Infarctus cérébraux secondaires à une hyperstimulation ovarienne à l’ère de la thrombolyse

  • Published on
    31-Dec-2016

  • View
    221

  • Download
    6

Embed Size (px)

Transcript

  • r e v u e n e u r o l o g i q u e 1 7 0 ( 2 0 1 4 ) 1 9 7 2 0 4Pathologie neurovasculaire

    Infarctus cerebraux secondaires a` unehyperstimulation ovarienne a` le`rede la thrombolyse

    Cerebral infarction after ovarian hyperstimulationin the era of thrombolysis

    V. Kumako a,*,b, L. Derex b, K. Blanc-Lasserre c, A. Beschet c,H. Benhamouda c, N. Nighoghossian b

    a Service de neurologie, CHU de Tokoin, BP 57, Lome, TogobUnite 201, hopital neurologique, 59, boulevard Pinel, 69677 Bron, FrancecService de neurologie, centre hospitalier, 179, boulevard Marechal-Juin, 26953 Valence cedex 9, France

    i n f o a r t i c l e

    Historique de larticle :

    Recu le 12 avril 2013

    Recu sous la forme revisee le

    10 octobre 2013

    Accepte le 14 octobre 2013

    Disponible sur Internet le

    4 mars 2014

    Mots cles :

    Infarctus cerebraux

    Fecondation in vitro

    Hyperstimulation ovarienne

    Thrombolyse

    Keywords:

    Stroke

    Ovarian hyperstimulation

    In vitro fertilization

    Thrombolysis

    r e s u m e

    Les infarctus cerebraux (IC) constituent une complication tre`s rare mais classique des

    hyperstimulations ovariennes. Nous rapportons lobservation de trois patientes a gees

    respectivement de 35, 37 et 27 ans. Elles etaient toutes victimes dIC par occlusion proximale

    de larte`re cerebrale moyenne secondaire a` une hyperstimulation ovarienne. Les deux

    dernie`res patientes ont beneficie dune thrombolyse intraveineuse. La premie`re patiente

    na pas beneficie de thrombolyse puisquelle etait hors delais. La premie`re a recupere

    quasiment de son deficit, la deuxie`me a garde des sequelles assez lourdes apre`s une

    craniectomie de decompression et la troisie`me est decedee malgre sa craniectomie.

    # 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits reserves.

    a b s t r a c t

    Ischemic stroke is a very rare complication but classic ovarian hyperstimulation. We report

    the cases of three young women aged 35, 37 and 27 years. All three were victims of ischemic

    formed by proximal occlusion of the middle cerebral artery secondary to ovarian hyper-

    stimulation. The first and the third had a proximal occlusion of the right middle cerebral

    artery occlusion and the second of the left middle cerebral artery. The last two have

    benefited from a patient intravenous thrombolysis. The first patient did not receive throm-

    bolysis because it was out of time. Against by their evolution was different. The first has

    almost recovered its deficit, the second sequelae quite heavy after craniectomy and the third

    died despite her craniectomy.

    # 2014 Elsevier Masson SAS. All rights reserved.

    * Auteur correspondant.Adresses e-mail : vincent_kumako@yahoo.fr, kuvinkov@hotmail.com (V. Kumako).

    Disponible en ligne sur

    ScienceDirectwww.sciencedirect.com

    0035-3787/$ see front matter # 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits reserves.http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2013.10.010

  • 1. Introduction

    Laccident vasculaire cerebral (AVC) chez la femme de moins

    de 50 ans ne represente que 5 % de lensemble des AVC.

    Cependant, les femmes victimes dAVC constituent un groupe

    crucial, car dune part, les consequences deventuelles

    sequelles y sont encore plus importantes et, dautre part, il

    sagit dun groupe cible pour la modification des facteurs de

    risque. Enfin, certaines etiologies et certains facteurs de risque

    sont plus frequents chez la femme jeune et dautres lui sont

    meme specifiques, notamment les AVC lies a` la fecondation

    in vitro [1].

    Un syndrome dhyperstimulation ovarienne (SHSO) est

    une complication rare mais potentiellement grave des

    traitements dassistance medicale a` la procreation. La

    frequence des complications est estimee entre 1 a` 10 %

    selon les series. Dans sa forme seve`re, le SHSO peut

    comporter un syndrome thromboembolique, une detresse

    respiratoire, une pleuresie, une ascite, une insuffisance

    renale, un dysfonctionnement hepatique, voire un dece`s.

    Les complications thromboemboliques consecutives a` un

    SHSO sont cependant extremement rares, leur incidence

    etant estimee a` environ 0,2 %. Ces complications sont

    habituellement dorigine veineuse (75 %) rarement dorigine

    arterielle (25 %) [2].

