of 114/114
7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pensée Humaine Et La Pensée Cosmique http://slidepdf.com/reader/full/steiner-rudolf-la-pensee-humaine-et-la-pensee-cosmique 1/114 RL OLF STEIN ER ense humazne _ma Ç9/9 f Lie rosnueue ÉDITIONS NOV LIS

Steiner Rudolf - La Pensée Humaine Et La Pensée Cosmique

  • View
    232

  • Download
    8

Embed Size (px)

Text of Steiner Rudolf - La Pensée Humaine Et La Pensée Cosmique

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    1/114

    RL

    OLF STEIN ER

    e n s e h u m a z n e

    _ma

    9/9

    f

    Lie

    r o s n u e u e

    DITIONS

    NOV LIS

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    2/114

    LA PENSE HUMAINE

    ET LA PENSE COSMIQUE

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    3/114

    UVRES DE RUD OLF STEINER

    C onfrences fai tes d evant des membres

    de la So c i t anthrop oso phique

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    4/114

    AVERTISSEMENT

    Les textes tels que ceux du prsent volume

    n'taient pas l'origine destins tre publis. Ils sont

    en effet la transcription, non revue par Rudolf Steiner,

    de confrences qu'il a faites des membres de la

    Socit thosophique puis, partir de 1913, de la

    Socit anthroposophique. Ces communications

    orales

    s'adressaient donc un public familiaris avec cer-

    taines notions, que l'on trouve dveloppes notam-

    ment dans les ouvrages crits de Rudolf Steiner' .

    Du fait de leur nature et de leur destination qui

    est de permettre la conscience individuelle de

    comprendre la ralit, sensible et suprasensible ces

    notions ne constituent pas une pure et simple infor-

    mation. Pour toute personne qui les aborde en cher-

    chant les faire siennes, elles sont l'origine d'une

    modification du regard qu'elle porte sur le monde et

    sur elle-mme, donc de son rapport la ralit.

    C'est cette exprience que chacun peut faire en

    pleine clart de la conscience qui permet de porter

    sur des contenus tels que ceux de ce volume un juge-

    ment pertinent.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    5/114

    RUDOLF STEINER

    LA PENS E H UM A INE

    ET LA PENS E C OSM IQ UE

    Quatre confrences faites Berlin

    du 20 au 23 janvier 1914

    pendant la deuxime Assemble gnrale

    de la Socit anthroposophique

    Tradu i tes de l allemand

    p a r G e n e v i v e i d e a u

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    6/114

    Collection

    OEuvres de Rudolf Steiner

    4

    Traduit d'aprs :

    Rudolf Steiner, De r m e n s c h l ic h e u n d d e r k o s m is c h e G e -

    danke , Dornach/Suisse. Rudolf Steiner Verlag, 6. Aufl., 1990

    (= volume 151 des CEuvres compltes en langue originale

    dites par la Rudolf Steiner-Nachlassverwaltung) ISBN

    3-7274-1510-X. Le stnogramme de ces confrences n'a pas

    t revu par le confrencier.

    Copyright ditions Novalis 1994.

    Tous droits strictement rservs.

    ISBN : 2

    -

    910112

    -07-1 .

    ISSN : 12 43 -48 5-X.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    7/114

    T B L E

    Repres (Christian Lazarids) 1

    a pense humaine et la pense cosmique

    P RE M IRE C O N F RE N C E ,

    Berlin,

    20

    janvier 1914.

    S'lever de la pense rigide la pense en mouve-

    ment signifie s'lever du royaume des esprits de la

    forme au royaume des esprits du mouvement

    7

    DEUXIME CONFRENCE, 21

    janvie r 191 4.

    I l est possible de considrer le monde partir de

    douze points de vue diffrents par douze visions du

    monde galement justifies

    9

    TROISIME CONFRENCE, 22

    janvie r 19 14 .

    Les rapports entre les sept tonalits de la vision du

    monde (les plantes) et les douze nuances de la

    vision du monde (le Zodiaque). Le triple son int-

    rieur des visions du monde (Soleil, Lune et Terre).

    La position part de l'anthropomorphisme (la

    Terre)

    QUATRIME CONFRENCE, 23 janvier

    1914.

    67

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    8/114

    REPRES

    Dans ce bref cycle de confrences, en seulement

    quatre heures, Rudolf Steiner convie le lecteur un

    prodigieux voyage.

    Le fil conducteur, le thme de fond l'essence de

    la pense renvoie tout d'abord aux fondements

    pistmologiques de la dmarche de l'anthroposo-

    phie, et en particulier

    La p h i lo s o p h i e d e la l i b e r t

    pu-

    blie vingt et un ans plus tt (1893). Dans la premire

    confrence est pose sans concession l'exigence

    d'une pense relle, laquelle doit dj tre atteinte,

    conquise, car ce que nous appelons communment

    pense n'est souvent que le fruit de l'assemblage

    des mots et non un penser proprement dit.

    La fin de la quatrime confrence apportera une

    sorte de rponse cosmique : ce que l'homme fait avec

    ses penses est l'image de ce que les hirarchies

    spirituelles font avec l'tre humain. On entrevoit

    alors que les lois de la rincarnation, du karma, les

    lois d'une haute astrologie spirituelle , sont lies

    l'activit des hirarchies selon les mmes processus

    que nos penses le sont notre activit pensante.

    Mais entre temps, dans les deux confrences cen-

    trales, a t dessin le cosmos de la pense humaine :

    12 visions du monde, 7 tonalits de l'me, 3 sons, et

    cela en une infinit de combinaisons possibles, sont

    en quelque sorte la gamme musicale d'o nat tout

    type de pense, toute conception du monde.

    Et ce cosmos de la pense humaine est mis en

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    9/114

    12

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    Cette structure fondamentale du 12 + 7 + 3 + 1 =

    23 =

    22 + 1 est la base de toutes sortes de choses

    en l'tre humain et dans la civilisation ; on la trou-

    vera en particulier mise en rapport avec l'organisme

    sensoriel. Ce sujet des douze sens sera dvelopp

    par Rudolf Steiner d'abord en 1909-1910 puis, aprs

    une pause de sept ans, en 1916-1917. Sans doute

    est-il significatif que ce soit au milieu de cette pause

    qu'apparaisse une unique fois : lors de ces quatre

    confrences de 1914 la description du cosmos

    de la pense. Une complmentarit extrmement

    complexe existe entre le cosmos sensoriel de

    l'homme et le cosmos de la pense humaine, tous

    deux lis, en leur origine, au cosmos des hirarchies

    cratrices.

    Ainsi que cela est dit explicitement, cette brve -

    mais dense esquisse des douze visions du monde

    (ou conceptions du monde) demande tre appro-

    fondie, travaille, exprimente. Elle peut ouvrir par

    exemple sur une tude trs fructueuse de l'histoire de

    la philosophie. L'ouvrage de Sigismund von Gleich

    Die W ahrh e i t a ls Gesamtumfang a l le r W e l tans i ch t en* a ou-

    vert la voie dans ce sens.

    Mais cela est aussi d'une immense porte pratique

    immdiate, dans les relations humaines, car il est clair

    qu' tout moment tout jugement port sur la vie,

    toute interprtation du monde est purement et sim-

    plement la manifestation de l'une de ces combinai-

    sons particulires entre une plante de notre pense

    et un signe (ou constellation) de notre Zodiaque de

    la pense.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    10/114

    REPRES.

    3

    Il y a donc un champ infini de travail pour une

    meilleure connaissance de soi, pour une meilleure

    comprhension d'autrui, en bref il y a l tout le

    mystre de la v ie so c iale ,

    et la perspective de toute une

    psychologie de la pense , indite ce jour. Cette

    dimension psycho-sociale est expressment signale

    lorsque, la fin du cycle, il nous est dit que la science

    de l'esprit nous indique

    c o m m e n t c o m p r e n d r e e n q u o i n o s

    d i s po s i ti o n s o n t u n ca rac t r e u n i la t ra l e t c omm en t n o u s r en d r e

    p l u s u n i v e r s e l s g r ce aux con na i ssan ce s qu appo r te l a s c ie n c e d e

    l e s p r i t .

    Sans doute n'est-ce pas sans raison que ce court

    cycle de confrences soit fait au cours de l'Assem-

    ble gnrale qui marque le premier anniversaire

    de l'mancipation de la Socit anthroposophique

    partir de la Socit thosophique. La rupture

    s'tait effectue au cours de l'hiver 1912-1913. La

    devise de la Socit thosophique tait : Il n'y a

    pas de religion suprieure la vrit. Encore

    s'agissait-il d'tre la hauteur de telles paroles.

    L'auteur de la Ph i lo so ph i e d e la l ib e r t ,

    dsormais aussi

    fondateur de l'anthroposophie, montre ici qu'un tel

    idal est possible raliser, mais qu'il faut pour

    cela :

    - d'abord penser vritablement ;

    - devenir toujours plus un i v e r s e l s

    par une mobilit

    toujours plus grande, une libert toujours plus

    grande dans le monde de la pense, lequel n'est bien

    sr plus, ds lors, intellectuel , mais bel et bien

    vivant.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    11/114

    14

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    Dans la quatrime confrence apparat encore -

    incidemment un lment qui vient concrtiser

    d'une manire inattendue tout le dbat. C'est l'ide

    que notre vision du monde, ou nos visions du

    monde successives au cours d'une vie si tel est le

    cas , sont en lien avec des configurations astrologi-

    ques propres chaque individu, mais qui ne sont

    pas celles de l'horoscope extrieur, et qui sont

    b e a u -

    co up p lu s impor tan t e s que l e s con f igu ra ti on s d e l ho ro s co pe e x t -

    r i eu r .

    Mais ensuite, ni dans cette confrence, ni ult-

    rieurement, Steiner ne dveloppera cela. Tout au plus

    indique-t-il que les aspects n'ont pas ici la mme

    signification que dans l'astrologie habituelle. Toute-

    fois ces quelques lignes suffisent nous faire envi-

    sager au moins une relativisation de l'importance du

    thme astrologique habituel (de naissance), voire une

    remise en question plus fondamentale.

    Mais, d'un autre ct, cela a pu conduire certains

    auteurs (en particulier Willi Sucher) rechercher

    partir des maigres indications de configurations as-

    trologiques-spirituelles en lien avec certaines philo-

    sophies (Hegel, Fichte, Wundt, Hamerling, Scho-

    penhauer, et surtout Nietzsche dont le cas est plus

    dtaill) le moment d'une sorte de naissance spiri-

    tuelle pouvant donc se situer avant ou aprs la nais-

    sance physique, et des rsultats intressants ont t

    obtenus. Nous ne pouvons entrer ici dans le dbat

    complexe la fois au niveau technique et au niveau

    moral que peuvent soulever de telles dtermina-

    tions, surtout si elles sont mles aux mthodes et

    l'tat d'esprit problmatiques de l'astrologie habi-

    tuelle.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    12/114

    REPRES.

