Une nouvelle branche du droit international : Le droit ... ?· catégorie le droit international du…

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Document generated on 09/12/2018 11:50 a.m. </p><p>tudes internationales</p><p>Une nouvelle branche du droit international : Le droitinternational de la sant</p><p>Michel Blanger </p><p>Volume 13, Number 4, 1982</p><p>URI: id.erudit.org/iderudit/701420arDOI: 10.7202/701420ar</p><p>See table of contents </p><p>Publisher(s)</p><p>Institut qubcois des hautes tudes internationales</p><p>ISSN 0014-2123 (print)</p><p>1703-7891 (digital)</p><p>Explore this journal </p><p>Cite this article</p><p>Blanger, M. (1982). Une nouvelle branche du droitinternational : Le droit international de la sant. tudesinternationales, 13(4), 611632. doi:10.7202/701420ar </p><p> Article abstract</p><p>International health law is a soft law which is now reaching fullmaturity. It has gradually taken root since the middle of the19th century, and it represents a synthesis of severaldisciplines (international work law, international social law,international humanitarian law, international medical law,international environment law, ...) International health lawmust be linked to international economic law and particularlyto international development law. Moreover, it is mostly aThird-world law, especially since the World HealthOrganization (W.H.O.) caters first of all to the needs anddemands of the developing nations. Thus it offers both anideological and technical aspect which is very present in theconcepts of New International Health Order and of PrimarianHealth Cares. W.H.O. must be considered as the mainorganization in the field of international public health, though,an international sanitary division has been established withboth world organizations (mainly the United Nations Systemorganizations), trans-regional, regional or sub-regionalorganizations, all with sanitary competence, as well as manynon-governmental organizations with a sanitary purpose. Thestandardization process (general standards and ordinarystandards) of international health law is nevertheless veryadvanced, and make international health law a halfproclamatory and half executory law.</p><p>This document is protected by copyright law. Use of the services of rudit (includingreproduction) is subject to its terms and conditions, which can be viewed online.[https://apropos.erudit.org/en/users/policy-on-use/] </p><p>This article is disseminated and preserved by rudit.</p><p>rudit is a non-profit inter-university consortium of the Universit de Montral,Universit Laval, and the Universit du Qubec Montral. Its mission is to promoteand disseminate research. www.erudit.org </p><p>Tous droits rservs tudes internationales, 1982</p><p>https://id.erudit.org/iderudit/701420arhttp://dx.doi.org/10.7202/701420arhttps://www.erudit.org/en/journals/ei/1982-v13-n4-ei3011/https://www.erudit.org/en/journals/ei/https://apropos.erudit.org/en/users/policy-on-use/</p></li><li><p>UNE NOUVELLE BRANCHE DU DROIT INTERNATIONAL: LE DROIT INTERNATIONAL DE LA SANT </p><p>Michel BLANGER* </p><p>ABSTRACT A New Branch of International Law: International Health Law </p><p>International health law is a soft law which is now reaching full maturity. It has gradually taken root since the middle of the 19th century, and it represents a synthesis of several disciplines (international work law, international social law, international humanitarian law, international mdical law, international environment law, ...) International health law must be linked to international conomie law and particularly to international development law. Moreover, it is mostly a Third-world law, especially since the World Health Organization (W.H.O.) caters first of ail to the needs and demands of the developing nations. Thus it offers both an ideological and technical aspect which is very prsent in the concepts of New International Health Order and of Primarian Health Cares. W.H.O. must be considered as the main organization in the field of international public health, though, an international sanitary division has been established with both world organizations (mainly the United Nations System organiza-tions), trans-rgional, rgional or sub-regional organizations, ail with sanitary comp-tence, as well as many non-gov emmental organizations with a sanitary purpose. The standardization process (gnerai standards and ordinary standards) of international health law is nevertheless very advanced, and make international health law a half proclamatory and half executory law. </p><p>Le droit international public est aujourd'hui plus que jamais une matire tiroirs . Ses divisions, qui tendent se multiplier, prennent deux directions principales. L'une, la plus importante, est de nature fonctionnelle: entrent dans cette catgorie le droit international du dveloppement, le droit international conomique, ou le droit international de l'environnement. La seconde direction concerne des divisions gographiques: on peut envisager l'existence d'un droit international continental (le droit international amricain, etc.), d'un droit international sous-rgional (par