Véross'info 33 1 - .portait son manuel d’exorcisme Le religieux est bientôt en contact avec ceux

  • View
    223

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Véross'info 33 1 - .portait son manuel d’exorcisme Le religieux est bientôt en contact avec ceux

  • N 33 - A 2011N 33 - A 2011

  • 1

    N 33 - Avril 2011

    SOMMAIRE

    3 Editorial

    45 Notre histoire, nos histoires

    7 Bourgeoisie

    9 Vie paroissiale

    1011 Nature et dcouverte

    1213 Observatoire

    14 Vie communale

    15 Socits locales, adresses

    16 Portrait P. Coutaz Puippe

    17 Rece es dAndranne

    19 Chronique villagoise

    20 Portrait Y. Moser

    21 Le Point-Lecture

    22 Socits locales - la SD

    23 Hommage L. Coutaz

    24 Evnement

    26 Socits locales - le FC Vrossaz

    28 Jeux et loisirs

  • 2

  • 3

    E

    Vrossinfo Case postale 4 1891 Vrossaz veross-inf@hotmail.com Comit de rdac on Daisy Coutaz - Fabienne Marclay Herv Zerma en - Edouard Holzer - Louise Barman - Roland Gex Distribu on Tous mnages de la commune & rsidences secondaires

    Abonnement Ds Fr. 20.- par anne

    Tirage 3x par an - 450 exemplaires

    CCP: 12-92566-5 Vross'info 1891 Vrossaz

    CHANGEMENT LENT, MAIS SR

    La commune poli que avec son autonomie est peut-tre la plus belle inven on de la dmocra e suisse. Mais le dcoupage actuel des communes poli ques date de lpoque o lco-nomie agricole occupait len er de la popula on valaisanne. Depuis ce temps, les besoins des citoyens ont passablement volu. Les organisa ons poli ques doivent sadapter la faon de vivre actuelle. Pour illustrer ce propos, regardons un peu lhistoire. Le district de St-Maurice na pas toujours exist et sur son territoire, il ny a pas toujours eu dix com-munes. Jusquau dbut du XIXe sicle, la chtellenie de St-Maurice comprenait aussi Evionnaz, Mex, Vrossaz, Massongex et Outre-Rhne soit Collonges et Do-rnaz. Finhaut, Salvan, Vernayaz ne seulement en 1912, ne cons tuait quune seule en t. Mme les organismes poli ques voluent, ces dernires annes les 10 com-munes du district ont mul pli les collabora ons pour mieux rpondre aux be-soins de leurs habitants. Citons la Fonda on St-Jacques, tablissement mdico-social pour les personnes ges avec deux sites : St-Maurice et Vernayaz, le centre mdicosocial, les services lectriques intercommunaux, le cycle dorien-ta on avec la cons tu on de lassocia on de communes qui sera propritaire des nouveaux locaux, la direc on des coles primaires et du cycle runis, re-groupement des corps de sapeurs pompiers et de la protec on civile. Dautres collabora ons sont ltude dans dautres domaines : police intercom-munale, chambre pupillaire intercommunale. La fusion entre Mex et St-Maurice est bien avance. Partout en Suisse se me ent en place des agglomra ons avec de nouveaux concepts de gouvernance supracommunale. En Valais, les rgions socio-conomiques se sont agrandies et correspondent aujourdhui aux trois rgions cons tu onnelles: le Haut, le Centre et le Bas. La complexit des problmes rsoudre, le juridisme accru qui prside toute dcision des autorits poli ques, le peu de reconnaissance que nous avons vis--vis du travail de nos lus sont autant dlments qui contribuent accrotre la difficult de convaincre nos concitoyennes et concitoyens de consacrer une par-

    e de leur temps de loisirs, au bien commun. A chaque gnra on de crer les ins tu ons poli ques qui doivent tre au ser-vice des gens et non linverse.

    Pascal Gross, Sous-prfet

  • 4

    N ,

    Lgendes, Contes, Traits de murs de la rgion de Vrossaz

    J.-B. BERTRAND 1933

    Plus lhomme est rapproch de la nature a remarqu le doyen Bridel, plus il croit au merveilleux .

    Cest en effet un trait commun toutes les peuplades montagnardes qui vivent concen-tres en elles-mmes, au sein de solitudes austres et sauvages, de croire lexistence et lac vit dun monde desprits.

    Conscientes de leur faiblesse et de leur im-puissance devant le dsordre des lments, dsordre dont lexplica on leur chappe, elles en ont a ribu la responsabilit aux dragons, aux maudits, aux dmons, tous tres surnaturels quil fallait comba re avec des moyens surnaturels, soit les prires et les bndic ons de lEglise.

    Si lhrosme de Mabilie avait dbarrass la contre du nfaste dragon, de nouveaux ravages se produisirent, provoqus ce e fois par les damns du Fay.

    Ceux-ci navaient jur rien moins que la destruc on de la ville de Saint-Maurice dont ils ne pouvaient digrer les couvents et leurs pieux habitants; de plus, la vue du champ des martyrs leur tait insupportable, aussi sacharnaient-ils dtacher des flancs de la Pe te Dent et de la Cime de lEst, avilles sur avilles; grce eux, le vignoble autrefois florissant de Vrolliez prit le nom significa f de Perrires et le torrent du Bon-voisin dt tre dbap s en Mauvoisin.

