLe taux d'escompte tait le taux que la Banque

    nationale appliquait aux banques auxquelles elle accor-dait un crdit d'escompte. En change, celles-ci luiremettaient des papiers-valeurs de dbiteurs suisses,qu'elle conservait jusqu' l'chance. Le montant ducrdit, que la BNS versait sur le compte de virementdes banques, correspondait la valeur nominale despapiers-valeurs, dduction faite de l'escompte, c'est--dire des intrts calculs sur la dure rsiduelle despapiers-valeurs; cette dure ne pouvait dpasser sixmois. Les banques rachetaient la BNS les papiers-valeurs arrivs chance et remboursaient ainsi lecrdit.

    La Banque nationale se servait du crditd'escompte pour grer les liquidits du secteur ban-caire 1. Les banques, de leur ct, y recouraient poursurmonter des resserrements de liquidits. Le crditd'escompte constituait, au dbut de l'activit de laBanque, le principal instrument de politique montairede l'institut d'mission. Il cessa toutefois de jouer unrle important aprs la Premire Guerre mondiale,quand l'effet de commerce eut perdu de son impor-tance en tant que moyen de crdit et de paiement. Letaux d'escompte conserva toutefois son effet designal. Le dernier crdit d'escompte fut accord en1993, et la Banque nationale cessa en 2000 de publierce taux.

    Crdit lombardLe crdit lombard tait une opration par laquelle

    la Banque nationale mettait la disposition des ban-ques des limites de crdit hauteur desquelles celles-ci pouvaient emprunter des fonds contre nantissementde titres. Ces fonds leur permettaient de faire face des resserrements momentans de liquidits lors-qu'elles ne pouvaient s'approvisionner sur le march.Les banques rglaient la BNS l'intrt lombard cor-respondant au crdit.

    De 1907 1989, la Banque nationale fixait tou-jours le taux lombard un demi-point un point et demiau-dessus du taux d'escompte. Comme elle ne l'ajus-tait que priodiquement aux conditions du march, iltait souvent infrieur au taux appliqu sur le marchmontaire. Les banques commerciales en profitaientpour financer par le crdit lombard leurs besoins deliquidits aux chances mensuelles. Pour dcouragercette pratique, la Banque nationale introduisit notam-ment, en 1989, le taux lombard flottant, suprieur dedeux points au taux de l'argent au jour le jour des deuxjournes prcdentes. Le taux moyen, arrondi unhuitime, tait annonc chaque jour 9h. La Banquenationale supprima le crdit lombard fin 2005. Elle l'aremplac par les pensions de titres au taux spcial.

    1 Pour plus de dtails sur la politique d'escompte de la Banquenationale, voir ouvrage commmoratif de la BNS (1957),pp. 203 207.

  • BNS 10 Taux d'intrt et rendements

    Marge de fluctuation du Libor trois moisLa stratgie de politique montaire de la Banque

    nationale se fonde depuis 2000 sur trois lments: unedfinition de la stabilit des prix, une prvision d'infla-tion moyen terme et au plan oprationnel unemarge de fluctuation pour un taux de rfrence, leLibor2 sur les dpts trois mois en francs suisses. LaBanque nationale fixe gnralement tous les troismois la marge de fluctuation, dont la fourchette estnormalement d'un point.

    Oprations principales de financementDepuis 1997, la Banque nationale a la possibilit

    de passer avec les banques des pensions de titres(repurchase agreement). Les premires oprationsremontent avril 1998. Dans une telle opration,l'emprunteur vend au comptant des titres au prteur(opration au comptant), vis--vis duquel il s'engage racheter, une date ultrieure, dtermine ou indter-mine (opration terme), une quantit quivalente detitres de mme catgorie et de mme qualit. Lestitres s'achtent au prix du march, major des int-rts courus. Le prteur dispose des titres pendanttoute la dure de l'opration. Il s'agit, pour lui, d'uneprise en pension (reverse repo). Economiquement par-lant, la pension de titres est un prt garanti par destitres (collateral ), pour lequel l'emprunteur verse unintrt (taux des pensions de titres). Etant donn lavolatilit de la valeur de march des titres, il est indis-pensable, afin d'assurer la stabilit de la couverture, dedterminer au moins une fois par jour la valeur de mar-ch actuelle de ceux-ci et de la comparer avec le voletliquidits de l'opration. Si, entre les deux parties, il y adsquilibre entre le volet liquidits et le volet titres,ce dsquilibre est combl par des titres ou des liquidi-ts (appel de marge)3.

    Dans les oprations principales de financement,la Banque nationale est toujours le prteur. Elle achtedes titres aux banques et verse la contre-valeur sur lecompte de virement du vendeur. Les jours ouvrables,elle annonce habituellement 9h (HEC) les conditions(dure et taux) des pensions de titres, sur la plate-forme de ngoce lectronique Eurex Repo ainsi quepar le canal des services d'information de