    5

    partir du court passage (au dbut de la quatrime

    confrence) o il voque les configurations astrologi-

    ques-spirituelles on peut envisager un systme plus

    mobile se situant ventuellement plusieurs mo-

    ments diffrents avant ou aprs la naissance. Mais

    mme dans le cas o l'hypothse d'un horoscope

    spirituel ponctuel serait la bonne, il y aurait encore

    bien d'autres questions se poser.

    Comment, par exemple, parmi les multiples as-

    pects qui seraient prsents dans un tel ciel spirituel

    de naissance , dterminer celui qui est actif ? Car il

    est clair, dans les exemples de Steiner, que c'est une

    seule position plantaire qui joue principalement, du

    moins un moment donn. Ensuite et nous

    passons alors au niveau moral , mme s'il tait

    possible de dterminer un tel moment de naissance

    spirituelle, une telle dmarche serait-elle justifie ?

    Ne serait-ce pas aborder par le petit bout de la

    lorgnette ce sujet de la pense humaine et de la pen-

    se cosmique, que de vouloir savoir en quelque sorte

    a p r i o r i

    au moyen de calculs astrologiques quelle

    est notre vision du monde particulire ? N'y-a-t-il pas

    une voie plus objective et dsintresse , consistant

    explorer ce cosmos de la pense humaine pour

    lui-mme, dans la diversit de la vie et des relations

    humaines, et d'apprendre y lire directement, sans

    cartes du ciel interposes ?

    Nous ressentons bien qu'avec ces questions nous

    sommes vraiment sur le fil du rasoir , et cela est ex-

    plicitement dit par Rudolf Steiner :

    C ar , a v e c c e g en r e

    de c ho s e s , no us no us t r ouvo ns p lac s devan t le s mys t re s de s i nd i -

    v i du a li t s h um a in e s . (. ) C e s t c e q u e n o u s n a v o n s le d r o i t d e

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    13/114

    16

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    Il importe donc d'aborder d'emble cette question

    en tenant compte des indications donnes dans ces

    confrences en commenant par le commence-

    ment : s'veiller une authentique activit pensante.

    Christian Lazarids

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    14/114

    I

    Berlin, 20 janvier 1914

    Dans ces quatre confrences que j'aurai faire

    devant vous au cours de notre Assemble gnrale, je

    voudrais parler du lien qui unit l'homme au cosmos

    en me plaant un certain point de vue. Et je vou-

    drais indiquer quel est ce point de vue par les paroles

    suivantes :

    L'tre humain fait en soi-mme l'exprience de ce

    que nous pouvons appeler la pense et dans la pen-

    se, l'tre humain peut se ressentir comme quelque

    chose d'immdiatement agissant, quelque chose qui

    peut embrasser du regard son activit. Lorsque nous

    considrons un objet extrieur quelconque, par

    exemple une rose ou une pierre, et que nous nous

    reprsentons cet objet extrieur, quelqu'un peut dire

    juste titre : en fait, tu ne peux jamais savoir jusqu'

    quel point tu as en fait l'objet ou la plante quand tu

    en formes la reprsentation. Tu vois la rose, sa

    couleur rouge extrieure, sa forme, comment elle est

    spare en divers ptales, tu vois ,la pierre avec sa

    couleur, ses divers angles, mais il te faut toujours te

    dire : il peut y avoir encore l l'intrieur quelque

    chose qui ne t'apparat pas vers l'extrieur. Tu ne sais

    pas quelle part de la pierre, de la rose tu as dans ta

    reprsentation.

    Mais quand quelqu'un a une pense, c'est lui-

    mme qui fait cette pense. On aimerait dire qu'il est

    l'intrieur de chacune des fibres de cette pense qui

    est la sienne. C'est pourquoi il est pour cette pense

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    15/114

    18

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    le pensant, et ce que je n'ai pas introduit dans la

    pense en le pensant, cela ne peut pas non plus tre

    l'intrieur de celle-ci. J'embrasse du regard la pense.

    Personne ne peut affirmer que, quand je forme la

    reprsentation d'une pense, il pourrait encore y

    avoir dans la pense une quantit de choses comme

    dans la rose et dans la pierre ; car j'ai moi-mme

    produit la pense, je suis prsent en elle et je sais

    donc ce qui se trouve l'intrieur.

    C'est la ralit, la pense est notre bien propre par

    excellence. Si nous trouvons la relation de la pense

    au cosmos, l'univers, nous trouvons aussi la relation

    de ce qui est notre bien propre par excellence au

    cosmos, l'univers. Cela peut nous laisser prsager

    que ce sera vraiment un point de vue fcond que de

    considrer quelle est la relation de l'tre humain

    l'univers partir de la pense. Nous allons donc nous

    livrer cette considration et elle nous amnera des

    sommets importants de la rflexion anthroposo-

    phique. Mais nous aurons aujourd'hui difier un

    soubassement qui pourra peut-tre sembler abstrait

    plus d'un parmi vous. Mais nous verrons dans les

    prochains jours que nous avons besoin de ce soubas-

    sement et que sans lui nous ne pouvons viter une

    certaine superficialit dans l'approche des buts levs

    que nous nous efforons d'atteindre dans ces quatre

    confrences. Donc ce qui vient d'tre dit nous laisse

    prsager que l'tre humain, lorsqu'il s'en tient ce

    qu'il a dans la pense, peut trouver une relation

    intime de son tre l'univers, au cosmos.

    Mais la chose prsente une difficult, lorsque nous

    voulons nous placer ce point de vue, une grande

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    16/114

    PREMIRE CONFRENCE.

    9

    l'intrieur de sa pense dans chaque fibre de celle-ci

    et que cette pense, quand on l'a, on la connat nces-

    sairement de la faon la plus intime parmi toutes les

    reprsentations ; oui, mais... c'est que la plupart des

    hommes n'ont pas de penses Et habituellement on

    ne pense pas dans toute sa profondeur ce fait que la

    plupart des hommes n'ont pas de penses. Et la

    raison pour laquelle on ne le pense pas dans toute sa

    profondeur, c'est que, pour le faire, on aurait besoin

    de... penses Il faut tout d'abord attirer l'attention

    sur un point. Ce qui dans la vie sous sa forme la plus

    large empche les hommes d'avoir des penses, c'est

    que, pour l'usage habituel de la vie, les hommes n'ont

    absolument pas toujours besoin de s'avancer jusqu'

    la pense, mais qu' la place de la pense, ils se

    contentent de mots. En effet, la plus grande partie de

    ce que l'on appelle penser dans la vie habituelle se

    droule en mots. On pense en mots. On pense en

    mots beaucoup plus qu'on ne croit. Et beaucoup de

    gens, lorsqu'ils demandent une explication de ceci ou

    de cela, se satisfont de ce qu'on leur dit un mot quel-

    conque qui a pour eux un son connu qui leur rappelle

    ceci ou cela ; et ensuite, ils prennent ce qu'ils prou-

    vent en entendant ce mot pour une explication et ils

    croient qu'ils ont alors la pense.

    Eh bien, ce que je viens de dire a conduit dans

    l volution de la vie de l esprit humain faire

    merger, une certaine poque, une opinion qu'au-

    jourd'hui encore partagent beaucoup de gens qui se

    qualifient de penseurs. Dans la nouvelle dition de

    mes

    Vis ion s du mo nd e e t d e la v i e au d ix -ne uv ime s i c le* ,

    j'ai

    tent de remanier tout fait fond ce livre en plaant

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    17/114

    20

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    au dbut une histoire de l'volution de la pense occi-

    dentale ; commenant au sixime sicle avant Jsus-

    Christ, je suis all jusqu'au dix-neuvime sicle et, la

    fin, j'ai ajout ce qui avait t donn lorsque le livre

    avait paru pour la premire fois une prsentation de

    ce que l'on peut appeler la vie de l'esprit considre

    sous l'angle de la pense jusqu' nos jours. Mme le

    contenu qui tait dj l a t transform de bien des

    faons. J'ai eu alors y montrer que ce n'est qu' une

    certaine poque que nat en fait la pense. Elle ne nat

    rellement, pourrait-on dire, qu'au sixime ou hui-

    time sicle avant Jsus-Christ. Auparavant, les mes

    humaines ne faisaient absolument pas l'exprience de

    ce que l'on peut appeler des penses au sens exact du

    terme. De quoi les mes humaines faisaient-elles

    auparavant l'exprience ? Auparavant, elles faisaient

    l'exprience d'images. Et toute exprience du monde

    extrieur se produisait sous forme d'images. Je l'ai

    souvent dit partir de certains points de vue. Cette

    exprience d'images est la dernire phase de l'an-

    cienne exprience de clairvoyance. Puis l'image se

    transforme pour l'me humaine en pense.

    Mon intention dans ce livre tait de montrer une

    fois ce rsultat de la science de l'esprit uniquement en

    suivant l'volution de la philosophie. En restant tota-

    lement sur le seul terrain de la science philosophique,

    il y est montr que la pense a vu le jour un certain

    moment dans la Grce antique, qu'elle nat du fait

    qu'elle jaillit pour l'exprience de l'me humaine de

    l'ancienne exprience du monde extrieur en images

    porteuses de sens. Puis je tentai d'y montrer

    comment cette pense poursuit sa marche en Socrate,

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    18/114

    PREMIRE CONFRENCE.

    1

    veux voquer maintenant. L'volution de la pense

    conduit douter que puisse mme exister en ce

    monde ce que l'on nomme des penses gnrales, des

    concepts gnraux, conduit ce que l'on appelle le

    nominalisme, cette vision philosophique que les

    concepts gnraux puissent n'tre que des noms,

    donc tout simplement rien que des mots. Pour cette

    pense gnrale il y avait donc mme la vision philo-

    sophique et bien des gens l'ont aujourd'hui en-

    core que ces penses gnrales peuvent tout sim-

    plement n'tre que des mots.

    Pour voir bien clairement ce qui vient d'tre dit,

    prenons par exemple un concept facile cerner et

    sans nul doute gnral ; prenons le concept de

    triangle en tant que concept gnral. Celui qui

    vient maintenant l avec son point de vue du nomi-

    nalisme, qui ne peut pas s'carter de ce qui a t

    labor dans ce domaine sous la forme du nomina-

    lisme l'poque qui va du onzime au treizime

    sicle dit peu prs ceci : dessine-moi un triangle -

    Bon, je vais lui dessiner un triangle, par exemple

    comme ceci :

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    19/114

    22

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    Bien, dit-il, c'est un triangle particulier, bien spci-

    fique, avec trois angles aigus, cela existe. Mais je vais

    t'en dessiner un autre. Et il dessine un triangle qui a

    un angle droit et un autre qui a ce qu'on appelle un

    angle obtus.