exemple, le droit communautaire europen), ou mme d'un droit international trans-rgional (comme le droit international des pays socialistes). Tous ces tiroirs ne sont pas encore vritablement ouverts: tel est le cas du droit international de l'agriculture, du droit international de l'industrie. </p><p>Quand peut-on parler de l'mergence d'une nouvelle branche du droit interna-tional? Plusieurs conditions doivent tre runies pour que l'on puisse voquer vritablement la naissance d'une nouvelle branche du droit international. Il faut tout </p><p>* Matre-Assistant de Droit Public l'Universit de Bordeaux I. Revue tudes internationales, volume XIII, n 4, dcembre 1982 </p><p>611 </p></li><li><p>612 Michel BLANGER </p><p>d'abord que la prise de conscience internationale de la ncessit de rgles juridiques dans un domaine particulier (ou dans une zone gographique spcifique) soit effective. Le droit international public s'est fond sur l'adoption de principes gnraux (le principe de l'galit des tats, qui a permis l'change de diplomates ou la tenue de confrences diplomatiques, ou bien encore le principe de la libert des mers). Le droit international conomique s'labore partir de principes qui rgissent les relations conomiques internationales (concernant le systme commercial inter-national, le systme montaire international et la coopration internationale pour le dveloppement). Une seconde condition, essentielle aujourd'hui bien que corollaire de la premire, tient l'action des Organisations internationales. Les domaines d'activit des Organisations doivent en effet tre particulirement tendus dans les matires considres (l'Organisation Internationale du Travail et le droit internatio-nal du travail, etc.). La prcision des rgles juridiques labores par ces Organisa-tions doit tre leve; autrement dit, les comptences des Organisations internatio-nales doivent tre importantes (pouvoir de contrle de l'Accord Gnral sur les Tarifs Douaniers et le Commerce, ou pouvoir de gestion du Fonds Montaire International): a contrario, le peu de pouvoirs de l'Organisation pour l'Alimentation et l'Agriculture est un obstacle au dveloppement du droit international de l'agricul-ture. La troisime condition, qui complte les deux prcdentes, implique la prsence de sources juridiques systmatises (actes internationaux, coutume, princi-pes gnraux du droit, jurisprudence internationale et doctrine). </p><p>Le droit international conomique est un bon exemple d'mergence rcente d'une nouvelle branche du droit international public1. Le moment est-il venu de considrer le droit international de la sant galement comme une nouvelle branche du droit international public? </p><p>Le problme est ici celui de la spcificit du droit international de la sant. Le droit international de la sant est en effet distinguer du droit international du travail et du droit social international, ainsi que du droit international humanitaire et du droit mdical international. </p><p>Le droit international du travail ne touche pas seulement des activits d'ordre sanitaire (la mdecine du travail, les consquences sur la sant du travail forc.), mais concerne de faon gnrale, sur le plan international, les rgles relatives au travail. En outre, plus qu' la sant, il s'intresse en fait l'hygine (Convention de Berne de 1906 sur l'emploi du phosphore, Convention n 149 de 1977 de I 'OIT sur les conditions de travail et de vie du personnel infirmier, Convention n 152 de 1979 concernant la scurit et l'hygine du travail dans les manutentions portuaires, etc.). </p><p>Le droit social international est en ralit, quant lui, une partie du droit international du travail. Il concerne non seulement les questions sanitaires lies au travail, mais aussi et surtout les questions sociales, comme celles contenues dans la Charte sociale europenne de 1961: le droit social europen a ainsi pour objet d'tude les activits sociales et aussi sanitaires des Organisations europennes (notamment le Conseil de l'Europe). </p><p>1. Cf. notre ouvrage: Institutions conomiques internationales: introduction au droit international conomique . Paris, Economica, 1981. </p></li><li><p>UNE NOUVELLE BRANCHE DU DROIT INTERNATIONAL... 613 </p><p>Le droit international humanitaire est en quelque sorte un droit international de la sant en priode de guerre (conflit international ou guerre civile) ou de situation quivalente (l'intervention d'humanit par exemple). C'est un droit qui participe la protection gnrale des droits de l'homme. Son contenu est donc plus large que celui du droit de la sant, mais son application est plus troite. </p><p>Le droit mdical international est, lui, beaucoup plus spcialis que le droit international de la sant. Il traite certes des problmes mdico-juridiques aussi bien en temps de guerre qu'en temps de paix (assistance mdicale, morale mdicale, responsabilit mdicale..), et son objet gnral est la protection internationale des individus sur le plan mdical, mais en ralit son but final est la protection internationale du mdecin. </p><p>Ces quatre spcialits juridiques, dont, notre sens, seul le droit international du travail est une vritable branche du droit (tout particulirement grce