Grands courants de la littérature - ?rature_Cours.pdf · Grands courants de la littérature Titre

  • View
    217

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Grands courants de la littérature - ?rature_Cours.pdf · Grands courants de la littérature Titre

  • 1

    Grands courants de la littrature

    Titre : Introduction : le thme du cours

    I. Cours de littrature franaise et de littrature trangre littrature compare

    1. Pourquoi le roman ?

    2. Pourquoi priode XVIIIe s. XXIe s. ?

    II. Cours qui demande une lecture active + tablir rapports entre les oeuvres,

    entre lectures et notions thoriques, entre les savoirs

    III. Vision diachronique : connatre le contexte historique, culturel, philosophique

    dune oeuvre

    IV. Un cours = un focus sur une oeuvre : il est conseill de lire les oeuvres,

    rsums disponibles sur lUV. Certains cours impliquent une lecture obligatoire (v.

    liste sur lUV).

    Titre : Rapide panorama de lhistoire du roman

    I. Quest-ce quun roman ?

    1. Dfinition :

    a) Genre populaire

    - a na pas tjrs t le cas : lgtmps mal-aim car frivole,

    immoral et invraisemblable

    - il na acquis sa lgitimit quau cours de ces 2 derniers

    sicles

    b) Genre hgmonique (dominant) et imprialiste (qui dborde sur

    tous les autres genres)

    - Place dominante dans le champ littraire

    - Renversement historique

    - Contamine les autres discours

    Ex. : storytelling (en pub et politique), biographie

    romance c) Capacit dassimilation

    - Le roman sapproprie le discours dautres genres > son

    succs - Investissement des discours philosophiques, historiques,

    scientifiques,

    d) Genre protiforme : en rinvention perptuelle et en volution

    constante e) Capacit de renouvellement : adaptabilit, permanence et

    dveloppement dadaptions cinmatographiques

    f) Genre camlon/buvard : se nourrit de tout ce qui lentoure

    La spcificit du roman est son indtermination. Il nexiste aucun critre dfinitoire strict,

    do la difficult de donner une dfinition stable et prcise.

  • 2

    2. Caractristiques indicatives et non dfinitoires

    a) Forme : le roman est une uvre en prose

    - car de la posie, a priori

    N.B. : il existe des romans en vers (ex. : Moyen-ge

    et les textes piques, Pouchkine ou Byron au XIXe, Christoph Ransmayr en 2008 La

    Montagne volante )

    b) Genre : le roman est un genre sans forme prtablie

    - Pas de modle antique : ni rgles, ni traits ; chacun les

    invente - Genre ouvert, libre

    - Htrognit structurelle

    - Certains romans = modles > imits/parodis>format de

    ss-genres - Modles vite contests, non-contraignants

    Or, le critique qui, aprs Manon Lescaut, Paul et Virginie, Don Quichotte, Les Liaisons

    dangereuses, Werther, Les Affinits lectives, Clarisse Harlowe, Emile, Candide, Cinq Mars, Ren, Les

    Trois Mousquetaires, Mauprat, Le Pre Goriot, La Cousine Bette, Colomba, Le Rouge et le Noir,

    Mademoiselle de Maupin, NotreDame de Paris, Salammb, Madame Bovary, Adolphe, Monsieur de

    Camors, L'Assommoir, Sapho, etc., ose encore crire : Ceci est un roman et cela n'en est pas un ,

    me parat dou d'une perspicacit qui ressemble fort de l'incomptence. - Maupassant, Le

    roman , dans Pierre et Jean (1887)

    c) Monde reprsent : le roman relve de la fiction

    - La question de la vrit ou du vrai ny est pas pertinente

    > quest du vraisembable (illusion romanesque)

    - Roman cre sa propre vrit, invente son monde

    - Ralit du roman = monde possible, produit

    Mentir vrai - Aragon

    Fict mimant la ralit - Butor

    Vrit par le mensonge - Vargas Llosa

    - Rapport de proximit/dloignemt ac la rel variant selon

    la priode Vraisemblance = convent de certains ss-genres

    (ex. : romans ralistes >< romans fantastiques)

    - E dun pacte de lecture : suspension consciente de

    lincrdulit

    Personne navait encore prononc le mot dpidmie, ni celui de pandmie. Nul ne parlait de

    calamit. La premire manifestation avait frapp, plus dun an plus tt, une maison de retraite

    de Phoenix, dans lArizona, laissant miraculeusement les pensionnaires indemnes, mais

    fauchant sept infirmires et aides soignantes. [] La grippe de Phoenix parut circonscrite,

    explicable. - Laura Kasischke, En un monde parfait

    d) Narration : le roman raconte une histoire

  • 3

    - Importance la logique narrative : capacit du romancier

    organiser sa matires et jouer en particulier sur le temps de la narration

    Tension, crise, dnouement,

    - numrat

    - Organisat et orientat des vnemts en fct dun sens et dune

    fin : produire un effet sur le lecteur

    cf. : - Structurer le temps : Tmps et Roman

    Travail sur la chronologie (cf. roman-feuilleton du XIX :

    histoires qui taient publies par parties dans les journaux au rez-de-chausse)