    Bon, maintenant nous appelons le premier un

    triangle angles aigus, le deuxime un triangle rec-

    tangle et le troisime un triangle obtusangle. L'int-

    ress dit alors : l, je te crois, il existe un triangle

    angles aigus, un triangle rectangle et un triangle

    obtusangle. Mais tout cela n'est en fait pas

    le triangle.

    Le triangle gnral doit contenir tout ce que peut

    contenir un triangle. Il faut que le premier, le deu-

    xime et le troisime triangles fassent partie de l'ide

    gnrale de triangle. Or un triangle angles aigus ne

    peut pourtant pas tre en mme temps rectangle ou

    obtusangle. Un triangle angles aigus est un triangle

    particulier, ce n'est pas un triangle gnral ; de mme,

    un triangle rectangle et triangle obtusangle sont des

    triangles spcifiques. Mais il ne peut pas exister de

    triangle gnral. Donc le triangle gnral est un mot

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    20/114

    PREMIRE CONFRENCE. 3

    Naturellement, cela continue. Supposons que

    quelqu'un prononce le mot lion. Celui qui se place au

    point de vue du nominalisme dit alors : au zoo de

    Berlin, il y a un lion, au zoo de Hanovre, il y a aussi

    un lion, au zoo de Munich, il y en a aussi un. Il existe

    divers lions ; mais un lion gnral, qui serait cens

    avoir quelque chose faire avec le lion de Berlin, de

    Hanovre et de Munich, il n'y en a pas. Ce n'est qu'un

    simple mot qui comprend les lions particuliers. Il

    existe seulement des objets particuliers et en dehors

    des objets particuliers, dit le nominaliste, il n'existe

    rien que des mots qui comprennent les objets parti-

    culiers.

    Comme il a t dit, cette faon de voir s'est impo-

    se ; des logiciens perspicaces la dfendent aujour-

    d'hui encore. Et celui qui rflchit quelque peu ce

    qui vient d'tre expos devra aussi au fond s'avouer

    ceci : il y a tout de mme l quelque chose de parti-

    culier. Je ne peux pas parvenir sans plus savoir s'il

    existe en fait rellement ce lion en gnral et le

    triangle en gnral , car je n'y vois pas bien clair. Si

    maintenant quelqu'un venait me dire : vois-tu, mon

    cher ami, je ne peux pas t'approuver de me montrer

    le lion de Munich, de Hanovre ou de Berlin. Si tu

    affirmes qu'il existe le lion en gnral , il faut que

    tu me conduises en un endroit quelconque o il y ait

    le lion en gnral . Mais quand tu me montres le

    lion de Munich, le lion de Hanovre et celui de Berlin,

    tu ne m as pas prouv qu existe le lion en

    gnral . Si quelqu'un venait avec l'ide que l'on

    doit lui montrer le lion en gnral , on serait tout

    d'abord un peu dans l'embarras. Il n'est pas si facile

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    21/114

    24

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    Eh bien, nous ne voulons pas aller maintenant vers

    ce que nous donne la science de l'esprit. Cela va bien

    venir plus tard. Nous voulons pour l'instant en rester

    au penser, nous voulons en rester ce qui peut tre

    atteint par le penser et nous serons obligs de nous

    dire : si nous voulons rester sur ce terrain, il ne nous

    est pas vraiment possible de conduire un sceptique

    quelconque au lion en gnral . Cela ne va vrai-

    ment pas. Il y a l une des difficults qu'il faut tout

    simplement reconnatre. Car si l'on ne veut pas re-

    connatre cette difficult dans le domaine du penser

    habituel, on ne prend tout simplement pas en

    compte la difficult inhrente au penser humain.

    Mais restons-en au triangle ; car finalement, il est

    indiffrent pour la chose gnrale que nous nous

    expliquions la chose sur l'exemple du triangle, du

    lion ou d'autre chose. Au premier abord, il apparat

    sans issue de vouloir dessiner un triangle gnral qui

    contienne toutes les qualits, tous les triangles. Et

    parce que non seulement cela apparat, mais que c'est

    effectivement sans issue pour le penser humain habi-

    tuel, toute philosophie extrieure se trouve place l

    devant une ligne de partage et sa tche serait de

    s'avouer vraiment une bonne fois qu'en tant que phi-

    losophie extrieure, elle se trouve une ligne de

    partage. Mais cette ligne de partage n'est prcisment

    que celle de la philosophie extrieure. Il existe malgr

    tout une possibilit de dpasser cette ligne de partage

    et c'est cette possibilit que nous voulons maintenant

    dcouvrir.

    Essayons de penser que nous ne nous contentons

    pas de dessiner un triangle en disant : maintenant, je

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    22/114

    PREMIRE CONFRENCE. 5

    en effet dessiner aussi le triangle de faon diffrente.

    En ralit, on ne le peut pas ; mais nous verrons

    bientt quel est le rapport entre ce pouvoir et ce

    non-pouvoir. Supposons que nous dessinions ce

    triangle que nous avons ici et que nous permettions

    chaque ct de bouger dans toutes les directions,

    comme il le veut. Et de plus, nous lui permettons de

    bouger des vitesses diffrentes (le confrencier pro-

    nonce les phrases suivantes en dessinant au tableau) :

    Ce ct-ci se dplace de faon prendre l'instant

    suivant cette position, celui-l de faon prendre

    l'instant suivant cette position-l. Celui-ci se dplace

    beaucoup plus lentement, celui-l se dplace beau-

    coup plus vite, etc. Maintenant le sens s'inverse.

    Bref, nous entrons dans la reprsentation in-

    confortable qui consiste dire : je ne vais pas seule-

    ment dessiner un triangle et le laisser tel qu'il est,

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    23/114

    26

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    sont en mouvement, il peut sortir en mme temps de

    la forme du mouvement un triangle rectangle ou un

    triangle obtusangle ou tout autre triangle.

    On peut faire et aussi exiger deux sortes de choses

    dans ce domaine. La premire chose qu'on peut

    exiger est de n'avoir pas se fatiguer. Quand quel-

    qu'un vous dessine un triangle, il est achev et on sait

    quelle est son apparence extrieure ; maintenant, on

    peut tranquillement se reposer dans ses penses, car

    on a ce qu'on veut. Mais on peut aussi faire cette

    autre chose : considrer pour ainsi dire le triangle

    comme un point de dpart et permettre chaque ct

    de se mettre tourner diffrentes vitesses et dans

    diffrentes directions. Dans ce cas-l, on n'a pas les

    choses aussi faciles, non, il faut excuter des mouve-

    ments dans ses penses. Mais, en revanche, on a aussi

    vraiment l'ide gnrale de triangle dans ces mouve-

    ments ; seulement, on ne peut, c'est certain, y par-

    venir lorsqu'on veut s'arrter un triangle. L'ide g-

    nrale de triangle est l, lorsqu'on a la pense en

    continuel mouvement, lorsqu'elle est mobile.

    Comme les philosophes n'ont pas fait ce que je

    viens d'exprimer mettre la pense en mouve-

    ment ils se trouvent ncessairement devant une

    ligne de partage et ils fondent le nominalisme. Nous

    allons maintenant traduire ce que je viens d'exprimer

    dans un langage qui nous est connu, un langage qui

    nous est connu depuis longtemps.

    Lorsque nous sommes censs nous lever de l'ide

    particulire l'ide gnrale, il est exig de nous que

    nous mettions l'ide particulire en mouvement, si

    bien que l'ide en mouvement est l'ide gnrale qui

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    24/114

    I EMIRE CONFRENCE.

    7

    mouvement est une forme ferme sur elle-mme. Au-

    paravant, je me suis content de dessiner des formes

    isoles, un triangle angles aigus, un triangle rec-

    tangle et un triangle obtusangle. Maintenant, je des-

    sine quelque chose en ralit, je ne le dessine pas,

    comme je l'ai dj dit, mais on peut se le repr-

    senter qui est cens susciter la reprsentation que

    l'ide gnrale est en mouvement et engendre la

    forme isole quand elle s'arrte je dis bien' en-

    gendre la forme .

    Et l, nous le voyons, les philosophes du nomina-

    lisme qui sont placs ncessairement une ligne de

    partage se meuvent dans un certain domaine, dans le

    domaine des esprits de la forme. Au sein du royaume

    des esprits de la forme qui est tout autour de nous

    rgnent les formes, et parce que ce sont les formes

    qui rgnent, il y a dans ce royaume des objets isols,

    spars, strictement enferms en eux-mmes. C'est

    pourquoi vous voyez que les philosophes auxquels je

    fais allusion n'ont jamais pris la dcision de sortir du

    royaume des formes et ne peuvent donc rien avoir

    d'autre dans les ides gnrales que des mots, exacte-

    ment rien que des mots. S'ils sortaient du royaume

    des objets particuliers, c'est--dire des formes, ils

    entreraient dans une activit de reprsentation qui est

    en constant mouvement, c'est--dire qu'ils auraient

    dans leur penser une faon d'avoir prsent l'esprit le

    royaume des esprits du mouvement, la hirarchie

    immdiatement suprieure. Mais la plupart des philo-

    sophes dont il s'agit n'y condescendent pas. Et lors-

    qu'il y eut un homme, l'poque la plus rcente de la

    pense occidentale, pour condescendre penser tout

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    25/114

    28 A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    plantes , ce qu'il a appel la

    p lan te p r imo rd iale ;

    il suffit

    de lire ce qu'il a appel l an ima lp r im o rd ia l ,

    et l'on

    s'apercevra que l'on n'arrive saisir ces concepts de

    plante p r imord iale ,

    d'

    an imal p r imo rd ial que si on les

    pense en mouvement. Si l'on prend en compte cette

    mobilit dont Goethe parle lui-mme, on n'a pas un

    concept achev, limit dans ses formes, non, on a ce

    qui vit dans ses formes, ce qui rampe travers toute

    l'volution du rgne animal ou du rgne vgtal, ce

    qui en rampant ainsi travers ces rgnes se trans-

    forme de la mme manire que le triangle se trans-

    forme en triangle ayant un angle aigu ou un angle

    obtus, et ce qui peut tre tantt un loup ou un

    lion , tantt un scarabe , selon que la mobilit

    est organise de telle faon que les proprits se

    transforment en traversant les formes particulires.

