Faits saillants - com.apciq.ca Faits saillants • Les taux d’intأ©rأھt stimulent le marchأ© •Plusieurs

Embed Size (px)

Text of Faits saillants - com.apciq.ca Faits saillants • Les taux d’intأ©rأھt stimulent le...

  • Le Baromètre MLS ® du marché résidentiel 1er trimestre 2010

    Région métropolitaine de Montréal

    Faits saillants

    • Les taux d’intérêt stimulent le marché

    • Plusieurs nouveaux sommets établis

    • Les bas taux d’intérêt favorisent les hausses de prix

    • Les vendeurs en position de force

    • Un marché de la revente gonflé à bloc

  • Analyse

    Un marché de la revente gonflé à bloc

    Le nombre de propriétés résidentielles transigées par l’intermédiaire du système MLS® dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal au cours du premier trimestre de 2010 était en hausse de 46 % par rapport à la même période l’an dernier. Cette croissance est toutefois moins spectaculaire qu’il n’y paraît, dans la mesure où l’an dernier, la récession avait fait reculer les ventes de 24 %. Il n’en demeure pas moins que les 13 199 ventes conclues de janvier à mars ont effleuré de près le précédent record établi en 2002 (13 440 ventes).

    Les taux d’intérêt stimulent le marché

    Durant la récession, certains consommateurs avaient mis en veilleuse leur projet d’achat de propriété. Ils sont revenus depuis sur le marché. En effet, le contexte économique s’est beaucoup amélioré depuis un an. La récession s’est officiellement terminée l’automne dernier, la confiance des consommateurs s’est nettement raffermie1 et 32 800 emplois ont été créés dans la RMR au cours du premier trimestre, abaissant le taux de chômage à 9 %. C’est surtout le niveau des taux d’intérêt qui a engendré cette effervescence sur le marché de l’habitation. Non seulement les taux hypothécaires se situaient à un creux historique2, mais l’anticipation généralisée que ces taux remonteraient au cours des prochains mois est également venue jouer un rôle capital, certains consommateurs ayant devancé leur achat.

    Plusieurs nouveaux sommets établis

    Les 1 562 ventes réalisées sur le territoire lavallois et les 630 ventes réalisées à Vaudreuil-Soulanges au cours du premier trimestre constituent de nouveaux sommets. Sur l’île de Montréal, il n’aurait suffi que de trois ventes supplémentaires pour égaler les 4 800 ventes enregistrées lors du premier trimestre de 2002.

    Par catégories, la copropriété est la seule à avoir atteint de nouveaux records de ventes dans chacun des cinq grands secteurs de la région métropolitaine. De nombreux immeubles de copropriétés ont été construits depuis le début des années 2000 et le bassin grandissant de copropriétés est favorable à une croissance continue du nombre de ventes. La copropriété, en raison de son coût abordable, a été des plus populaires auprès des premiers acheteurs qui ont voulu profiter des taux d’intérêt historiquement bas pour en faire l’acquisition. À quelques exceptions près, ce sont d’ailleurs dans les secteurs plutôt abordables que les plus fortes hausses de ventes de copropriétés ont été remarquées, notamment à Vaudreuil-Soulanges (+ 80 %), à Belœil/Mont-Saint-Hilaire (+ 132 %), dans l’ouest de la Rive-

    Nord (+ 67 %), à Saint-Jérôme (+ 67 %), à Anjou/Saint-Léonard (+ 67 %), dans Mercier/Hochelaga-Maisonneuve (+ 69 %) et dans le sud-ouest de l’île (+ 88 %).

    Les ventes d’unifamiliales ont augmenté de 42 % dans la RMR par rapport au premier trimestre de 2009, et de 8 % par rapport au premier trimestre de 2008. Quant aux plex, ils ont enregistré une hausse des ventes de 45 % comparativement à la même

    1 Selon l’indice du Conference Board, entre janvier et mars dernier, 49 % des Québécois jugeaient le moment propice pour faire un achat important, comme une propriété, comparativement à 32 % à la même période l’an dernier.

    2 Au cours du premier trimestre, les taux hypothécaires de 5 ans des banques à charte canadiennes s’élevaient en moyenne à 5,58 %, en légère diminution par rapport au trimestre précédent.

    période l’année dernière, et de 13 % par rapport aux ventes du premier trimestre de 2008.

    Les bas taux d’intérêt favorisent les hausses de prix

    Avec un pouvoir d’achat accru en raison des faibles taux d’intérêt, le temps était propice pour acquérir une première propriété ou pour faire l’acquisition d’une résidence plus luxueuse. De plus, avec l’anticipation de la hausse des taux, les ménages semblaient plus pressés d’effectuer leur achat. Finalement, avec des conditions de marché qui favorisaient nettement les vendeurs lors des négociations, il n’est pas surprenant que les statistiques du premier trimestre laissent voir des hausses de prix soutenues.