    Retour en arrire = flashback = analepse

    Anticipation = flashforward = prolepse

    Le lecteur nous excusera dabandonner une de nos hrones dans une situation si critique,

    situation dont nous dirons plus tard le dnouement. [] On se souvient que, la veille du

    jour o saccomplissaient ces vnements que nous venons de raconter [lenlvement de

    lhrone], Rodolphe avait sauv Mme dHarville dun danger imminent, danger suscit par la

    jalousie de Sarah, qui avait prvenu Mme dHarville du rendez-vous si imprudemment

    accord par la marquise M. Charles Robert. - Eugne Sue, Les Mystres de Paris (1842-

    1843) = analepse pour rafrachir la mmoire

    Travail sur le rythme (modificat du tempo de la narrat)

    avec les 3 tmps : digse (lhistoire) narration (criture) lecture dans le but dacclrer ou

    ralentir lhistoire

    Mon lecteur ne devra donc pas stonner si, dans le cours de cet ouvrage, il trouve certains

    chapitres trs courts et dautres tout fait longs ; certains qui ne comprennent que le temps

    dun seul jour, et dautres des annes ; bref, si mon rcit semble parfois pitiner sur place et

    dautres fois voler. [] car, tant en ralit le fondateur dune nouvelle province littraire, jai

    toute libert ddicter les lois quil me plat dans cette juridiction. - Henry Fielding, Tom

    Jones (1749) Ellipses (TN=0 qd TD=n) : certains lments de

    lintrigue sont passs sous silence : degr max de lacclrat

    Deux mois plus tard, Frdric, dbarqu un matin rue Hron, songeait immdiatement

    faire sa grande visite. - Gustave Flaubert, Lducation sentimentale (1869)

    Sommaires (TN

  • 4

    compacte et homogne, d'un beau rouge de chimie, est rgulirement paisse entre une bande

    de peau luisante et la loge o sont rangs les ppins, jaunes, bien calibrs, maintenus en place

    par une mince couche de gele verdtre le long d'un renflement du cur. Celui-ci, d'un rose

    attnu lgrement granuleux, dbute, du ct de la dpression infrieure, par un faisceau de

    veines blanches, dont l'une se prolonge jusque vers les ppins d'une faon un peu

    incertaine. Tout en haut, un accident peine visible s'est produit : un coin de pelure, dcoll

    de la chair sur un millimtre ou deux, se soulve imperceptiblement. - Alain Robbe-Grillet,

    Les Gommes (1953) Scnes (TN=TD) : adquat du rythme de la narrat

    celui de lhistoire (ex. : dialogues, discours direct)

    -Que fait-il en Angleterre ?

    -Cest un des sectateurs les plus ardents dOlivier Cromwell.

    -Qui la donc ralli cette cause ? Sa mre et son pre taient catholiques, je crois ?

    -La haine qu'il a contre le roi.

    -Contre le roi ?

    -Oui, le roi l'a dclar btard, l'a dpouill de ses biens, lui a dfendu de porter le nom de

    Winter.

    -Et comment s'appelle-t-il maintenant ?

    -Mordaunt. Puritain et dguis en moine, voyageant seul sur les routes de France.

    -En moine dites-vous.

    -Oui, ne le saviez-vous pas ?

    -Je ne sais rien que ce qu'on m'a dit. - Alexandre Dumas, Vingt ans aprs (1845)

    - Point de vue et roman

    Le Narrateur : qui raconte ?

    Htrodigtique : narrateur extrieur lhistoire,

    invisible (instance suprieure)

    Vers la fin de sa troisime anne, le pre Goriot rduisit encore ses dpenses, en montant au

    troisime tage et en se mettant quarante-cinq francs de pension par mois. Il se passa de

    tabac, congdia son perruquier et ne mit plus de poudre. - Balzac, Le Pre Goriot (1835)

    Homodigtique : narrateur hros ou tmoin de

    lhistoire, impliqu (subjectivit/individualit/regard sur le monde/doute)

    Ce jeune homme, son tour, mexaminait dune faon toute diffrente de celle des autres ;

    elle tait plus modeste, et pourtant plus attentive : il y avait quelque chose de plus srieux qui

    se passait entre lui et moi. - Marivaux, La Vie de Marianne (1731-1742)

    Pt de vue : qui voit ? = focalisat ou perspective

    narrative = manire dont le narrateur choisit de prsenter les choses pd un pt de vue

    particulier

    Omniscient/Zro/Vision par derrire

    (N>P) : regard panoramique du narrateur

  • 5

    M. de Nemours fut tellement surpris de sa beaut que, lorsquil fut proche delle, et

    quelle lui fit la rvrence, il ne put sempcher de donner des marques de son

    admiration. Quand ils commencrent danser, il sleva dans la salle un murmure de

    louanges. Le roi et les reines se souvinrent quils ne staient jamais vus, et trouvrent

    quelque chose de singulier de les voir danser ensemble sans se connatre. -

    Madame de La Fayette, La Princesse de Clves (1678)

    Interne/Vision avec (N=P) : regard du ou des personnages =>

    ralisme subjectif

    Les groupes stationnaient cependant