    Nous nous proposons de rapporter lobservation de trois

    2. Methodes

    Du 10 mai 2008 au 10 mai 2010 nous avons collige trois cas de

    patientes ayant beneficie dune fecondation in vitro (FIV)

    compliquee dun IC. Deux des trois patientes ont beneficie

    dune thrombolyse intraveineuse par lactivateur recombinant

    du plasminoge`ne, rt-PA (Actilyse1) a` la dose de 0,9 mg/kg

    passe en une heure. La patiente qui na pas beneficie de

    thrombolyse etait arrivee hors delais.

    Pour la revue de la litterature nous avons retenu les articles

    publies sur Pubmed avec les equivalents anglais des mots cles

    suivants : fecondation in vitro, hyperstimulation ovarienne,

    induction ovulaire et accident vasculaires cerebraux.

    3. Resultats

    Nous avons resume les trois observations dans le Tableau 1.

    3.1. Observation 1

    La premie`re patiente etait une droitie`re de 35 ans sans facteur

    de risque vasculaire connu. Elle avait beneficie dune FIV avec

    HSO moderee par un analogue GnRH, Enantone1 LP

    (leuproreline) ; FSH, Gonal f1 (follitropine alfa) ; Ovitrel1

    (choriogonadotropine alfa), Utrogestan1 (progesterone), suivie

    tie

    it

    ve d

    ral

    ne

    du

    r e v u e n e u r o l o g i q u e 1 7 0 ( 2 0 1 4 ) 1 9 7 2 0 4198IRM : imageries par resonance magnetique ; ARM : angiographie par resonance magnetique ; TDM : tomodensitometrie ; M1 : tronc de larte`re

    cerebrale moyenne ; ETT : echographie cardiaque trans-thoracique ; ETO : echographie cardiaque trans-sophagienne ; EP : embolie pulmonaire.jeunes femmes dont le traitement inducteur de lovulation

    dans un contexte de fecondation in vitro sest complique

    dinfarctus cerebral (IC) et de faire une revue de la litterature

    sur le sujet.

    Tableau 1 Clinique, paraclinique et evolution des trois pa

    Cas no 1

    Age de la patiente 35 ans

    Imagerie cerebrale Infarctus sylvien profond dro

    avec une stenose sub-occlusi

    M1 droit a` lIRM et ARM cereb

    (Fig. 1 et 2)

    Traitement par thrombolyse IV Non

    Bilan lipidique Normal

    Bilan immunologique Normal

    Bilan de coagulation Normal

    serologies Lyme, Syphilitique,

    VIH, VHB, VHC

    Negatives

    Lhemoglobine glyquee Normale

    ETT/ETO Normales

    ECG Normal

    Therapeutiques mises en uvre a`

    la phase aigue de lIC car la

    patiente de lobservation

    1 na pas ete thrombolyse

    Aspirine, kinesitherapie et

    ergotherapie

    Evolution initiale Accouchement complique du

    EP avec elevation transitoire

    facteur VIII

    Score de Rankin a` 10 mois II dune ponction dovocytes. Deux semaines plus tard, elle avait

    presente un deficit hemicorporel gauche de survenue brutale a`

    la sortie de sa voiture avec chute et impossibilite de se relever.

    La patiente navait signale aucune autre symptomatologie

    ntes.

    Cas no 2 Cas no 3

    38 ans 27 ans

    e

    es

    Infarctus sylvien total gauche

    par occlusion de M1 gauche a`

    lIRM et ARM cerebrales (Fig.

    3 et 4)

    Un effacement du ruban

    insulaire droit et une

    dedifferenciation

    corticosous-corticale

    droite a` la TDM

    cerebrale (Fig. 5)

    Oui Oui

    Normal Normal

    Normal Normal

    Normal Normal

    Negatives Negatives

    Normale Normale

    Normales Normales

    Normal Normal

    Thrombolyse. Aspirine,

    kinesitherapie et ergotherapie

    Thrombolyse. Aspirine

    et kinesitherapie

    Infarctus sylvien malin avec

    une craniectomie

    Infarctus sylvien malin

    droit (Fig. 6) et dece`s

    malgre la craniectomie

    IV Dece`s a` la phase initiale

    (VI)

  • Fig. 1 Imagerie par resonance magnetique (IRM) cerebrale

    r e v u e n e u r o l o g i q u e 1 7 0 ( 2 0 1 4 ) 1 9 7 2 0 4 199auparavant. A` son admission en neurologie apre`s avoir transite

    par les urgences, lexamen somatique avait note un National

    de diffusion dentree montrant lAIC sylvien profond droit.Institute of Health Stroke Score (NIHSS) a` 5. LIRM cerebrale faite

    en urgence avait revele un infarctus sylvien profond droit (Fig. 1)

    avec une stenose sub-occlusive de M1 droit a` lARM (Fig. 2). La

    patiente navait pas ete thrombolysee puisquelle etait admise a`

    7 heures du debut des sympto mes.