    Des hausses de prix ont été observées dans tous les secteurs géographiques et pour toutes les catégories de propriété. Plus particulièrement, les plex ont affiché une hausse de leur prix médian de 13 % sur l’île de Montréal et de 11 % sur la Rive-Sud de Montréal, les deux principaux marchés de plex de la RMR.

    Du côté des unifamiliales et des copropriétés, les hausses de prix les plus importantes ont été observées dans les secteurs où les prix étaient déjà relativement élevés. Par exemple, le prix médian des unifamiliales a bondi de 20 % à CDN/NDG/CSL, de 22 % à Rosemont/Villeray, de 19 % à Boucherville/Saint-Bruno et de 17 % dans le centre de la Rive-Sud. Pour sa part, le prix médian des copropriétés était en hausse de 22 % à Boucherville/Saint- Bruno, de 18 % sur le Plateau, de 14 % dans Ville-Marie et dans le centre de la Rive-Sud. Ces hausses ont reflété la masse d’acheteurs profitant des faibles taux d’intérêt pour accéder à des propriétés de gamme supérieure.

    Les vendeurs en position de force

    Le nombre d’inscriptions en vigueur a diminué de 19 % par rapport au premier trimestre de 2009. Ceci s’explique notamment par le fait que les propriétés restaient moins longtemps sur le marché. La très forte demande a réduit les délais de vente de 8 jours (69 jours) pour les unifamiliales, de 7 jours (81 jours) pour les copropriétés, et de 18 jours (62 jours) pour les plex, toujours par rapport au premier trimestre de 2009.

    Le rapport de force entre les vendeurs et les acheteurs était directement reflété dans les conditions de marché, mesurées par l’écoulement de l’inventaire. Or, cet écoulement s’est accéléré, tant pour les unifamiliales que pour les plex, et ce, pour un troisième trimestre consécutif dans tous les grands secteurs de la RMR. Ainsi, l’avantage que détenaient déjà les vendeurs a été renforcé. Pour la copropriété, l’écoulement s’est également accéléré, confirmant l’avantage des vendeurs, sauf dans les secteurs de la Rive-Nord et de Laval où les conditions de marché étaient plus équilibrées.

    La copropriété est la seule à avoir atteint de nouveaux

    records de ventes dans chacun des cinq grands

    secteurs de la région métropolitaine.

    Avec un pouvoir d’achat accru en raison des faibles taux d’intérêt, le temps était propice pour acquérir une

    première propriété ou pour faire l’acquisition d’une résidence plus luxueuse.

    Les plex ont affiché une hausse de leur prix médian de 13 % sur l’île de Montréal et de 11 % sur la Rive-Sud de Montréal,

    les deux principaux marchés de plex de la RMR.

    1

  • Source : Statistique Canada

    1er trimestre 2010

    Indicateurs économiques

    (1) Variation par rapport au trimestre précédent

    (2) Variation par rapport au même trimestre il y a un an

    (3) Taux administrés des banques à charte canadiennes

    (4) Mesure utilisée par la Banque du Canada pour guider ses décisions

    (5) Proportion de personnes ayant répondu « Oui » à cette question

    (6) Données désaisonnalisées

    (7) Le total comprend également les logements coopératifs

    Sources : Statistique Canada, Le Conference Board du Canada et SCHL

    Note : Les flèches de couleur verte indiquent une bonne nouvelle, celles de couleur rouge une mauvaise nouvelle. Les flèches  indiquent une stabilité.

    1er trimestre 2010

    Évolution mensuelle des taux hypothécaires 5 ans

    Niveau

    1 an 3,60 %  -0,07  -1,23

    3 ans 4,25 %  -0,07  -0,93

    5 ans 5,58 %  -0,06  -0,13

    Niveau

    Global 1,6 %  0,8

    Indice de réference (4) 1,9 %  0,3

    Niveau

    Global 83  9  33

    Bon temps pour un achat important (5) 49 %  2  18

    Niveau

    Emploi (en milliers) (6) 1 926,5  32,8  56,8

    Taux de chômage (6) 9,0 %  -0,1  0,2

    Niveau

    Total (7) 4 907  31 %

    Unifamilial 1 958  65 %

    Copropriété 1 946  37 %

    Locatif 635  -20 %

    S.O.

    S.O.

    S.O.

    Mises en chantier (région métropolitaine de recensement de Montréal)

    Variation (1)

    Variation sur un an (2)

    S.O.

    Marché du travail (région métropolitaine de recensement de Montréal)

    Variation (1)

    Variation sur un an (2)

    Indice de confiance des consommateurs (province de Québec)

    Variation (1)

    Variation sur un an (2)

    S.O.

    S.O.

    Taux d'inflation annuel (Canada)

    Variation (1)

    Variation sur un an (2)

    Taux hypothécaires (3)

    Variation (1)

    Variation sur