Rapport annuel 2003 - .Fonds national suisse | Rapport annuel 2003 1 Sommaire 3 Editorial 6 Au fil

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Rapport annuel 2003 - .Fonds national suisse | Rapport annuel 2003 1 Sommaire 3 Editorial 6 Au fil

  • Rapport annuel 2003

  • Le Prof. Christoph Dehio (1965) du Biocentre de lUniversit de Ble analyse des cellules humaines infectes laide dun micro-scope fluorescence. Son projet dtude des mcanismes molculaires lors dinfections par des bactries pathognes est soutenu par la Division Biologie et Mdecine du FNS.

  • 1Fonds national suisse | Rapport annuel 2003

    Sommaire

    3 Editorial

    6 Au fil de lanne

    2003 la relance se prpare

    12 2003 en quelques dates

    14 Personalia

    Organes du Fonds national suisse

    20 Comptes annuels 2003

    28 2003 lencouragement de la recherche en chiffres

    29 Vue densemble des activits dencouragement

    31 Recherche libre

    46 Recherche oriente

    52 Liste des abrviations

    Annexe:

    Subsides accords et catalogue des publications (CD-Rom)

  • 2

    Impressum

    EditeurFonds national suissede la recherche scientifiqueWildhainweg 20Case postale3001 Berne, SuisseTlphone : +41 (0)31 308 22 22Tlfax : +41 (0)31 301 30 09E-mail : pri@snf.chwww.snf.ch

    Rdaction et productionService de presse et dinformation Philippe Trinchan (resp.)

    Conception visuelle, mise en page, layout et compositionKislig|Steinmann Kommunikationsdesign GmbH, Berne

    LithosLithwork SA, Berne

    Impression, finition et expditionStmpfli SA, publications, Berne

    PapierCouverture : PhoeniXmotion xenon, mat, 250 gm2

    Contenu : PhoeniXmotion xenon, mat, 135 gm2

    ImagesAldo Ellena, FribourgFonds national suisse, Berne

    2004 Fonds national suisse, Berne

    ISSN 1422-5492

    Image de couvertureKatrin Monecke (1970), doctorante lInstitut de gophysique de lEPF Zurich, collecte laide dun outil de carot-tage des chantillons de sdiments du Lac de Baldegg. Son projet dtude des tremblements de terre historiques et prhistoriques est soutenu par la Division Mathmatiques, Sciences naturelles et de lingnieur du FNS.

  • 3Fonds national suisse | Rapport annuel 2003

    Les sciences exactes, celles de la nature,

    de lingnieur et du vivant ont connu au

    cours de ces dernires dcennies un dve-

    loppement impressionnant. Bon nombre

    dentre elles font recours des infrastruc-

    tures de recherche lourdes, qui stimulent

    particulirement les collaborations inter-

    nationales. Limpact potentiel de ces

    recherches sur la vie quotidienne des in-

    dividus et le dveloppement conomique

    des nations, leur confre par ailleurs une

    place de choix dans les dbats concernant

    la recherche et la formation.

    Les sciences humaines et sociales nont

    pas bnfici dune mme visibilit. Sou-

    vent ancres dans une ralit culturelle

    rgionale ou nationale, elles prnent la

    pluralit des approches scientifiques et

    le respect des diversits linguistiques.

    Elles assument par ailleurs une fonction

    de mmoire et dobservateur critique de

    la socit et, notamment, de ses choix

    en matire de recherche et de formation.

    Cela peut expliquer que les dcideurs et le

    grand public en aient une perception plus

    diffuse. Au point quen Suisse plusieurs

    tudes se sont interroges sur leur organi-

    sation et sur ladquation des instruments

    dencouragement du FNS leurs spcifi-

    cits.

    2003 aura t de ce point de vue une an-

    ne marquante avec:

    _ la clture du Programme prioritaire

    Demain la Suisse : 45 millions qui ont

    permis de soutenir plus de 100 projets

    de recherche visant mieux comprendre

    les changements sociaux en cours ;

    _ le lancement dune deuxime srie de

    Ples de recherche nationaux rserve

    Dr Fritz Schiesser

    Dr Fritz Schiesser

    Prsident du Conseil de fondation

    Lanne 2003 a t marque par un nouveau record du nom-bre de projets de recherche d-poss par les scientifiques auprs des divisions du FNS.

    Prof. Heidi Diggelmann

    Prsidente du Conseil national

    de la recherche

    En 2003, le Fonds national suisse a renforc par plusieurs initiatives son soutien aux sciences humaines et sociales.

    Soutien renforc aux sciences humaines et sociales

    Prof. Heidi Diggelmann

    Editorial

    aux sciences humaines et sociales qui

    dbouchera, au terme dune valuation

    internationale, sur la mise en place de

    rseaux de recherche vers fin 2004 ;

    _ ltablissement dun budget spcifique

    pour garantir la prennit du Panel

    suisse des mnages (1,8 million par

    an) et financer, lavenir, dautres infra-

    structures de ce type ;

    _ le succs de linitiative DORE commune

    au FNS et la CTI : 6,2 millions investis

    par ces deux institutions et 5,5 millions

    par des partenaires engags dans

    119 projets de recherche conduits par

    les Hautes coles spcialises en travail

    social, pdagogie, psychologie et lin-

    guistique appliques, arts et sant.