    Goethe a mis en mouvement les concepts figs des

    formes. Tel fut son acte, grand et central. Tel fut l'l-

    ment important qu'il a introduit dans l'observation

    de la nature telle qu'on la pratiquait son poque.

    Vous voyez ici sur un exemple que ce que nous

    appelons science de l'esprit est effectivement propre

    faire sortir les hommes de ce quoi ils doivent

    aujourd'hui, ncessairement, rester attachs, mme

    quand ce sont des philosophes. Car sans concepts

    labors par la science de l'esprit, il n'est absolument

    pas possible, quand on est honnte, d'admettre autre

    chose que ceci : les ides gnrales ne sont que des

    mots. Et c'est la raison pour laquelle j'ai dit que la

    plupart des gens n'ont seulement pas de penses et

    que, lorsqu'on leur parle de penses, ils refusent cela.

    Quand parle-t-on aux gens de penses ? Lorsqu'on

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    26/114

    PREMIRE CONFRENCE.

    9

    confrences quel rapport il y a entre les deux cela

    revient au mme pour le penser. Mais on ne peut pas

    non plus comprendre l'me-groupe autrement qu'en

    la pensant en mouvement, en perptuel mouvement

    extrieur et intrieur ; sinon, on n'arrive pas l'me-

    groupe. Mais les gens s'y refusent. Aussi refusent-ils

    galement l'me-groupe, ils refusent donc la pense

    gnrale.

    Mais pour connatre le monde manifest, on n'a

    pas besoin de penses ; l, on n'a besoin que du sou-

    venir de ce que l'on a vu dans le royaume de la forme.

    Et c'est absolument tout ce que savent la plupart des

    gens : ce qu'ils ont vu dans le royaume de la forme.

    Alors les penses gnrales restent en ce cas de

    simples mots. C'est pourquoi j'ai pu dire que la plu-

    part des gens n'ont pas de penses. Car, pour la plu-

    part des gens, les penses gnrales restent seulement

    des mots. Et s'il n'y avait pas, parmi les nombreuses

    sortes d'esprits des hirarchies suprieures, aussi le

    gnie de la langue qui forme les mots gnraux pour

    les concepts gnraux, les hommes ne le feraient pas

    d'eux-mmes. Donc les hommes reoivent d'abord

    vritablement du langage leurs penses gnrales et

    ils n'ont aussi gure plus que les penses gnrales

    conserves dans le langage.

    Mais nous voyons par l que penser de vritables

    penses doit vraiment tre quelque chose de parti-

    culier. Que ce doit tre quelque chose de particulier,

    nous pouvons nous l'expliquer en considrant

    combien il est en fait difficile aux hommes de par-

    venir la clart dans le champ de la pense. Dans la

    vie extrieure de tous les jours, on affirmera peut-tre

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    27/114

    30

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    trs prs, sous une forme qui est un certain point de

    vue inconsciente, par un souffle manant du royaume

    des esprits du mouvement. S'il tait vraiment si facile

    que cela de penser, on ne commettrait pas de

    boulettes aussi colossales dans le domaine du penser

    et on ne se torturerait pas depuis si longtemps avec

    toutes sortes de problmes et d'erreurs. Ainsi, on se

    torture depuis plus d'un sicle avec une pense que

    j'ai souvent mentionne et que Kant a exprime.

    Kant voulait liminer ce qu'on appelle la preuve

    ontologique de l'existence de Dieu. Cette preuve

    ontologique de l'existence de Dieu remonte gale-

    ment l'poque du nominalisme, o l'on disait qu'il

    n'y a pour les concepts gnraux que des mots et

    qu'il n'existe rien de gnral qui correspondrait aux

    penses particulires comme les penses particulires

    correspondent aux reprsentations. Je vais prendre

    l'exemple de cette preuve ontologique de l'existence

    de Dieu pour montrer de quelle faon on pense.

    Elle dit peu prs ceci : si l'on admet un Dieu, il

    faut qu'il soit l'tre absolument le plus parfait. S'il est

    l'tre absolument le plus parfait, l'existence ne peut

    pas lui faire dfaut ; car il y aurait sinon, c'est bien

    certain, un tre encore plus parfait, qui aurait les

    facults que l'on pense et qui, en outre, existerait. Il

    faut donc penser l'tre le plus parfait sous la forme

    qu'il existe. On ne peut donc pas penser Dieu autre-

    ment qu'existant, lorsqu'on le pense comme l'tre

    absolument le plus parfait. Cela signifie que l'on peut

    dduire du concept lui-mme qu'il doit ncessaire-

    ment exister un Dieu selon la preuve ontologique de

    l'existence de Dieu.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    28/114

    PREMIRE CONFRENCE.

    1

    que j'ai souvent indique et selon laquelle cent

    thalers rels ne sont rien de plus ni de moins que cent

    thalers possibles. C'est--dire que si un thaler vaut

    trois cents pfennigs, il faut compter cent thalers rels

    comprenant chacun trois cents pfennigs et de mme

    compter cent thalers possibles comprenant chacun

    trois cents pfennigs. Cent thalers possibles contien-

    nent donc tout autant que cent thalers rels ; cela

    veut dire qu'il n'y a aucune diffrence penser cent

    thalers rels ou cent thalers possibles. C'est pourquoi

    il n'est pas licite de dduire l'existence de la simple

    pense de l'tre absolument le plus parfait, parce que

    la simple pense d'un Dieu possible aurait les mmes

    qualits que la pense d'un Dieu rel.

    Cela parat trs sens. Et depuis plus d'un sicle,

    les humains se torturent pour savoir ce qu'il en est

    des cent thalers possibles et des cent thalers rels.

    Prenons cependant un point de vue immdiat,

    savoir celui de la vie pratique. Peut-on dire de ce

    point de vue que cent thalers rels ne contiennent

    rien de plus que cent thalers possibles ? On peut dire

    que cent thalers contiennent exactement cent thalers

    de plus que cent thalers possibles La chose est pour-

    tant bien claire : cent thalers possibles penss d'un

    ct et cent thalers rels de l'autre ct, cela fait une

    diffrence Il y a de l'autre ct exactement cent

    thalers de plus. Et dans la plupart des cas de la vie, il

    semble bien s'agir tout de mme justement de ces

    cent thalers rels.

    Mais la chose a tout de mme aussi un aspect plus

    profond. On peut en effet poser cette question : de

    quoi s'agit-il donc dans la diffrence entre cent

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    29/114

    32 A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    fait une diffrence entre cent thalers possibles et cent

    thalers rels. Car supposez que vous ayez besoin de

    cent thalers et que quelqu'un vous donne le choix

    entre vous donner cent thalers possibles et cent

    thalers rels. Si vous pouvez les avoir, il semble que la

    diffrence ait tout de mme une importance. Mais

    supposez que vous soyez dans le cas de ne pas pou-

    voir avoir rellement les cent thalers. Alors il pourrait

    se faire qu'il soit pour vous absolument indiffrent

    que quelqu'un ne vous donne pas les cent thalers

    possibles ou les cent thalers rels. Quand on ne peut

    pas les avoir, cent thalers possibles et cent thalers

    rels contiennent effectivement exactement la mme

    chose.

    Cela a pourtant une signification. Cela a cette si-

    gnification que l'on ne pouvait parler comme Kant a

    parl du Dieu qu' une poque o on ne pouvait plus

    avoir le Dieu par l'exprience de l'me humaine.

    Lorsqu'il ne fut plus accessible en tant que ralit, le

    concept du Dieu possible ou celui du Dieu rel furent

    exactement la mme chose, comme c'est la mme

    chose de ne pas pouvoir avoir cent thalers rels ou

    cent thalers possibles. Lorsqu'il n'existe pour l'me

    aucun chemin qui conduise au Dieu rel, aucun dve-

    loppement de penses qui s'en tienne au style de

    Kant n'y conduira trs certainement non plus.

    Vous voyez l que la chose a tout de mme aussi

    un aspect plus profond. Mais je ne la mentionne que

    parce que j'ai voulu montrer par l clairement que,

    lorsqu'on pose la question du penser, il faut creuser

    un peu plus profond. Car des fautes de penser se per-

    ptuent insidieusement par les esprits les plus clai-

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    30/114

    PREMIRE CONFRENCE.

    3

    possibles et des cent thalers rels. Pour une pense, il

    importe toujours de considrer la situation dans

    laquelle la pense est apprhende.

    J'ai tent de vous montrer, partir de la nature de

    la pense gnrale tout d'abord, puis de l'existence de

    cette faute de penser de la pense kantienne en parti-

    culier, que les chemins du penser ne peuvent tout de

    mme pas tre considrs absolument sans qu'on se

    plonge profondment dans les choses. Je vais encore

    aborder la question d'un troisime ct.

    Supposons qu'on ait ici une montagne ou une

    colline (figure de droite) et ici un versant pic (figure

    de gauche) ; que sur ce versant pic jaillisse une sour-

    ce ; que la source se prcipite verticalement le long de

    la pente, telle une vritable cascade. Supposons aussi

    que l'on voie tout fait dans les mmes conditions

    encore une source de l'autre ct. Elle veut faire tout

    fait la mme chose que la premire ; mais elle ne

    le fait pas. En effet, elle ne peut pas dvaler la pente

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    31/114

    34

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    Manifestement pas. Car la deuxime source ferait

    exactement la mme chose que la premire si la

    montagne ne la gnait pas et n'envoyait pas ses forces

    vers le haut. Si les forces que la montagne envoie vers

    le haut les forces de retenue ne sont pas l, elle se

    prcipitera vers le bas comme la premire source.

    Deux forces entrent donc ici en ligne de compte : la

    force de retenue de la montagne et la force de pesan-

    teur de la terre, qui fait que la premire source se

    prcipite vers le bas. Mais elle est tout aussi prsente

    dans la deuxime source, car on peut dire : elle est l,

    je vois qu'elle attire la source vers le bas. Si mainte-

    nant quelqu'un tait un sceptique, il pourrait nier ce

    fait pour la deuxime source et dire : l, on ne voit

    tout d'abord rien, tandis que, pour la premire

    source, chaque parcelle d'eau est attire vers le bas. Il

    faut donc pour la deuxime source ajouter en chaque

    point la force qui agit l'encontre de la pesanteur, la

    force de retenue de la montagne.

