Presse et scène au XIXe siècle. Relais, reflets, échanges ...· Relais, reflets, échanges

Embed Size (px)

Text of Presse et scène au XIXe siècle. Relais, reflets, échanges ...· Relais, reflets, échanges

  • O. Bara et M.-. Threnty (dir.), Presse et scne au 19e sicle, www.medias19.org/index.php?id=3011, 21/09/2012

    Presse et scne au XIXe sicle. Relais, reflets, changes

    Olivier Bara et Marie-ve Threnty

    es travaux rcents sur le thtre et sur le journal ont considrablement renouvel lhistoriographie des champs mdiatique et dramatique1. Mais aucune enqute dampleur na entrepris dexplorer systmatiquement les relations croises et

    complexes de la scne et de la presse au XIXe sicle. Pourtant, bien des phnomnes sociologiques, historiques, potiques imposent une telle mise en relation. Presse et scne sont souvent frquentes par les mmes crivains au XIXe sicle, car si elles napportent pas la mme considration que la posie, elles dlivrent souvent des appointements beaucoup plus consquents que la librairie ; la plupart des grandes plumes chercheront dailleurs aussi notorit et revenus au thtre et dans les journaux. Les mmes pratiques dcriture, souvent mprises par les crivains qui y voient le comble de la littrature industrielle , spanouissent dans le journal et au thtre : criture en collaboration, production de commande, reprise et dvoiement gnrique de formes et de personnages ayant dj circul. Presse et scne fournissent en outre toutes deux les productions les plus phmres lies lactualit la plus fugace. Le journal et le thtre sont en fait les premiers vecteurs du dveloppement dune culture de masse qui entretient une relation la fois matricielle et ambigu avec la littrature. Politiquement, ces deux mondes sont troitement surveills par un pouvoir qui, tout au long du XIXe sicle, les censure et/ou les contrle abondamment car il pressent leur puissance subversive et leur lien direct avec le public. De ces deux lieux viendront aussi des formes de contestation obliques, et quelquefois jumelles. Cette proximit explique peut-tre la cruaut de ces deux mondes lun envers lautre. Alors que les journaux dissquent avec dlectation les coulisses des thtres dans les chos et le feuilleton, les pices de thtre font une critique ingnieuse du rgime de la publicit et des journalistes. Mais les deux mondes sont surtout producteurs de phnomnes textuels

    1 Hlne Laplace-Claverie, Sylvain Ledda, Florence Naugrette (dir.) Le Thtre franais au XIXe sicle, Anthologie de LAvant-Scne Thtre, 2008 ; Christophe Charle, Le Thtre en capitales, Paris, Le Seuil, 2009 ; Guy Ducrey, Tout pour les yeux, littrature et spectacle autour de 1900, Paris, PUPS, 2010 ; Dominique Kalifa, Philippe Rgnier, Marie-ve Threnty, Alain Vaillant (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littraire au XIXe sicle, Paris, Nouveau Monde ditions, 2011 ; Jean-Claude Yon, Une histoire du thtre Paris. De la Rvolution la Grande Guerre, Paris, Aubier, 2012.

    D

  • O. Bara et M.-. Threnty (dir.), Presse et scne au 19e sicle, www.medias19.org/index.php?id=3011, 21/09/2012

    quils schangent dans un cycle dialectique que rien narrte. Lhybridation des procds est sans limite.

    2. Tels sont les aspects explors dans les actes du colloque de Montpellier2 (ill. 1.), que nous publions sur Mdias19. Il ne sagit pas de sinterroger sur la critique thtrale dj explore dans un colloque rcent3 et dans louvrage collectif La Civilisation du journal4, mais danalyser les multiples relations sociologiques, potiques, politiques que nouent ces deux mondes souvent dcrits lun et lautre comme marginaux ou secondaires par rapport au champ littraire. Ces deux espaces dsignent des genres dcriture et des pratiques littraires qui fonctionnent en miroir. Aussi ces pratiques seront-elles rparties ici en trois catgories, qui organiseront notre rflexion introductive : relais , reflets , changes .

    Ill. 1. Affiche du colloque Presse et scne au XIXe sicle

    2 Presse et scne au XIXe sicle , colloque international coorganis par lUniversit Paul Valry Montpellier III, lquipe RIRRA 21, lIUF, lUniversit Lyon 2 et lUMR 5611 LIRE, 17-19 juin 2010. 3 Mariane Bury et Hlne Laplace-Claverie (dir.), Le Miel et le Fiel. La critique thtrale en France au XIXe sicle, Paris, PUPS, 2008. 4 Voir Troisime partie, Formes et matires journalistiques , Les spectacles , La Civilisation du journal, op. cit., p. 1059-1075.

  • O. Bara et M.-. Threnty (dir.), Presse et scne au 19e sicle, www.medias19.org/index.php?id=3011, 21/09/2012

    Relais

    3. Les relais structurant les changes entre presse et scne relvent de quatre ordres : la question des carrires croises, la construction et la gestion mdiatique des carrires thtrales, les rapports parallles au pouvoir politique, et les journaux spcialiss.