    Ces efforts spcifiques compltent le

    soutien apport ces disciplines par le

    biais des instruments dencouragement

    de la recherche libre du FNS. Ils ne pour-

    ront cependant eux seuls rsoudre les

    problmes structurels auxquels elles sont

    confrontes.

    Globalement, lanne 2003 du FNS a t

    marque par une nouvelle croissance

    du nombre des requtes adresses aux

    divisions, le renforcement des actions d-

    dies lencouragement des personnes

    et le dveloppement d initiatives euro-

    pennes et internationales qui permettent

    la recherche suisse de rayonner bien

    au-del de nos frontires. Elle a confirm

    une fois de plus la mission essentielle

    quassume le FNS pour lensemble des

    domaines scientifiques et la pleine recon-

    naissance du rle de la recherche pour

    lhomme et la socit.

  • 4

  • 5Fonds national suisse | Rapport annuel 2003

    Licencie en philosophie, Franziska Schrch Schneider (1972) travaille au Sminaire dethnologie europenne de lUniversit de Ble. Bnficiaire du Programme Marie Heim-Vgtlin du FNS, elle mne une tude sur des collections dart populaire, par exemple ici sur une pice dhabitation typique du Toggenburg au Muse dhistoire de St-Gall.

  • 6

    Tout semblait plac sous de si bons augures. Lors des premires rflexions sur la priode de

    subventionnement 2004-2007, une publication du GSR laissait miroiter au FNS un double-

    ment de son budget1. Nosant croire pleinement une telle prosprit et travaillant sur des

    scnarios plus modestes, le FNS sest lanc avec optimisme dans la planification de son avenir

    moyen terme. Il a labor un Programme pluriannuel qui devait lui permettre non seulement

    de combler le retard accumul au cours des dernires annes, mais aussi de faire un saut qua-

    litatif en avant.

    Un premier coup de frein, pas tout fait inattendu, a t donn par le Message du Conseil

    fdral relatif lencouragement de la recherche. Les cieux conjoncturels staient entre-

    temps assombris et les objectifs budgtaires avaient t revus la baisse au fur et mesure

    de llaboration de ce document. En 2003, la dsillusion sest encore amplifie : les objectifs

    moins ambitieux que le Conseil fdral stait fixs dans le domaine de la recherche, les me-

    sures dallgement 2003-2006 et le blocage des crdits pour 2004 ont finalement eu raison des

    vellits de relance du FNS. Et la ralit laquelle il doit faire face pour la premire anne

    de la priode de subventionnement 2004-2007 est la suivante : une multitude de nouvelles

    tches annonces dans le Message, alors que la contribution fdrale pour le FNS naugmente

    que de 4 %, soit moins que les annes prcdentes !

    Ecart croissant entre loffre et la demandeLes moyens supplmentaires prvus lorigine taient pourtant plus ncessaires que jamais.

    Auprs des Divisions I III, les demandes de moyens financiers pour soutenir la recherche

    fondamentale libre atteignent des records. En deux ans seulement, elles ont augment de prs

    dun tiers. Et cette pression se maintiendra, voire augmentera encore ces prochaines annes

    compte tenu de la situation financire des cantons en charge des Hautes coles et de la poli-

    tique active de rcolte de fonds extrieurs pratique par de nombreuses universits. Ainsi, des

    groupes de recherche de qualit inconteste et internationalement reconnus, qui pouvaient

    encore compter il y a quelques annes sur le financement du FNS, voient leurs financements

    rduits de manire radicale et pourraient tre prochainement mis hors course. Et le commen-

    taire frquemment entendu quun taux de coupure de 60-70 % tel que pratiqu par le FNS

    nest pas particulirement lev en comparaison internationale ne peut ici suffire. Il faut en

    effet tenir compte du fait que la Suisse, contrairement dautres pays, ne compte pas de hau-

    tes coles de seconde catgorie aux performances douteuses. Le FNS ne reoit de ce fait que

    peu de requtes dun niveau insuffisant. En outre, contrairement aux Etats-Unis ou lAlle-

    magne par exemple, il ny a pas en Suisse dautres sources importantes de financement pour

    Au fil de lanne

    2003 la relance se prpare

    Alors que le Fonds national suisse enregistrait un record historique dentres de requtes, ses espoirs de voir ses moyens fortement augmenter ds le dbut de la priode 2004-2007 ont t dus. La relance devra encore attendre. Malgr cela, le FNS a continu avec enthou-siasme forger son avenir par des rformes appropries.

    Le nombre de requtes de re-cherche auprs du FNS connat des records et continue cro-tre.

    1Cf. Groupement de la science et de la re-cherche Faonner lavenir par la forma-tion et le progrs , aot