    Supposons maintenant que quelqu'un vienne

    dire : ce que tu me racontes au sujet de la force de

    pesanteur, je n'y crois pas vraiment et ce que tu me

    dis de ta force de retenue, je n'y crois pas non plus. La

    montagne, l-bas, est-elle la cause qui fait que la sour-

    ce prend ce chemin ? Je ne le crois pas. On pourrait

    alors poser cette personne la question suivante :

    mais alors, qu'est-ce que tu crois ? Elle pourrait r-

    pondre : je crois qu'il y a une quantit d'eau qui est en

    bas ; immdiatement au-dessus, il y a aussi une quan-

    tit d'eau, et de nouveau une autre, et une autre. Je

    crois que l'eau qui est en bas est pousse vers le

    bas par l'eau qui est au-dessus et que cette eau qui

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    32/114

    PREMIRE CONFRENCE.

    5

    prcde. C'est une diffrence considrable. La pre-

    mire personne affirme : la pesanteur attire les masses

    d'eau vers le bas. La deuxime en revanche dit : il y a

    des quantits d'eau, elles poussent toujours vers le

    bas celles qui se trouvent plus bas qu'elles et de ce fait

    l'eau qui est place au-dessus suit le mme chemin

    vers le bas.

    N'est-ce pas, un homme qui parlerait d'une telle

    faon de pousser serait bien sot. Mais supposons

    qu'il ne s'agisse pas d'un ruisseau ou d'un fleuve,

    mais de l'histoire de l'humanit et que la personne

    que nous venons de caractriser dise : tout ce que je

    crois de ce que tu viens de me dire, c'est ceci : nous

    sommes maintenant au vingtime sicle, certains

    vnements se sont drouls ; ils sont produits par

    des vnements du dernier tiers du dix-neuvime

    sicle ; ces derniers sont leur tour causs par ceux du

    deuxime tiers du dix-neuvime sicle, et ceux-ci

    leur tour par ceux du premier tiers. C'est ce qu'on

    appelle conception pragmatique de l'histoire, o l'on

    parle de causes et d'effets en ce sens que l'on explique

    toujours les vnements suivants partir des vne-

    ments prcdents correspondants. De mme qu'on

    peut nier la pesanteur et dire propos des quantits

    d'eau qu'il y a quelqu'un qui pousse, de mme c'est

    ce qui se passe quand on fait de l'histoire pragma-

    tique et qu'on explique la situation au dix-neuvime

    sicle comme une consquence de la Rvolution fran-

    aise. Nous disons, nous, bien entendu : Non, il y a l

    d'autres forces en plus de celles qui poussent

    l'amont, qui ne sont en fait mme pas vritablement

    l. Car les vnements situs en amont dans l'histoire

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    33/114

    36

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    spirituel, de mme que dans la source la pesanteur

    agit constamment, et elles se croisent avec d'autres

    forces, de mme que dans la rivire la pesanteur se

    croise avec la force de retenue de la montagne. Si une

    seule force tait prsente, alors on verrait que l'his-

    toire suit un tout autre cours. Mais tu ne vois pas les

    diverses forces qui y sont prsentes. Tu ne vois pas ce

    qui est l'volution physique du monde, ce qui a t

    dcrit comme la succession de l'volution de Saturne,

    du Soleil, de la Lune et de la Terre ; et tu ne vois pas

    ce qui se passe constamment avec les mes humaines

    qui vivent dans le monde spirituel et qui descendent

    de nouveau sur terre, tout ce qui, issu des mondes

    spirituels, entre continuellement nouveau dans

    cette volution. Cela, tu le nies tout simplement.

    Mais il existe une conception de l'histoire qui

    adopte une attitude semblable celle d'une personne

    qui aurait les visions du monde que nous venons de

    caractriser et elle n'est pas si rare que cela. Elle a

    mme t considre au dix-neuvime sicle comme

    extrmement intelligente et subtile. Mais que pour-

    rions-nous dire ce sujet du point de vue que nous

    venons d'laborer ? Si quelqu'un disait du torrent de

    montagne la mme chose que ce qu'il dit de l'his-

    toire, il dirait un total non-sens. Mais comment se

    fait-il qu'il dise le mme non-sens au sujet de l'his-

    toire ? L'histoire est tellement complique que l'on

    ne remarque pas que, sous sa forme d'histoire prag-

    matique, elle est presque partout enseigne de cette

    faon ; on ne le remarque tout simplement pas.

    Nous voyons par l que la science de l'esprit, qui a

    pour tche d'acqurir des principes sains en ce qui

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    34/114

    PREMIRE CONFRENCE.

    7

    de connatre tout d'abord le penser, de se familiariser

    avec les lois et les impulsions internes du penser. Si-

    non il peut de fait vous arriver toutes sortes de choses

    grotesques. Ainsi, il y a, par exemple, quelqu'un qui

    s'avance aujourd'hui en clopinant sur le chemin

    cahoteux et raboteux du problme du penser et du

    langage. C'est le clbre critique du langage Fritz

    Mauthner qui a galement crit maintenant un grand

    dictionnaire philosophique. L'pais volume de

    Mauthner

    La critique du langage

    en est dj sa se-

    conde dition, ce qui prouve qu'elle est devenue aux

    yeux de nos contemporains un livre clbre. Ce livre

    contient bien des choses pleines d'esprit, mais aussi

    des choses pouvantables. On peut y trouver par

    exemple cette curieuse erreur de penser et on butte

    presque toutes les cinq lignes sur une erreur de pen-

    ser de ce genre que le bon Mauthner met en doute

    l'utilit de la logique. Car penser n'est tout simple-

    ment pour lui que parler, donc cela n'a pas de sens de

    faire de la logique, car on ne fait en ce cas que de la

    grammaire. Mais il dit en outre : puisqu'il ne peut pas

    exister de logique, les logiciens ont donc tous t des

    fous. Bien. Et il dit alors : dans la vie habituelle, les

    jugements naissent des dductions logiques et

    ensuite les reprsentations naissent des jugements.

    C'est ainsi que procdent les gens. quoi cela sert-il

    donc d'avoir d'abord une logique, si les gens agissent

    ainsi : des dductions logiques ils font natre des

    jugements et des jugements ils font natre des repr-

    sentations ? A quoi nous sert une logique ? Voil

    qui est tout aussi intelligent que de dire : A quoi sert

    d'avoir une botanique ? L'an dernier et il y a deux

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    35/114

    38

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    la mprise. On trouve encore bien d'autres choses

    bien plus tonnantes dans ce livre trange qui, au

    sujet du rapport entre penser et parler, n'arrive pas

    la clart, mais la confusion.

    J'ai dit que nous avons besoin d'un soubassement

    pour les choses qui sont censes nous conduire sans

    aucun doute jusqu'aux hauteurs de la rflexion spiri-

    tuelle. Un soubassement tel que nous l'avons produit

    aujourd'hui peut bien paratre un peu abstrait plus

    d'un ; mais nous en aurons besoin. Et je crois que

    j'essaie de rendre la chose malgr tout assez simple

    pour que ce qui importe puisse tre transparent. Je

    voudrais en particulier insister sur le fait que, ne

    serait-ce que par ces considrations simples, on peut

    acqurir un concept de la frontire qui spare le

    royaume des esprits de la forme du royaume des

    esprits du mouvement. Mais acqurir un tel concept

    est intimement li au fait d'tre tout simplement

    fond admettre des ides gnrales ou d'tre fond

    n'admettre que des reprsentations ou des concepts

    d'objets isols. Je dis expressment : tre fond .

    Nous mnerons demain plus loin notre construc-

    tion partir de ces prliminaires auxquels je n'ajoute

    rien, parce qu'ils sont un peu abstraits.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    36/114

    II

    Berlin, 21 janvier 1914

    Au fond, s'occuper de science de l'esprit rend n-

    cessaire de s'exercer paralllement et constamment

    une vie pratique dans les activits de l'esprit. Il est en

    ralit impossible de parvenir une totale clart au

    sujet des nombreuses choses qui ont t traites hier

    si l'on ne tente pas de venir bout des choses par une

    sorte d'apprhension vivante des activits inhrentes

    la vie de l'esprit, et en particulier aussi la vie de la

    pense. Car pourquoi la vie de l'esprit est-elle ainsi

    faite qu'il rgne par exemple de la non-clart quant

    aux rapports des concepts gnraux, du triangle en

    gnral aux reprsentations particulires des triangles

    particuliers chez des gens dont c'est le mtier de

    s'occuper des choses au plan de la pense ? D'o

    viennent donc ces choses retenant l'attention de

    sicles entiers, comme l'exemple cit hier des cent

    thalers possibles et des cent thalers rels de Kant ?

    D'o vient donc que l'on ne met pas en oeuvre les

    rflexions les plus simples qui seraient ncessaires

    pour qu'on s'aperoive qu'il ne peut exister quelque

    chose comme de l'histoire pragmatique, o ce qui

    suit est toujours dduit de ce qui prcde ? D'o

    vient-il que l'on ne met pas en oeuvre ce type de

    rflexion qui vous surprendrait au sujet de ce qui s'est

    rpandu dans les cercles les plus larges et qui

    constitue justement une faon impossible de conce-

    voir l'histoire de l'humanit ? D'o viennent toutes

    ces choses ?

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    37/114

    40

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    faon prcise. notre poque, tout un chacun veut,

    c'est bien connu, pouvoir revendiquer justre titre au

    moins la chose suivante, il veut pouvoir dire : pen-

    ser, mais videmment qu'on sait le faire Donc on

    commence penser. Or il y a dans le monde des vi-

    sions du monde. Beaucoup, beaucoup de philoso-

    phes ont exist. On s'aperoit que l'un a dit ceci, l'au-

    tre cela. Mais qu'ils ont t des gens passablement

    pourvus d'intelligence, qui auraient pu tre attentifs

    bien des choses qui sont des contradictions que l'on

    dcouvre chez eux, on n'y rflchit pas, on se dis-

    pense d'y rflchir. Mais on se flatte d'autant plus de

    savoir penser . Donc on peut penser par aprs ce

    que les gens ont pens l, et on est persuad que l'on

    trouvera bien soi-mme ce qui est juste. Car on n'a

    pas le droit, de nos jours, de faire le moindre crdit

    l'autorit C'est contraire la dignit de la nature

    humaine. Il faut penser par soi-mme. C'est tout fait

    ce que l'on pratique dans le domaine du penser.

    Je ne sais pas si les gens ont rflchi que ce n'est

    pas ce qu'ils font dans tous les autres domaines de la

    vie. Personne ne se sent par exemple soumis la foi

    en l'autorit ou au besoin maladif d'autorit lorsqu'il

    se fait faire son costume chez le tailleur ou ses chaus-

    sures chez le cordonnier. Il ne dit pas : c'est en-des-

    sous de la dignit de l'homme de se faire faire des

    choses par des gens dont on peut savoir qu'ils savent

    en matriser la confection. Eh oui, on va mme

    parfois jusqu' reconnatre qu'il faut apprendre ces

    choses. En ce qui concerne le penser, on ne reconnat

    pas dans la vie pratique que l'on doive aussi aller

    chercher des visions du monde l o on a appris le

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    38/114

    DEUXIME CONFRENCE.