    Carrires croises : doubles carrires, rseaux communs

    4. Les relais entre carrire thtrale et carrire journalistique sont multiples, contribuant une vritable intrication des champs et favorisant les conflits dintrts. Les exemples de carrires croises et parallles abondent, les changes se faisant tous les niveaux de la hirarchie : nombreux sont les journalistes recruts, comme Auguste Jal ou Jules Janin, devant un thtre. On peut cependant noter deux points particulirement sensibles dchanges ou de doubles emplois : les relais entre journalisme et direction de thtre trs frquents au XIXe sicle, et la concidence gnralise et mme la concomitance entre les fonctions de critique thtral et de dramaturge.

    5. Signalons parmi les exemples les plus tonnants de relais entre fonction journalistique et fonction thtrale : la nomination de Franois Buloz, directeur de la Revue des deux mondes comme commissaire royal du Thtre franais en 1838 ; le choix du docteur Vron, linventeur ou du moins le propagateur de la pte pectorale Regnauld, et accessoirement le directeur de la Revue de Paris, pour diriger lOpra partir de 1831 ; ou le positionnement dArsne Houssaye, directeur de LArtiste, comme administrateur gnral de la Comdie franaise de 1849 1856 grce linfluence de Rachel. Jules Claretie, journaliste, critique dramatique, dramaturge fut galement administrateur du Franais de 1885 1913. Dautres journalistes cdent la tentation de la salle de spectacle. Dumas, en 1846, fait construire son propre thtre, un essai de thtre europen quil baptise Thtre historique , et qui fera faillite en 18505.

    6. Plus nombreux encore sont ceux qui ont des fonctions de dramaturge et de critique ; citons parmi les journalistes-crivains renomms du sicle, Gautier, Nerval, Balzac, Janin, Claretie et Octave Mirbeau qui ont tent et parfois russi une carrire au thtre, certains journalistes dramatiques linstar de Jules Lematre ou avant lui de Thophile Gautier nhsitant pas faire la critique de leurs propres pices. A contrario, des crivains plutt connus pour leur carrire dramatique ont parfois mis la main au feuilleton comme Franois Ponsard ou mile Augier. Dautres dramaturges se sont faits quelquefois journalistes de manire ponctuelle pour dfendre leur pice comme Victor Hugo publiant dans le Journal des dbats une dfense dHernani, le 24 fvrier 1830. Pour brouiller les pistes, le pseudonyme peut tre utilis comme par le journaliste lonore de Vaulabelle qui, vaudevilliste, devenait Jules Cordier. Barbara T. Cooper nous claire, dans ce dossier, sur le cas de Martainville, journaliste et auteur de thtre

    5 Voir Cahiers Alexandre Dumas, n 36 et n 36, Alexandre Dumas, Le Thtre-Historique , 2008 et 2009.

  • O. Bara et M.-. Threnty (dir.), Presse et scne au 19e sicle, www.medias19.org/index.php?id=3011, 21/09/2012

    dont la critique porte le sceau des engagements politiques, cest--dire dune opinion partisane, dsute et souvent immodre6 . Ces carrires doubles entranent lintrication des rseaux journalistiques et thtraux et des complicits insouponnes qui reposent parfois sur un pass commun. Il existe ainsi une correspondance de cent cinquante lettres dpouiller la bibliothque de lArsenal entre Jules Claretie, administrateur au Franais, et Francisque Sarcey, feuilletoniste dramatique au Temps qui est particulirement instructive sur le degr de complicit qui pouvait parfois lier presse et scne. On y voit comment certaines oprations de communication se prparent bien en amont et dans le secret de la correspondance prive.

    7. Ces doubles carrires suscitent polmiques et rflexions autour de la question sensible des conflits dintrts. Sylvain Ledda se penche ainsi, dans notre dossier, sur le cas emblmatique de Charles Maurice, (mauvais) dramaturge, entrepreneur de presse, directeur de journaux spcialiss et critique dramatique redout, dont la technique journalistique revt laspect dun rglement de comptes et dune destruction systmatique de lobjet vis , en fonction dinimitis personnelles, voire dintrts immdiats lis labonnement, ou au dsabonnement, de sa victime7. Un autre exemple est clairant. En 1843, le feuilletoniste Gautier est devenu aussi homme de thtre avec Un voyage en Espagne. Refusant alors dtre juge et partie, il confie son feuilleton Nestor Roqueplan, directeur des Varits (o, prcisment, son vaudeville est cr !) et laisse ce dernier sattaquer aux doubles carrires pratiques par certains, tel Varin (Charles Voirin, dit), limmortel auteur de drlatique vaudeville des Saltimbanques. Ainsi sexprime Roqueplan dans sa lettre ouverte Gautier, faisant office de feuilleton :

    Vous avez un confrre, doublement confrre, qui ne ddaigne pas les inconvenants profits dune double position dauteur et de critique []. Ce confrre est M. Varin.

    Dans un journal aux allures vives et dgages, o la platitude de ses feuilletons produit leffet dun trou, cet crivain de programme adule ses propres vaudevilles et mdit, comme il peut, des vaudevilles dautrui.

    Martainville disait : On ne peut la fois tendre le dos et jouer des verges 8.

    8. Les relations potentiellement incestueuses entre presse et sc