aux activits normatives de I 'OIT) , n'enlvent rien la spcificit du droit international de la sant. Le droit la sant est bien sr un droit de l'homme, et les questions sanitaires, qui se posent aussi bien en priode de paix qu'en priode de guerre, prsentent la fois un aspect politique (humanitaire) et un aspect technique (mdical). Le droit de la sant est en fait une synthse de tout cela, et peut tre dfini comme l'ensemble des rgles juridiques relatives la protection internationale de la sant. </p><p>Une telle dfinition appelle plusieurs prcisions. Pour se distinguer du droit international humanitaire, le droit international de la sant est avant tout un droit du temps de paix. On a tendu, vrai dire, spcifier les rgles juridiques relatives aux questions sanitaires apparaissant en priode de guerre (Conventions de Genve de 1949 et Protocoles additionnels de 1977). Mais il ne faut pas oublier que les Conventions sanitaires depuis le milieu du XIXme sicle, ou le Rglement sanitaire international tabli dans le cadre de l'Organisation Mondiale de la Sant, ont une porte gnrale. Il n'empche toutefois que le fait de considrer le droit internatio-nal de la sant comme tant essentiellement un droit du temps de paix renforce la fois sa permanence, sont universalit et son unit: sa permanence d'abord, parce qu'il est un droit commun et non un droit d'exception, son universalit ensuite, parce qu'il s'applique la totalit des tats composant la socit internationale, son unit enfin, car il se doit de mettre en oeuvre des rgles gnrales. </p><p>Une autre prcision apporter est que le droit international de la sant concerne avant tout la sant humaine. Il touche des domaines voisins (notamment la sant animale et la protection de l'environnement), mais les envisage par rapport la protection de la sant humaine. C'est ainsi qu'une Organisation intergouvernemen-tale comme l'Office International des Epizooties est en relations officielles avec I 'OMS (depuis 1961). Ou encore, dans un but de protection des consommateurs, la Communaut conomique europenne contrle les importations de viande de bou-cherie (directive 72/462 du Conseil des ministres du 12 dcembre 1972..). On peut voquer galement les risques de la sant humaine du fait de l'environnement avec la pollution de l'air, la pollution marine, etc. </p><p>La question de l'effectivit du droit international de la sant vient complter celle de la spcificit de ce droit. Le droit international de la sant peut tre </p></li><li><p>614 Michel BELANGER </p><p>actuellement considr comme un droit part entire pour trois raisons principales. Il s'est tout d'abord produit une vritable prise de conscience de sa ncessit. Ce que nous appelons aujourd'hui le droit international de la sant a t au dpart un droit international de l'hygine, dans la mesure o, partir de la deuxime moiti du XIXe sicle, un certain nombre de rgles juridiques porte sanitaire ont t formules et adoptes par des conventions qui engageaient les tats Parties uniformiser leurs pratiques dans le domaine de la prophylaxie des maladies pidmi-ques: il s'agissait ainsi de mesures d'hygine (dratisation, dsinsectisation... utilises dans le cadre de la quarantaine). D'une conception dfensive qui tait la base du droit international de l'hygine, on est pass, avec le droit international de la sant, une conception offensive qui apparat en filigrane dans la Constitution de I 'OMS. L'immensit des tches dans le domaine de la protection de la sant publique internationale, notamment dans les pays du Tiers-Monde, les domaines multiples d'intervention (maladies, flaux sociaux comme l'usage des stupfiants ou l'alcoolisme, protection de l'environnement...), la protection des diffrentes catgo-ries de personnes (enfants, femmes, personnes ges, handicaps...), fournissent une matire considrable un droit international de la sant. </p><p>La cration de I 'OMS a ensuite beaucoup fait pour qu'existt un droit internatio-nal de la sant. Sur le plan du contenu de ce droit, I 'OMS (compltant, il est vrai, les activits des Organisations qui l'ont prcde) a eu, ds sa cration, une conception globale de sa mission: on en a pour preuve, par exemple, le nombre et la diversit des comits d'experts qu'elle a mis en place, dont les activits couvrent l'ensemble des problmes touchant la sant. Mais galement sur le plan de la valeur juridique des dcisions qu'elle a prises, I 'OMS a t dote de comptences quasi rglementai-res et quasi judiciaires qui sont assez exceptionnelles dans le droit gnral des Organisations internationales. Le pouvoir quasi rglementaire de I 'OMS est rel, puisque cette Organisation a, constitutionnellement, la capacit d'adopter des rglements (citons par exemple l'important Rglement sanitaire international) qui, pour tre obligatoires pour les Etats membres, ne doivent pas avoir t refuss par lesdits tats (qui peuvent toutefois les accepter avec des rserves) dans un dlai fix. Les obligations des tats sont ainsi particulires: adoption de mesures sanitaires adquates, notification de ces mesures I 'OMS, etc. Les comptences quasi judiciaires de I 'OMS tiennent au fait que cette Organisat...</p></li></ul>

Recommended

View more >