    1

    C'est l'une des choses qui rgit notre vie dans

    les cercles les plus larges et contribue justement

    ce que la pense humaine ne soit pas un produit

    trs rpandu notre poque. Il me semble que l'on

    pourrait d'ailleurs trouver cela comprhensible. Car

    supposons que tous les gens disent un jour : ap-

    prendre faire des bottes, c'est une chose qui n'est

    plus digne d'un homme depuis longtemps ; nous

    allons nous mettre tous faire des bottes je

    ne sais pas s'il n'en sortirait que de trs bonnes

    bottes. Mais en ce qui concerne l'invention de

    penses justes dans la vision du monde, les gens

    notre poque partent en tout cas la plupart du

    temps de penses de ce type. C'est l'un des l-

    ments qui contribue ce qu'ait vraiment sa signi-

    fication profonde la phrase que j'ai prononce

    hier : que la pense est certes ce en quoi l'tre

    humain est pour ainsi dire entirement l'intrieur,

    et qu'il peut pour cette raison embrasser du regard

    dans son tre intrieur, mais que la pense n'est

    pas si rpandue qu'on aimerait le croire. cela

    vient, il est vrai, s'ajouter encore notre poque

    une prtention toute particulire, qui pourrait

    aboutir peu peu brouiller tout bonnement toute

    clart concernant la pense. De cela aussi il faut

    s'occuper. Il faut tout le moins y appliquer une

    fois son attention.

    Supposons la chose suivante : il y aurait eu

    Giirlitz un cordonnier du nom de Jakob Bhme. Et ce

    cordonnier nomm Jakob Bhme aurait appris le

    mtier de cordonnier, aurait bien appris comment on

    dcoupe les semelles, comment on donne la forme

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    39/114

    4 2

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    aussi le mettre en pratique. Et voici que ce cordonnier

    du nom de Jakob Bhme s'en serait venu et aurait

    dit : maintenant, je voudrais voir comment le monde

    est construit. Eh bien, je suppose qu' la base du

    monde il y a une grande forme. Que sur cette forme a

    t tendu le cuir cosmique. Puis on aurait pris les

    clous cosmiques et on aurait reli au moyen des clous

    cosmiques la semelle cosmique au cuir cosmique

    au-dessus. Puis on aurait pris le cirage cosmique et

    cir toute la chaussure cosmique. C'est ainsi que je

    peux m'expliquer qu'il fasse clair le matin. C'est

    qu'alors brille le cirage de la chaussure cosmique. Et

    quand le cirage cosmique est recouvert le soir de

    toutes sortes de choses, il ne brille plus. C'est pour-

    quoi je me reprsente que quelqu un s occupe

    pendant la nuit de faire briller neuf la botte

    cosmique. Et c'est ainsi que nat l'alternance du jour

    et de la nuit.

    Supposons que Jakob Bhme ait dit cela. Bien sr,

    vous riez, parce que Jakob Bhme n'a certainement

    pas dit cela, mais il a fait des chaussures convenables

    pour les bourgeois de Grlitz, il s'est servi pour cela

    de son art de cordonnier. Mais il a aussi difi ses

    penses grandioses, par lesquelles il voulait difier

    une vision du monde. L, il a procd autrement. Il

    s'est dit : l, les penses qui me servent faire des

    chaussures n'y suffiraient pas, car si je veux avoir

    des penses cosmiques, je n'ai pas le droit d'appli-

    quer l'difice cosmique des penses grce aux-

    quelles je fais des chaussures pour les gens. Et il

    en est arriv ses penses sublimes au sujet de l'di-

    fice du monde. Donc ce Jakob Bhme que j'ai tout

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    40/114

    DEUXIME CONFRENCE.

    3

    Mais ces Jakob Bhme hypothtiques, qui sont

    comme celui dont vous avez ri, existent ajourd'hui

    partout. Nous avons par exemple des physiciens, des

    chimistes. Ils ont appris par quelles lois on unit et on

    dissocie les substances dans le monde. Il y a des zoo-

    logistes, qui ont appris comment on tudie et dcrit

    les animaux. Il y a des mdecins, qui ont appris

    comment il faut traiter le corps physique de l'homme

    et ce qu'ils appellent l'me. Que font tous ceux-ci ? Ils

    disent : si l'on veut chercher une vision du monde, on

    prend les lois que l'on a apprises en chimie, en

    physique ou en physiologie l'existence d'autres lois

    n'est pas admise et avec ces lois, on se construit une

    vision du monde. Ces gens font exactement ce qu'au-

    rait fait le cordonnier qui vient d'tre construit hypo-

    thtiquement, s'il avait fabriqu la botte cosmique.

    Seulement, on ne remarque pas que, du point de vue

    de la mthode, les visions du monde sont absolu-

    ment produites de la mme faon que l'hypothtique

    botte cosmique. Certes, cela parat grotesque de se

    reprsenter l'alternance du jour et la nuit par celle de

    l'usure du cuir de la chaussure et du frottement pour

    la faire reluire pendant la nuit. Mais au regard d'une

    logique vraie, c'est dans le principe exactement la

    mme chose que si l'on veut construire l'difice du

    monde partir des lois de la chimie, de la physique,

    de la biologie et de la physiologie. Trs exactement le

    mme principe C'est l'insigne prtention du physi-

    cien, du chimiste, du physiologiste, du biologiste, qui

    ne veulent tre rien d'autre que physicien, chimiste,

    physiologiste, biologiste, et qui veulent cependant

    avoir un jugement sur la totalit du monde.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    41/114

    44

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    transparent sa formule vritable. Lorsque l'on

    considre donc tout cela sous l'angle de la mthode

    et de la logique, il ne faut pas s'tonner que, avec bien

    des essais de construction d'une vision du monde, on

    n'obtienne en fait rien d'autre que la botte cos-

    mique . Et c'est ce genre de choses qui peut inciter

    s'occuper de la science de l'esprit, s'occuper d'acti-

    vits pratiques du penser, qui peut vous engager

    vous occuper de la manire dont il faut penser, afin

    de percer jour en quels endroits il y a des choses qui

    ne vont pas dans le monde.

    Je voudrais faire ici tat d'autre chose, pour mon-

    trer o se trouve la racine d'innombrables malen-

    tendus propos des conceptions du monde. Ne fait-

    on pas constamment l'exprience, lorsqu'on se

    proccupe de visions du monde, que l'un croit ceci,

    l'autre cela ; l'un dfend, souvent avec de bons argu-

    ments car on peut trouver de bons arguments pour

    tout une chose, l'autre, avec de tout aussi bons

    arguments, une autre chose ; et l'un rfute une chose

    tout aussi bien que l'autre rfute cette autre chose

    l'aide de bons arguments. L'adhsion ceci ou cela

    ne tient pas d'emble dans le monde, on le sait, ce

    que l'un ou l'autre est convaincu par un cheminement

    juste de ce qui est enseign ici ou l. Si vous consi-

    drez quels chemins doivent parcourir les lves de

    tels ou tels grands hommes pour arriver jusqu' tel ou

    tel grand homme, vous verrez qu'il y a l certes pour

    nous quelque chose d'important en rapport avec le

    karma ; mais, par rapport aux visions du monde qui

    existent aujourd'hui dans le monde extrieur, il faut

    dire : que l'on devienne bergsonien ou haeckelien

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    42/114

    DEUXIME CONFRENCE.

    5

    choses tout autres que du fait que l'on adhre exclusi-

    vement, par le seul biais de la conviction la plus

    profonde, ce quoi on a prcisment t conduit.

    C'est un combat o chacun projette des arguments

    sur l'adversaire. Et j'ai dit hier : il a exist des nomina-

    listes, des gens qui affirmaient que les concepts gn-

    raux n'ont absolument aucune ralit, ne sont que

    des noms. Ils ont eu des adversaires, ces nomina-

    listes. On appelait en ce temps-l ralistes le terme

    avait cette poque-l une autre signification qu'au-

    jourd'hui les adversaires des nominalistes. Ces

    ralistes affirmaient : les concepts gnraux ne sont

    pas seulement des mots, non, ils se rapportent une

    ralit tout fait particulire.

    Au Moyen-ge, la question ralisme ou nomina-

    lisme ? devint pour la thologie tout particulire-

    ment brlante dans un domaine qui aujourd'hui ne

    proccupe plus que trs peu les penseurs. Car l'po-

    que o surgit la question nominalisme ou ra-

    lisme ? , du onzime au treizime sicle, il y avait

    quelque chose qui faisait partie de la croyance la plus

    importante des hommes, la question des trois per-

    sonnes divines , le Pre, le Fils et le Saint-Esprit, qui

    taient censes former un tre divin, mais tre cepen-

    dant trois personnes vritables. Et les nominalistes

    affirmaient ceci : ces trois personnes divines n'exis-

    tent qu'isolment, le Pre pour lui-mme, le

    Fils pour lui-mme, l' Esprit pour lui-mme ; et

    lorsqu'on parle d'un Dieu commun qui embrasse les

    trois, ce n'est qu'un nom pour les trois. Ainsi, le

    nominalisme vacuait de la trinit l'unit et les nomi-

    nalistes non seulement dclaraient, face aux ralistes,

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    43/114

    46

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    censes constituer une unit non seulement pense,

    mais relle.

    Nominalisme et ralisme taient donc des contrai-

    res. Et vraiment, celui qui se plonge dans la littrature

    qui est issue du nominalisme et du ralisme dans les

    sicles dont il a t question peroit en profondeur ce

    que peut produire la sagacit humaine, car les argu-

    ments les plus sagaces ont t produits tant pour le

    nominalisme que pour le ralisme. Il tait en effet

    plus difficile cette poque-l que maintenant d'ac-

    cder un penser de cette sorte, parce que l'impri-

    merie n'existait pas encore cette poque et qu'on ne

    parvenait pas sans mal prendre part des contro-

    verses comme celles qui avaient lieu entre les nomi-

    nalistes et les ralistes ; si bien que celui qui prenait

    part des luttes de ce genre devait tre la faon de

    l'poque beaucoup mieux prpar que ne le sont

    aujourd'hui ceux qui prennent part aux controverses.