    Fig. 2 Angiographie par resonance magnetique (ARM)

    cerebrales : stenose sub-occlusive du segment M1 droit.Fig. 3 Imagerie par resonance magnetique (IRM) cerebrale

    de diffusion dentree montrant lAIC sylvien total gauche.3.2. Observation 2

    La deuxie`me patiente etait une droitie`re de 38 ans ayant

    comme antecedents une fermeture endovasculaire dune

    communication interauriculaire et une dyslipidemie familiale

    traitee par statines. La patiente avait presente une hemiplegie

    droite brutale associee a` des vomissements dix jours apre`s

    avoir beneficie dune premie`re FIV avec HSO moderee par

    Enantone1 LP, Gonal f1, Ovitrel1, Utrogestan1, et ponction

    dovocytes suivie dinjection embryonnaire. Lexamen a`

    lentree avait note un NIHSS a` 20. Lexamen cardiovasculaire

    etait sans particularite, les mollets, souples et indolores et la

    patiente, apyretique. LIRM encephalique realisee en urgence

    avait permis de noter un infarctus sylvien total gauche (Fig. 3)

    par occlusion proximale de larte`re sylvienne gauche dans sa

    portion M1 a` lARM (Fig. 4).

    3.3. Observation 3

    La troisie`me patiente etait egalement une droitie`re.

    Elle avait 27 ans et navait pas de facteur de risque

    cardiovasculaire connu. Elle avait presente, 48 heures apre`s

    sa 4e FIV par Decapeptyl1 (triptoreline), Gonal F1 (follitropine

    alfa [FSH]), Ovitrel1 (choriogonadotropine alfa) et Menopur1

    (menotropine), des douleurs abdominales intenses avec

    vomissements suivies dune hemiplegie gauche comple`te

    dinstallation brutale. A` lentree, lexamen avait permis de

    noter une hemiplegie gauche totale et proportionnelle

    incluant la face : NIHSS a` 16. Un scanner cerebral realise en

    urgence montrait un effacement du ruban insulaire et une

  • r e v u e n e u r o l o g i q u e 1 7 0 ( 2 0 1 4 ) 1 9 7 2 0 4200dedifferenciation corticosous-corticale droits (Fig. 5), en

    faveur dun infarctus sylvien total droit. La patiente avait

    beneficie alors dune thrombolyse intraveineuse a` deux

    heures du debut des sympto mes. A` J1 alors que la patiente

    presentait un syndrome dhypertension intracranienne, le

    scanner cerebral confirmait lexistence dun infarctus sylvien

    Fig. 4 Angiographie par resonance magnetique (ARM) des

    vaisseaux a` destinee cerebrales montrant locclusion

    M1 gauche a` sa naissance.

    Fig. 5 Scanner cerebral sans injection a` 1 h 30 du debut

    des symptomes. Noter un effacement du ruban insulaire

    droit et une dedifferenciation corticosous-corticale droite.total droit (Fig. 6) avec effet de masse, sans transformation

    hemorragique. La degradation brutale de letat de vigilance de la

    patiente avec apparition dune mydriase unilaterale justifiait

    a` la 48e heure dhospitalisation une hemicraniectomie

    Fig. 6 Scanner cerebral sans injection realise un jour apre`s

    la thrombolyse. Infarctus sylvien malin droit et effet de

    masse sur important sur le ventricule homolateral et

    engagement sous falcoriel.decompressive. Apre`s une bre`ve amelioration clinique, le dece`s

    etait observe au 5e jour.

    4. Discussion

    Nous avons rapporte trois cas dinduction ovarienne compli-

    quee dun infarctus par occlusion proximale de larte`re

    sylvienne. En labsence dautre etiologie pouvant expliquer

    ces IC, limputabilite des IC a` lHSO parat evidente compte

    tenu du delai de survenue de lIC par rapport a` linduction

    ovarienne. Il est vrai que les patientes nont pas beneficie

    dechographie obstetricale pour evaluer la taille des ovaires,

    mais les patientes de la 2e et 3e observations ont presente des

    troubles digestifs corroborant le fait quelles aient presente un

    SHSO. En ce qui concerne la patiente de la premie`re

    observation, lIC constituait la seule manifestation du SHSO.

