Infarctus splénique révélant une primo-infection à CMV

  • Published on
    28-Oct-2016

  • View
    219

  • Download
    3

Embed Size (px)

Transcript

  • S144 Communications afches / La Revue de mdecine interne 30 (2009) S77S151

    Introduction. Les abcs amibiens hpatiques sont la principale manifestationextra-intestinale de lamoebose invasive. Ils ont surtout t dcrits en zonedendmie. En zone non endmique, ils sont habituellement dcrits chez lestouristes et leen le-de-Franfrancais se reamibiens availes facteurs asPatients et mfrancilienne, otion hpatiquutilisant un men utilisant unRsultats. Lcelle des non massocis la pp = 0,02) ains6,94, p = 0,03plus risquepas dabcs dservice. Enfin(p = 0,06).Conclusion.tique que lesla taille de lavances. Ceen France, difdoi:10.1016/j

    CA193Infarctus sM. Versini , PMdecine int

    Introduction.souvent asymbotiques, sontprimo-infectioPatients et masthnie. Elleassocie deamaigrissemeabdominopelvde lexamenune numratioclosique, unALAT 56 U/l[N : 536] et PcratininmieUn scanner abune image diRsultats. Len IgM. Les set C et de la to 60 kUI/L (Net anticorps (AIgM (taux : 21prsents. Le rbine III, mutasous traitemede lanti-2-Ghpatique.Discussion.chez les patietiques veineuxdes cellules ede plus, le CM

    pides (aPL), de rares syndromes des antiphospholipides ayant t dcrits. LesaPL, notamment les aCL, sont frquents au cours des infections virales maisessentiellement anti-2-GPI indpendants et donc le plus souvent dpourvus de

    s throaCL elinfaion.ombo

    e daP016/j

    trisrs ner-Kie et m

    tion.ragileirem, avecprise els etmgs d

    de gtion. L

    din,3% es. Le 4,2entr

    7,9 %diab,7 %,

    pliqthie hpulmCO2ont tnon inchez

    aussi pcromo

    arentour leais 5

    it parion.lutiontiqueest dbien

    pathie016/j

    hinitueli a, Sine inine in

    tion.que dcoccs immigrs. Nous avons tudi les abcs amibiens hpatiquesce, o vivent une grande majorit des migrants et des touristes

    ndant en zone tropicale. Nous avons cherch savoir si les abcsent une prsentation plus grave chez les migrants et avons tudisocis la ponction hpatique et la taille de labcs.thodes. Quatre-vingt-dix dossiers, de 13 hpitaux de la rgionnt t tudis. Nous avons cherch les facteurs associs la ponc-

    e et aux gros abcs (plus de 70 mm, taille mdiane des abcs) enodle de rgression logistique, et au dlai de gurison de ces abcs

    modle de Cox.a prsentation clinique des abcs des migrants est la mme que

    igrants, mais le dlai des premiers signes est retard. Les facteursrsence dabcs de grosse taille taient tre un homme (OR = 6,07,i qutre migrants ntant pas retourns en zone dendmie (OR). Les patients pris en charge dans un service chirurgical sontde se faire ponctionner (OR = 10, p = 0,001), mais ne prsentente plus grosse taille que les patients pris en charge dans un autre, les abcs de grande taille ont tendance gurir plus lentement

    Les migrants gardent la mme prsentation dabcs amibien hpa-non migrants. Le sexe est dj connu comme facteur influencantabcs chez la souris, des hypothses immunologiques ayant tst la premire fois, notre connaissance, quune tude est menefrenciant les abcs selon lorigine des patients et le sexe..revmed.2009.03.326

    plnique rvlant une primo-infection CMV.Y. Jeandel , L. Marcq , E. Rosenthal , J.G. Fuzibeterne, centre hospitalier universitaire de Nice, Nice, France

    Linfection CMV chez le sujet immunocomptent est le plusptomatique. Les manifestations systmiques, en particulier throm-trs rares. Nous rapportons un cas dinfarctus splnique lors dunen CMV chez une femme immunocomptente.thodes. Une femme de 40 ans, sans antcdents, consulte pourprsente depuis une semaine une asthnie marque et constantes nauses et parfois des vomissements. Il nexiste ni fivre, nint, ni notion de syndrome pseudogrippal rcent. La palpationienne est normale, de mme que les touchers pelviens. Le reste

    clinique est sans particularit. Sur le plan biologique sont notsn formule sanguine normale en dehors dun syndrome mononu-TCA allong 60 s (tmoin 32 s), une cytolyse (ASAT : 51 U/l ;[N : 1031]) et une cholestase anictrique (GammaGT : 157 U/LAL 116 U/L [N : 39105]). Le taux de bta-HCG est ngatif. Laest normale, la CRP discrtement augmente 12 mg/l (N < 5).dominopelvien met en vidence une splnomgalie de 17 cm avecnfarctus splnique sous-capsulaire antrieur de 14 mm.antignmie CMV (pp65) est positive ainsi que la srologie CMVrologies VIH, EBV, Parvovirus B19, syphilis, des hpatites A, Bxoplasmose sont ngatives. Le facteur rhumatode (FR) est positif< 8) avec prsence dune cryoglobuline de type II. ACAN, ANCAc) anti-CCP sont ngatifs ; des Ac anticardiolipine (aCL) de typeGPL, N < 10) et anti-2-GPI (taux IgM : 44 U/ml, N < 20) sont

    este du bilan thrombophilique (protines C et S, RPCa, antithrom-tions des facteurs II et V) est ngatif. Lvolution est favorable

    nt symptomatique avec, lors du suivi, une ngativation de l aCL,PI, du FR, de la cryoglobulinmie, et une normalisation du bilan