    Une norme quantit de sagacit a t dpense pour

    dfendre le ralisme, une autre norme quantit de

    sagacit a t dpense pour dfendre le nomina-

    lisme. D'o cela vient-il ? Il est tout de mme affli-

    geant qu'une chose pareille existe. Lorsqu'on rfl-

    chit un peu en profondeur, on est oblig de dire qu'il

    est affligeant qu'une chose pareille existe. Car on

    peut tout de mme se dire, quand on rflchit un peu

    en profondeur : quoi te sert d'tre intelligent ? Tu

    peux tre intelligent et dfendre le nominalisme et tu

    peux tre tout aussi intelligent et rfuter le nomina-

    lisme. C'est douter de toute l'intelligence humaine.

    Il est attristant ne serait-ce que d'couter ce que

    signifie ce genre de caractristiques.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    44/114

    DEUXIME CONFRENCE.

    7

    t avances en faveur du nominalisme ou du ra-

    lisme, mais qui a peut-tre par rapport tout cela

    l'avantage d'aller droit au but, c'est--dire de trouver

    la direction dans laquelle il faut penser.

    Supposez que vous vous placiez dans la situation

    o l'on se trouve lorsqu'on forme des concepts

    gn-

    raux,

    lorsqu'on rassemble une grande quantit de

    particularits. On peut rassembler des particularits

    de deux faons, voyons-le sur un exemple. On peut

    flner de par le monde comme on le fait dans la vie et

    voir toute une srie d'animaux particuliers qui ont le

    poil soyeux ou laineux, de diverses couleurs, qui ont

    des moustaches et par moments se livrent une acti-

    vit singulire qui fait penser celle d'un homme qui

    se lave, qui mangent des souris, etc. On peut appeler

    chats des tres de cette sorte que l'on a observs ainsi.

    On a alors form un concept gnral. Tous ces tres

    que l'on a vus ainsi ont quelque chose faire avec ce

    que l'on appelle les chats.

    Mais supposons que l'on fassse la chose suivante.

    On aurait vcu une vie riche : une vie qui vous aurait

    fait rencontrer de nombreuses personnes, hommes et

    femmes, possdant des chats et on aurait trouv

    qu'un grand nombre de possesseurs de chats ont

    nomm leur chat Moufti . Comme on a trouv cela

    dans de nombreux cas, on rassemble sous le nom de

    mouftis tous les tres que l'on a trouvs pourvus

    du nom de Moufti. Vu de l'extrieur, on a le concept

    gnral de chat et le concept gnral de moufti. On a

    le mme fait, le concept gnral ; et de nombreux

    tres particuliers relvent les deux fois du concept

    gnral. Et pourtant, personne n'ira affirmer que le

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    45/114

    48

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    dans ce que l'on a fait en formant le concept gnral

    de moufti, qui n'est que la runion de noms qui font

    office de noms propres, on s'est orient d'aprs le

    nominalisme et juste titre ; et en formant le concept

    gnral de chat, on s'est orient d'aprs le ralisme, et

    juste titre. Dans le premier cas, le nominalisme est

    justifi, dans le deuxime cas, le ralisme. Tous deux

    sont justifis. Il faut seulement se servir de ces choses

    l'intrieur de leurs justes limites. Et si tous les deux

    sont justifis, il ne faut pas s'tonner que l'on puisse

    produire de bonnes raisons pour l'un ou l'autre. Je

    me suis servi avec ce nom de moufti d'un exemple

    un peu grotesque. Mais je pourrais vous citer un

    exemple de beaucoup plus de poids et vais justement

    considrer cet exemple devant vous.

    Dans le champ de notre exprience extrieure, il y

    a un domaine o le nominalisme, c'est--dire la repr-

    sentation que ce qui rassemble n'est qu'un nom, est

    pleinement justifi. Il y a un , il y a deux , il y a

    trois , quatre , cinq , etc. Mais il est impossible

    celui qui voit la situation dans son ensemble de

    trouver dans le terme de nombre quelque chose

    qui ait vraiment une existence. Le nombre n'a pas

    d'existence. Un , deux , trois , cinq , six ,

    etc., voil qui a de l'existence. On ne peut pas faire

    pour le concept de nombre ce que j'ai dit hier,

    savoir que pour trouver le concept gnral, on doit

    mettre en mouvement ce dont il s'agit. Car le un ne

    devient jamais le deux ; il faut toujours ajouter une

    unit. Mme en pense, le un ne devient pas le deux,

    le deux ne devient pas non plus le trois. Il n'existe

    que des nombres particuliers, pas le nombre en

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    46/114

    DEUXIME CONFRENCE. 9

    rapport son espce, le ralisme est absolument

    exact. Car il est impossible qu'existe un cerf et un

    autre cerf et encore un autre cerf sans qu'existe

    l'espce cerf. Deux peut exister pour lui-mme,

    un , sept , etc. peuvent exister pour eux-mmes.

    Mais partir du moment o le rel apparat dans le

    nombre, ce qui est nombre est une ralit singulire

    et l'expression nombre n'a aucune existence

    d'aucune sorte. Car dans les rapports des objets ext-

    rieurs aux concepts gnraux il y a des diffrences, et

    tel objet doit tre trait la manire du nominalisme,

    tel autre la manire du ralisme.

    Nous arrivons de cette faon, en donnant tout

    simplement la pense la bonne direction, tout au-

    tre chose. Maintenant nous commenons compren-

    dre pourquoi existent dans le monde tant de contro-

    verses propos de conceptions du monde. Les

    hommes ne sont en gnral pas ports, quand ils ont

    compris une chose, comprendre encore une autre

    chose. A partir du moment o quelqu'un a compris

    dans un domaine que les concepts gnraux n'ont

    pas d'existence, il gnralise ce qu'il a compris en

    l'tendant la totalit du monde et de sa structure. La

    phrase les concepts gnraux n'ont pas d'existence

    n'est pas fausse ; car elle est exacte pour le domaine

    que la personne en question a considr. Ce qui est

    faux, c'est la gnralisation. Il est donc essentiel, lors-

    qu'on veut se faire tout simplement une reprsenta-

    tion au sujet du penser, d'tre au clair sur le fait que la

    vrit d'une pense dans son domaine ne signifie

    encore rien quant la validit gnrale de cette

    pense. Une pense peut tout fait tre justifie dans

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    47/114

    50

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    faon aussi exacte que l'on voudra, il peut tre im-

    possible d'appliquer ce qui a t prouv ainsi un

    domaine o cela n'a que faire. Il est pour cette raison

    ncessaire que celui qui veut se proccuper avec

    srieux des voies qui conduisent une vision du

    monde prenne avant tout connaissance de ce fait :

    l'unilatralit est le plus grand ennemi de toutes les

    conceptions du monde et il est ncessaire avant tout

    d'viter l'unilatralit. Nous devons viter l'unilatra-

    lit. C'est ce que je veux indiquer tout particulire-

    ment aujourd'hui : il est ncessaire que nous vitions

    les unilatralits.

    Considrons tout d'abord aujourd'hui ce qu'il est

    prvu d'expliquer en dtail dans les prochaines

    confrences, de faon nous procurer tout d'abord

    une vue d'ensemble sur la question.

    Il peut exister des hommes dont les dispositions

    sont tout simplement telles qu'il leur est impossible

    de trouver le chemin de l'esprit. Il sera difficile de

    jamais leur prouver le spirituel. Ils en restent ce

    dont ils savent quelque chose, ce dont leurs dis-

    positions les portent savoir quelque chose. Ils en

    restent ce qui leur fait l'impression la plus grossire,

    la ralit matrielle. Un homme de ce genre est un

    matrialiste et sa vision du monde est le matria-

    lisme. Il n'est pas ncessaire de trouver toujours

    insens ce qui a t produit par les matrialistes pour

    dfendre, pour prouver le matrialisme, car on a crit

    dans ce domaine normment de choses trs sagaces.

    Ce qui a t crit est tout d'abord valable pour le

    domaine matriel de la vie, pour le monde de la

    ralit matrielle et pour ses lois.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    48/114

    DEUXIME CONFRENCE.

    1

    manifestation du spirituel. Ils savent naturellement

    tout aussi bien que les matrialistes qu'il existe une

    ralit matrielle extrieure ; mais ils disent ceci : le

    matriel n'est que la manifestation du spirituel qui lui

    est sous-jacent. Des hommes de cette sorte ne s'int-

    ressent peut-tre pas spcialement du tout au monde

    matriel et ses lois. Ils traversent peut-tre le

    monde, agitant en eux-mmes tout ce qui peut leur

    donner des reprsentations du spirituel, avec la

    conscience que ce qui est vrai, lev, ce dont on doit

    se proccuper, ce qui a vraiment une ralit, c'est tout

    de mme l'esprit seulement ; que la matire n'est

    qu'un leurre, n'est qu'une fantasmagorie extrieure.

    Ce serait l un point de vue extrme, mais il peut

    exister et il peut conduire jusqu' une ngation totale

    de la vie matrielle. Nous devrions dire d'hommes de

    cette sorte : ils reconnaissent pleinement ce qui est

    sans nul doute le plus rel, l'esprit ; mais ils sont

    unilatraux, ils nient l'importance de la matire et de

    ses lois. On pourra dployer beaucoup de sagacit

    pour dfendre la vision du monde de ce type

    d'hommes. Appelons la vision du monde de ce type

    d'hommes spiritualisme. Peut-on dire que les spiri-

    tualistes ont raison ? Leurs affirmations pourront

    faire apparatre des choses extrmement justes en

    faveur de l'esprit, mais elles ne pourront gure faire

    apparatre de choses importantes au sujet de la ralit

    matrielle et de ses lois. Peut-on dire que les matria-

    listes ont raison dans leurs affirmations ? Certes, ils

    pourront peut-tre faire apparatre des choses ex-

    traordinairement utiles et valables propos de la ma-

    tire et de ses lois ; mais quand ils parleront de

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    49/114

    52

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    Il peut y avoir des hommes qui disent : en fait, que

    dans le monde de la vrit il y ait seulement de la ma-

    tire ou seulement de l'esprit, je ne peux rien en sa-

    voir de particulier ; la facult de connaissance hu-

    maine ne peut absolument pas s'y appliquer. Une

    seule chose est claire, c'est qu'il y a autour de nous un

    monde qui se dploie. Est-il fondamentalement

    constitu par ce que les chimistes, les physiciens,

    quand ils deviennent matrialistes, appellent les

    atomes de la matire, je ne le sais pas. Mais j'admets le

    monde qui est dploy tout autour de moi ; ce

    monde, je le vois, je peux penser son sujet. Quant

    savoir si de plus il est ou non constitu fondamenta-

    lement d'un esprit, je n'ai pas de raison particulire

    d'admettre quoi que ce soit ce sujet. Je m'en tiens

    ce qui est dploy tout autour de moi. Dans un sens

    un peu diffrent de celui que j'ai donn ce mot, on

    peut appeler ces hommes des ralistes et leur concep-

    tion du monde le ralisme. Exactement de la mme

    manire que l'on peut mettre en oeuvre normment

    de sagacit en faveur du matrialisme comme en

    faveur du spiritualisme, et que l'on peut en outre dire

    aussi beaucoup de choses sagaces au sujet du spiritua-

    lisme et les plus grandes sottises au sujet de la ralit

    matrielle, de mme que l'on peut parler avec beau-

    coup de sagacit sur la matire et trs sottement sur le

    spirituel, de mme on peut avancer les arguments les

    plus sagaces en faveur du ralisme, qui n'est ni le

    spiritualisme, ni le matrialisme, mais prcisment ce

    que je viens de caractriser l'instant.