    La gravite des sequelles de la patiente de la deuxie`me

    observation et le dece`s de la patiente de la troisie`me

    observation posent la question du depistage des patientes a`

    risques de SHSO. Selon [35], les facteurs de risque de

    survenue dun SHSO seraient un age inferieur a` 35 ans, un

    index de masse corporelle inferieur a` 20 kg/m2, des ovaires

    polykystiques, un nombre de follicules ovariens matures

    superieur a` 10, une utilisation danalogues de LHRH et une

    oestradiolemie superieure a` 2000 pg/L pendant la phase de

    stimulation folliculaire. Selon Girolami et al., [2], les IC

    representent environ 60 % des thromboses arterielles liees

    au SHSO. La raison de cette predilection nest pas encore

  • Tableau 2 Recapitulatif des differentes publications des fecondations in vitro compliquees dun infarctus cerebral (IC). [635].

    Arte`re occluse Auteur, annee depublication

    Age(ans)

    Hormoneadministree

    Delai entre lastimulationovarienne et lIC

    FDRcardiovasculaireassocie

    Evolution

    Circulation anterieure

    Arte`re cerebrale moyenne Neau et al., 1989 [10] 31 HMG ; HCG 9 jours Aucun Avortement therapeutique et hemiplegie

    residuelle

    Rizk et al., 1990 [7] 30 GnRH a ; HMG ; HCG 12 jours Aucun Accouchement normal

    Inbar et al., 1994 [12] 22 Clomiphene ; HMG 11 jours Ovaire polykystique Pas de grossesse

    Cluroe et Synek, 1995 [15] 40 GnRH a HMG ; HCG 6 jours Aucun Fatal d

    Hwang et al., 1998 [16] 22 FSH ; HMG ; HCG 11 jours Aucun Avortement therapeutique et hemiplegie

    residuelle

    Davies et Patel, 1999 [20] 33 NP NP Aucun Pas de grossesse et hemiplegie residuelle

    Circulation anterieure

    Arte`re cerebrale moyenne Worrell et al., 2002 [21] 34 GnRH a ; rFSH 9 jours Aucun Avortement et hemiplegie residuelle

    Koo et al., 2002 [23] 33 NP 14 jours APA Accouchement normal

    Elford et al., 2002 [24] 28 GnRH a ; rFSH ; HCG 7 jours Aucun Recuperation quasi comple`te apre`s

    thrombolyse et accouchement normal

    Di Micco et al., 2003 [25] 32 FSH ; HCG NP HTMFR + het Pas de grossesse

    Grandone et al., 2004 [26] 28 FSH 10 jours Syndrome Des APL NP

    Circulation anterieure

    Arte`re cerebrale moyenne Giner et al., 2007 [28] 35 FSH ; HMG 35 jours Tabac + syndrome

    antiphospholipides

    Pas de grossesse

    Demirol et al., 2007 [29] 21 NP 1 jour Aucun Recuperation comple`te de laphasie en

    8 mois, conception spontanee un an plus tard

    Qazi et al., 2008 [33] 30 NP 10 jours Aucun Autonome pour les activites de la vie

    quotidienne 6 mois plus tard

    Circulation anterieure

    Arte`re cerebrale moyenne Song et al., 2008 [30] 31 HMG ; clomiphe`ne 2 jours Aucun Avortement therapeutique, aphasie et

    hemiplegie residuelle

    Bartkova et al., 2008 [31] 31 Protocole E2 9 jours Aucun Recuperation comple`te du deficit

    neurologique et accouchement de jumeaux

    Jing et Yanping, 2011 [35] 30 GnRHa ; FSH 7 heures Aucun Avortement therapeutique et hemiplegie

    residuelle

    Circulation anterieure

    Arte`re carotide interne Mozes et al., 1965 [6] 37 HMG ; HCG 5 jours Aucun Pas de Z, fatale

    Kermode et al., 1993 [11] 34 GnRH a ; FSH 9 jours Ovaire poly

    kystique

    Pas de grossesse, hemiparesie residuelle

    Thill et al., 1994 [13] 34 HMG ; HCG 7 jours Aucun Avortement therapeutique et hemiplegie

    residuelle

    Aurousseau et al., 1995 [14] 34 NP 7 jours Aucun Avortement therapeutique

    Murrle et al., 1998 [18] 33 FSH ; HCG 11 jours Aucun Avortement

    Yoshii et al., 1999 [19] 26 HMG ; HCG 7 jours Proteine S Avortement therapeutique

    Querol et al., 2008 [34] 34 NP 14 jours EMJ, Ovaire poly

    kystique,

    hypothyrodie

    Recuperation co...

Recommended

View more >