    Les manifestations thrombotiques lors de primo-infection CMVnts immunocomptents sont trs rares. Des accidents thrombo-de site atypique ou non sont majoritairement dcrits. Linfection

    ndothliales par le CMV induirait un phnotype procoagulant ;V peut entraner une production transitoire dAc antiphospholi-

    propritsence dfavorisConclustions thrprsencdoi:10.1

    CA194Caracsujet tJ. DeibeGriatrFrance

    Introducterrain fparticulmateursdans laMatrie45/69),intensifsranimatition oudans 33Rsultatmoyenn81,2 % dnique 2cas, un

    dans 21tait comphalopaemboliecas. La Ppatientstilationdifficiletaientcas, ma

    tation p(20 % pBPCO mse soldaConclusune vothrapeuinvasiveen rglepneumodoi:10.1

    CA195Une cinhabA. Mzaba Mdecb Mdec

    Introducen Afridchinombognes. Cette observation apparat ainsi exceptionnelle, la pr-t danti-2-GPI induite par le CMV ayant donc vraisemblablementrctus splnique chez notre patiente.La primo-infection CMV peut saccompagner de manifesta-tiques chez le sujet immunocomptent devant faire rechercher laL..revmed.2009.03.327

    tiques des pneumopathies infectieuses graves dugaminsky , V.-T. Pham , C. Leclaire , A. Benetosdecine interne, CHU Nancy-Brabois, Vandoeuvre-Ls-Nancy,

    Les pneumopathies sont frquentes chez le sujet trs g. Leet les pathologies associes leur confrent souvent un caractre

    ent svre. Ces patients sont habituellement rcuss par les rani-ltiquette ne pas intuber . Nous rapportons notre expriencen charge non invasive de tels patients.thodes. Il sagit dune tude de 69 patients conscutifs (femmes :e 85,6 6,7 ans (extrmes : 7296), admis dans une unit de soinsriatrie pour pneumopathie svre et rcuss par les services dees diverses formes cliniques taient une pneumopathie de dglu-

    halation dans 43,5 % des cas, une pneumopathie communautairet dune dcompensation de BPCO dans 23,2 % des cas.a pneumopathie survenait sur terrain polypathologique avec enpathologies chroniques par patient, dont une cardiopathie cheze eux (HTA : 58,0 %, insuffisance cardiaque 26,1 %, ACFA chro-, coronaropathie 23,2 %), des troubles cognitifs dans 42,0 % deste dans 28,0 %, une obsit dans 23,2 %, une insuffisance rnaleet un terrain polyvasculaire dans 11,3 % des cas. Le tableau initialu dune insuffisance cardiaque aigu dans 34,8 %, dune enc-ypercapnique dans 14,5 %, dun choc septique dans 11,6 %, duneonaire dans 2,9 % et dun infarctus de myocarde dans 1,4 % des lentre tait de 62,1 23,1 mmHg, le pH 7,32 0,09. Tous les traits par ventilation en pression positive au masque. Cette ven-vasive a t bien supporte par tous les patients, mais de sevrage15 % dentre eux, et complique dune TACFA dans 23 % des cas.rescrits : antibiothrapie, probabiliste dans la grande majorit deslcules et/ou amines pressives au besoin, hydratation et alimen-rales et soins de dcubitus. Le taux de dcs global tait de 30 %s pneumopathies de dglutition, 12,5 % pour les acutisations de3 % pour les pneumopathies communautaires). Un choc septiqueun dcs dans 2 cas sur 3.Malgr la gravit des pneumopathies rapportes dans cette tude,favorable a pu tre obtenue dans 70 % des cas grce des mesuress non invasives et adaptes chaque patient. La ventilation nonun apport primordial dans la prise en charge des patients. Elle estsupporte mme chez les sujets dments ou peu cooprants. Less communautaires et le choc septique restent de mauvais pronostic.

    .revmed.2009.03.328

    ococcose hydatique pulmonaire rvlationle. Toumi b, B. Mrad a, F. Ben Fredj a, C. Laouani-Kechrid aterne, hpital Sahloul, Sousse, Tunisieterne, hpital Sahloul, Sousse, Tunisie

    Lchinococcose hydatique est une anthropozoonose frquenteu Nord, due au dveloppement chez lhomme de la larve

    us granulosus. La phase dincubation peut dure plusieurs annes.

Recommended

View more >