    Mais il peut encore y avoir d'autres hommes qui

    disent peu prs la chose suivante. Autour de nous, il

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    50/114

    DEUXIME CONFRENCE.

    3

    vritable, si ne se trouve en lui cette tendance qui va

    vers l'avant, si de ce monde qui est dploy tout

    autour de nous ne peut natre ce qui, n'tant pas

    contenu dans le monde qui est dploy tout autour

    de nous, peut permettre l'me de s'orienter. Selon la

    vision du monde de ces hommes, l'idel et l'idal

    doivent tre l'intrieur du processus du monde. Ces

    hommes donnent aux processus du monde ce qui

    leur revient. Ce ne sont pas des ralistes, bien qu'ils

    donnent la vie relle ce qui lui revient, mais ils sont

    d'avis que la vie relle doit tre imprgne de l'idel,

    que c'est alors seulement qu'elle prend un sens. Se

    sentant un jour lgrement tent par cette disposition

    d'esprit, Fichte a dit : la totalit du monde qui se

    dploie tout autour de nous est le matriau devenu

    sensible qui permet l'accomplissement du devoir. On

    peut appeler idalistes, et leur vision du monde ida-

    lisme, les reprsentants de cette vision du monde qui

    ne fait de toutes choses que des moyens pour des

    ides qui pntrent le processus du monde. De belles

    et grandes et sublimes choses ont t mises en avant

    en faveur de cet idalisme. Et dans le domaine que je

    viens de caractriser, o il s'agit de montrer combien

    le monde serait dpourvu de finalit et de sens si les

    ides n'taient que des crations de l'imagination

    humaine et n'taient pas rellement fondes dans le

    processus du monde, dans ce domaine, l'idalisme a

    sa pleine signification. Mais avec cet idalisme, on ne

    peut, par exemple, pas expliquer la ralit extrieure,

    la ralit extrieure du raliste. C'est pourquoi il faut

    distinguer des autres visions du monde une vision

    qui peut tre appele idalisme.

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    51/114

    54

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    Matrialisme

    Idalisme

    alisme

    Spiritualisme

    matrialisme et l'idalisme il existe une certaine tran-

    sition. Le matrialisme tout fait grossier on peut,

    c'est certain, l'observer particulirement bien notre

    poque, bien qu'il soit dj aujourd'hui en perte de

    vitesse consistera ce que l'on pousse l'extrme

    ce qu'a dit Kant (Kant lui-mme ne l'a pas fait ),

    qu'il y a dans les diverses sciences autant de vritable

    science seulement qu'il y a de mathmatique. C'est--

    dire que de matrialiste on peut devenir un valet cal-

    culateur de l'univers, puisqu'on n'admet rien d'autre

    que le monde rempli d'atomes matriels. Ils se heur-

    tent, ils tourbillonnent dans tous les sens, et ensuite

    on calcule comment ces atomes tourbillonnent dans

    tous les sens. On obtient alors de bien beaux rsul-

    tats, ce qui peut bien prouver que cette vision du

    monde a sa pleine justification. Par exemple, on ob-

    tient les frquences du bleu, du rouge, etc. ; on ob-

    tient le monde entier sous la forme d'une sorte

    d'appareil mcanique et on peut faire de subtils

    calculs sur cet appareil. Mais cette chose-l peut vous

    garer quelque peu. On peut se dire, par exemple :

    oui, mais mme lorsqu'on a une machine aussi

    complique qu'on voudra, il ne peut cependant ja-

    mais sortir de cette machine ce qu'on prouve

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    52/114

    DEUXIME CONFRENCE.

    5

    peut malgr tout pas sortir du cerveau ce que l'on a

    comme expriences de l'me. Mais on peut dire alors,

    comme a dit un jour Du Bois-Reymond : Certes, si

    l'on veut expliquer le monde par les seules mathma-

    tiques, on ne pourra expliquer la sensation la plus

    simple qui soit ; mais si on ne veut pas s'en tenir

    l'explication mathmatique, on devient non-scienti-

    fique. Le matrialiste grossier dirait : non, je ne

    calcule pas non plus ; car cela prsuppose dj une

    superstition, la superstition consistant supposer

    que les choses sont ordonnes selon la mesure et le

    nombre. Et celui qui s'lve au-dessus de ce matria-

    lisme grossier devient un esprit mathmatique et

    n'admet comme rellement valable que ce qui peut

    justement tre mis en formules de calcul. Cela donne

    une vision du monde qui n'admet en ralit comme

    valable que la formule mathmatique. On peut l'ap-

    peler mathmatisme.

    Mais quelqu'un peut ensuite rflchir et se dire,

    aprs avoir t mathmatiste : que la couleur bleue ait

    telle ou telle frquence, cela ne peut pas tre une su-

    perstition. Le monde est quand mme bien ordonn

    selon les mathmatiques. Pourquoi, si des ides ma-

    thmatiques sont ralises dans le monde, d'autres

    ides ne seraient-elles pas galement ralises dans le

    monde ? Un homme de cette sorte admet que des

    ides vivent dans le monde. Mais il n'admet comme

    valables que les ides qu'il trouve, et non pas des

    ides qu'il saisirait de l'intrieur, par exemple par une

    quelconque intuition ou inspiration, non, seulement

    celles qu'il abstrait des choses extrieures du rel

    sensible. Un homme de ce type devient un rationa-

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    53/114

    Idalisme

    Ralisme

    56

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    intellectuelle, on est dj un idaliste. Il y a donc un

    chemin qui va du matrialisme grossier l'idalisme

    en passant par le mathmatisme et le rationalisme.

    Matrialisme

    Mathmatisme

    Rationalisme

    Spiritualisme

    Mais l'idalisme peut encore tre intensifi.

    notre poque, il se trouve quelques personnes qui

    tentent d'intensifier l'idalisme. Elles trouvent en

    effet des ides dans le monde. Lorsqu'on trouve des

    ides, il faut que soit aussi prsente dans le monde

    une forme d'tres dans laquelle des ides puissent

    vivre. Il ne va tout de mme pas de soi que des

    ides puissent vivre dans une chose extrieure quel-

    conque. Les ides ne peuvent pas non plus vivre pour

    ainsi dire en l'air. Il a certes exist au dix-neuvime

    sicle la croyance que les ides sont ce qui mne l'his-

    toire. Mais ce n'tait qu'une chose qui n'tait pas

    claire ; car les ides en tant que telles n'ont pas de

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    54/114

    DEUXIME CONFRENCE.

    7

    lies un tre qui peut justement avoir des ides, ne

    sera plus un simple idaliste, mais il va jusqu' ad-

    mettre que les ides sont lies des tres. II devient

    un psychiste et sa vision du monde est le psychisme.

    Le psychiste, qui peut son tour dployer norm-

    ment de sagacit pour sa vision du monde, ne

    parvient lui aussi cette vision du monde que par une

    attitude unilatrale dont il peut ventuellement pren-

    dre conscience.

    Il me faut ici ajouter tout de suite la chose sui-

    vante : pour toutes les visions du monde que je vais

    crire au-dessus du trait horizontal, il y a des parti-

    sans et ces partisans sont la plupart du temps des

    esprits rigides qui adoptent telle ou telle vision du

    monde par suite de dispositions fondamentales quel-

    conques qu'ils ont en eux et qui en restent l. Tout ce

    qui est situ au-dessous de ce trait a des adeptes qui

    sont plus facilement accessibles la connaissance que

    les diverses visions du monde ne voient jamais les

    choses que d'un certain point de vue ; pour cette

    raison ils en arrivent plus facilement passer d'une

    vision du monde une autre.

    Lorsque quelqu'un est psychiste et que, parce qu'il

    est un homme de la connaissance, il est au clair sur le

    fait qu'il regarde le monde de faon contemplative, il

    en vient se dire qu'il doit prsupposer dans le

    monde un lment psychique. Cependant ds l'ins-

    tant o il n'est pas seulement un homme de la

    connaissance, mais o il a de la mme manire une

    sympathie pour ce qui est actif, pour ce qui dans la

    nature humaine est de qualit volontaire, il se dit : il

    ne suffit pas que soient l des tres qui ne peuvent

  • 7/24/2019 Steiner Rudolf - La Pense Humaine Et La Pense Cosmique

    55/114

    58

    A PENSE HUMAINE ET LA PENSE COSMIQUE.

    soient des tres individuels. Cela signifie que cette

    personne s'lve de l'hypothse selon laquelle le

    monde est anim l'hypothse selon laquelle il y a

    dans le monde l'esprit ou les esprits. Il ne sait pas

    encore clairement s'il doit admettre un ou plusieurs

    tres spirituels, mais il s'lve du psychisme au pneu-

    matisme, la doctrine de l'esprit.

    partir du moment o quelqu'un est devenu en

    ralit pneumatiste, il peut tout fait se produire qu'il

    comprenne ce que j'ai dit aujourd'hui propos du

    nombre, savoir qu'en ce qui concerne les nombres il

    est effectivement un peu problmatique de parler

    d'unit. Il en vient alors se dire : ce sera donc faire

    preuve de confusion que de parler d'un esprit un,

    d'un pneuma un. Et il en vient peu peu pouvoir se

    faire une reprsentation des esprits des diffrentes

    hirarchies. Il devient alors authentiquement spiri-

    tualiste, si bien qu'il y a donc de ce ct un passage

    direct du pneumatisme au spiritualisme.

    Tout ce que j'ai inscrit au tableau, ce sont des vi-

    sions du monde qui ont leur justification pour leurs

    domaines. Car il y a des domaines o le psychisme est

    clairant, il y a des domaines o le pneumatisme est

    clairant. Si l'on se propose de procder de faon

    aussi mthodique dans l'explication du monde que

    nou