    En amont du pont des Cases se dresse, au bord droit du lit du torrent, un bloc dnormes dimensions surmont dune croix (1). La charge de chacun des diablo-

    ns quils lont vhicul jusque-l nayant

    t que dun demi-quart de livre, on peut juger de leur mul tude.

    Or en ce temps-l vivait labbaye le saint chanoine Maret on ne prte quaux riches et la tradi on locale place tort labbaye le cur Maret qui desservit les paroisses dOutre-Rhne puis de Leytron o il mourut en 1765 un thaumaturge qui avait dj eu raison des diablo ns de lAboyeu de Col-longes, dIsrables, de Leytron, de la Pier-raye s. Lour er, des Diablerets, etc. Ce fut lui que la popula on de Saint-Maurice et de Vrossaz fit appel pour la dlivrer du dan-ger qui les menaait.

    Suivi de quelques chanoines et de quelques par culiers de Vrossaz, il pntre dans la gorge profonde; cest le pre de la mre de la grand-mre de Joseph Chappuis qui portait son manuel dexorcisme

    Le religieux est bientt en contact avec ceux quil recherche. En ricanant, leur chef ne manque pas, pour lembarrasser, de lui poser des ques ons sur les droits quil sad-juge sur eux, lui dont la vertu est assez sou-vent en dfaut, qui a aussi des peccadilles sur la conscience. Et un curieux colloque samorce entre le saint et le maudit :

    - Nas-tu pas pris une grappe de raisin dans une vigne ?

    - Oui, mais jen ai dpos au-del de la valeur sur lchalas et le vigneron a t pay.

    - Tu es comme tous les autres, tu ne d-daignes pas un bon verre de fendant !

    - Je ne le conteste pas, mais jai droit pour mes courses un cheval; si jvite ce e dpense mes administrs, je

    LES DAMNS DU FAY

  • 5

    crois en compensa on pouvoir me r-conforter quand je suis fa gu.

    - Et puis, tu as mang de la saucisse le mercredi des Cendres!

    - Vil calomniateur! Tu sais trs bien que ctait le soir de Carnaval!

    Et ainsi de suite.

    Confondus, les damns durent se rsigner aux aspersions et aux adjura ons de lexor-ciste. Or ils taient si nombreux et faisaient de si vilaines grimaces que ce dernier, acc-lrant ses prires transpirait grosses gou es.

    Comme ses confrres, ne voyant rien dinsolite, manifestaient quelques sur-prises, il leur proposa de me re leur pied gauche dans lempreinte de son pied droit. Ils virent alors le sol grouiller de souris rouges. Tel fut leur saisissement quils ne

    purent faire honneur au repas qui les a en-dait chez le procureur Louis Barman, au Haussays. Con nuant sa mission, Maret condamna la sinistre squelle du Fay va-cuer immdiatement les lieux et se re rer sur les bords de la mer Rouge pour y me re le sable en fascines. On eut la preuve de leur dpart dans la dispari on le mme jour dun tas de yourtes la ferme Ri-chard, en Leyvraz sous Daviaz.

    Lhistoire des souris rouges ayant diver quelques esprits forts de Saint-Maurice, Maret leur proposa de les faire assister le dimanche suivant, sur le perron de lab-baye, au dfil de leurs anctres et de leurs proches relgus au Fay, mais aucun nosa relever le dfi.

    (1)

    On raconte dautre part que sur lemplacement occup par le bloc se dressait jadis un chteau occup par une prin-cesse.

    N ,

    Route de la Gare 37 1869 Massongex 024 471 39 26

  • 6

    Publireportage

    La Fibre op que Vrossaz Saviez-vous que ...dsormais, la fibre op que est prsente Vrossaz, en toute simplicit et grce au

    Groupe SEIC-TELEDIS

    Ce e technologie vous permet de bnficier de ce qui se fait de mieux au niveau de la distribu on mul mdia (tlvision, internet, tlphone et radio)

    Contrairement dautres fournisseurs de services mul mdia, vous pouvez simultanment et sans dgrada on de la qualit ou des dbits : surfer sur internet, regarder la tlvision en HD sur tous vos postes de la maison quips en DVB-T HD (70 programmes numriques dont 6 HD) branchs sur une prise tlrseau raccorde Tldis

    Les condi ons de raccordement prfren elles de votre habita on vous perme ent de raliser de substan elles co-nomies

    Pour accder la fibre op que, il nest pas ncessaire de raliser des travaux importants car, dans la majorit des cas, les canalisa ons lectriques sont ru lises

    Pour les tlviseurs qui ne sont pas quips de dcodeur DVB-T, vous pouvez, avec le mme abonnement, avoir accs aux programmes analogiques dont le programme Plante

    En tant que client du Groupe SEIC-TELEDIS, vous bnficiez dun service de dpannage rapide, efficace et performant, compris dans le prix de votre abonnement

    TELEDIS tant votre fournisseur de presta ons mul mdia local, vous favorisez et contribuez aussi lconomie rgio-nale

    Contrairement dautres fournisseurs de presta ons mul mdia, la distance laquelle vous vous trouvez du cen-tral na aucune importance (les rsidences priphriques bnficient de la mme qualit et presta ons que nimporte quelle autre habita on)

    Grce TELEDIS, vous pouvez regarder la tlvision sans obliga on de souscrire dautres services supplmentaires tels que linternet et ou le tlphone

    Alors. Voici pour vous, une offre PACK trs sduisante.

  • 7

    Lanne dernire, la commission b