CA33 - Évaluation de la progression de la fibrose chez les malades co-infectés par le VIH et le VHC

  • Published on
    17-Sep-2016

  • View
    215

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>916</p><p> Masson, Paris, 2005. Gastroenterol Clin Biol, 2005, 29</p><p>CA33VALUATION DE LA PROGRESSION DE LA FIBROSECHEZ LES MALADES CO-INFECTS PAR LE VIH ET LEVHC</p><p>P Bonnard (1), P Callard (2), C Amiel (1), JB Guiard-Schmid(1), G Pialoux (1)(1) Service de Maladies Infectieuses, (2) LaboratoiredAnatomopathologie Hpital Tenon, Paris.</p><p>Pour estimer la progression de la fibrose au cours de la co-infection VIH/VHC chez les malades non traits pour leVHC, nous avons valu la fibrose deux ponctions biopsieshpatiques (PBH) successives, conformment aux recom-mandations (ECC 2005).Matriels et mthodes : Linitiation dun traitement anti-VHC dpend de lvaluation de la fibrose. En labsencedindication de traitement spcifique, il est recommand dere-biopsier les malades tous les trois ans afin dvaluer laprogression de la maladie. Les malades co-infects du ser-vice rpondant ces critres ont t analyss.Rsultats : Sur 2 900 malades infects par le VIH suivis dansle service, 9 % (N = 261) sont co-infects par le VHC. Parmieux, 119 ont t biopsis une fois, 48 ont t traits, 18 sontperdus de vue, 30 sont en attente dune deuxime PBH et33 ont t bi-biopsis. Ces derniers (18 hommes, 15 femmes,43 r 6 ans la premire PBH), non traits pour le VHC ontt inclus dans lanalyse. La mdiane de suivi tait de 9 ans[2-16] et 26 (79 %) recevaient un traitement anti rtrovirallors de la premire PBH (476 +/- 280 CD4). la premirePBH, tous les malades taient F0 ou F1, sauf 3 cots F2. Ledlai moyen entre les biopsies tait de 50 +/- 13 mois. ladeuxime PBH, aucun malade ntait cot F0, 13 (40 %)taient F1, 11 (33 %) taient F2, six (18 %) taient F3 et3 (9 %) taient F4. Le taux de progression de la fibrose estmesur 0,26 point de fibrose par an. Parmi ces 33 malades,10 (30 %) ont progress de plus de deux points de fibrose etont t qualifis de fibroseurs rapides . Lanalyse statisti-que comparant les fibroseurs rapides (N = 10) et lesautres (N = 23) na pas retrouv de lien entre la progressionde la fibrose, lge, la consommation dalcool, le taux deCD4, la charge virale VIH, le gnotype du VHC, la biliru-bine, les phosphatases alcalines, ASAT, ALAT. Seule la pr-sence de lassociation didanosine et stavudine a t retrouvecomme relie la progression de la fibrose (P = 0.072).Quinze malades ont dbut un traitement anti-VHC suite auxrsultats de la deuxime PBH.Discussion : Malgr les obstacles lis la ralisation de laPBH, il faut valuer ces malades avec des dlais brefs car10/33 (30 %) dentre eux progressent dau moins deux pointsde fibrose entre les deux PBH. La brivet de ce dlai estlgitime : dans notre exprience, cette surveillance a permis 15 malades (45 %) qui navaient pas de critres dinitiationdu traitement anti-VHC 3 ans auparavant, de dbuter un trai-tement anti-VHC. Le dveloppement des techniques noninvasives dvaluation de la fibrose (marqueurs sriques,Fibroscan) pourrait permettre de raccourcir ce dlai.</p><p>CA34LA CONSOMMATION DE CAFINE NEST PAS RELIEAU TAUX DALAT NI LACTIVIT HISTOLOGIQUE AUCOURS DE L HPATITE CHRONIQUE C</p><p>C Costentin (1), C Hzode (1), F Roudot-Thoraval (2),F Medkour (1), ES Zafrani (3), JM Pawlotsky (4),D Dhumeaux (1), A Mallat (1)(1) Service dHpatologie et Gastroentrologie, (2) SantPublique, (3) Anatomo-Pathologie, (4) Virologie, HpitalHenri Mondor, Universit Paris XII, Crteil.</p><p>Il a rcemment t rapport une relation inverse entre la con-sommation de cafine et le taux dALAT chez des malades risque lev de maladie chronique du foie (Ruhl Gastroente-rology 2005). Cet effet pourrait tre d des propritsantioxydantes de la cafine. Le but de cette tude tait dva-luer limpact de la consommation de cafine sur le tauxdALAT et lactivit ncrotico-inflammatoire au cours delhpatite chronique C.183 malades avec une hpatite C chronique active prouvehistologiquement ont t tudis. Les donnes recueilliestaient les suivantes : lge, le sexe, le mode de contamina-tion, la consommation quotidienne dalcool, de tabac, decafine pendant les 6 mois prcdant la biopsie hpatique,lindice de masse corporelle, le gnotype, la statose, les sco-res dactivit et de fibrose (METAVIR) et le taux dALAT aumoment de la biopsie hpatique.La population comportait 119 hommes et 64 femmes, dgemoyen 44,6 r 10,9 ans. La consommation quotidienne decafine tait calcule en fonction du nombre de tasses de caf(136 mg/tasse), tasses de th (64 mg/tasse) et canettes desoda contenant de la cafine (46 mg/canette) consommespar jour. La population tait classe en 4 groupes selon leurconsommation de cafine quotidienne, moins de 261 mg parjour (N = 45), de 261 400 mg/j (N = 39), 401 675 mg/j(N = 51) et plus de 675 mg/j. Pour ces 4 groupes, les tauxmoyens dALAT (en nombre de fois la valeur normale)taient respectivement de 2,1 r 1,8, 1,9 r 1,6, 2,0 r 1,3,1,9 r 1,5. Le pourcentage de malades avec des ALAT levestait respectivement de 64,4 % (N = 29), 74,4 % (N = 29),76,5 % (N = 39) et 72,2 % (N = 35). Le pourcentage demalades avec une activit modre svre (A2-A3) taitrespectivement de 68,9 % (N = 31), 66,7 % (N = 26), 51 %(N = 26), 54,2 % (N = 26). Il ny avait pas de relation signifi-cative entre la consommation quotidienne de cafine et lesALAT ou lactivit ncrotico-inflammatoire. En analysemultivarie, les facteurs prdictifs dactivit modre etsvre taient la statose (OR = 3,8 IC 95 % :1,6-9.2) et letaux d ALAT (OR = 3,3 IC 95 % : 1.5-7,1).En conclusion la consommation de cafine ne semble pasexercer deffet hpato-protecteur au cours de lHCC.</p></li></ul>

Recommended

View more >