Vaychlah 5775 !

  • View
    218

  • Download
    4

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Vaychlah 5775 !

  • Chabat Vaychlah 15 Kislev 5775 / 6 Dcembre 2014 N.291

    *

    Entre: Sortie:New-York: 16:11 PM 17:13 PMParis: 16H36 17H49 Tel-Aviv: 16H17 17H15

    Chabat Kodech

    La Mitsva consiste a allumer une bougie afin de se rendre quitte.La plupart allument 2 bougies (Zahor et Chamor)Certains allument en plus une bougie par enfant (garon ou fille)

    Les bougies doivent absolument tre allumes a lendroit ou nous mangeons (et pas la ou nous dormons. Ex: Je mange chez des amis mais je rentre dormir chez moi, je dois allumer ..chez mes amis).

  • Avec Lavan jai habite

    Lorsque Yaacov arrive devant Essav, il lui dclare directement: Avec Lavan jai habite , et Rachi rajoute: et jy ai respecte toutes les Mitsvot .

    Ce mot GARTI qui signifie habiter a la mme racine que le mot GUER qui signifie un tranger.

    Mais il peut aussi tre rapproch du mot GARTI qui a pour valeur numrique 613 et qui signifie que Yaacov a rspect les 613 Mitsvot mme quand il tait chez Lavan.

    En effet, bien que Yaacov passa prs de 20 ans chez Lavan le fourbe, il resta durant toute cette priode tranger a tout ce qui reprsente Lavan.

    Certes Yaacov travailla et accumula de grandes richesse, mais tout cela ntait pas lessentiel a ses yeux.

    Cest de cette manire quil put conserver son niveau spirituel et sa pratique intgrale des Mitsvot.

    Nous trouvons dailleurs que Yaacov construisit pour lui (les choses spirituelles) des maisons (qui reprsentent la solidit ) et pour son btail (les choses matrielles) des cabanes (fragiles et temporaires).

    Mais le Rabbi nous fait remarquer que , lorsque Yaacov rencontre Essav, il ne met pas en avant ses richesses ou toute autre choses qui aurait pu effrayer Essav, au contraire, Yaacov parle en premier lieu de son niveau spirituel, de sa pratique des Mitsvot.

    Car quand un Juif est fier de ce quil est, et quil le montre sans hsitation, celui qui se trouve en face le respecte et baisse les yeux.

    Mais si nous essayons de trouver grce aux yeux du monde, de faire des concessions et des compromis, non seulement le monde ne nous respecte pas mais il exige de notre part un effort toujours plus grand.

    Retrouvailles !!!

    Rsum de la Parachat Vaychlah

    * Yaacov rentre chez lui aprs 22 ans dabsence mais il apprend quEssav approche accompagn de 400 hommes arms !* Yaacov se prpare en sparant son camps en deux groupes, il prie aussi Hachem de laider et il envoie des cadeaux pour amadouer son frre.* Au moment de la rencontre, Essav se calme et embrasse sincrement Yaacov.* Sur le chemin, Yaacov traverse le fleuve de Yabok, et a un moment, il se retrouve seul; il est alors attaque par un ange et ils se battent toute la nuit. Au petit matin, lange blesse Yaacov a la hanche. * Lange demande a sen aller mais Yaacov naccepte quaprs avoir reu une bndiction.* Dornavant, son nom ne sera plus Yaacov mais Isral qui signifie: Il sest battu contre les anges et les a vaincu.* Yaacov passe par la ville de Chhem, et Dina est prisonnire par le fils du roi qui souhaite lpouser. Les frres de Dina font semblant daccepter a condition quils ne fassent la Brith-Mila, mais le troisime jour, Chimone et Levi passent tous les hommes au fil de lpe.* Yaacov est furieux et ils se sauvent de cet endroit.* A Beth-lehem, Rahel donne naissance a Binyamine, mais elle meurt durant laccouchement, elle sera enterre sur le bord de la route.* Ytshak Rivka et Dborah meurent aussi dans cette Paracha, Ytshak et Rivka sont enterrs a Hvron.

    Ton nom sera dsormais Isral

    Le nom Isral fut donne a Yaacov car Tu as combattu les hommes de D et tu les as vaincu .

    Le Rabbi explique que chaque Juif porte le nom de Isral (Bne-Isral) et cela signifie que chaque Juif a reu den haut les forces ncessaires de vaincre mme les anges dHachem.

    Or il est dit que lors de la naissance dun enfant, un ange dclare si lenfant sera intelligent ou non, grand, fort, riche ou pauvre . Tout est dtermine sauf .sil sera un Tsadik ou un Racha.

    Mais le Rabbi nous dit que lon peut tre plus fort que cet ange, et remettre en question ce quil a dclar lors de la descente de lme ici bas et ainsi, obtenir des choses qui ntaient pas ncessairement destines a sa naissance.

    De peur que je nai faute devant toi

    Peu avant la rencontre avec son frre, Yaacov implore Hachem de laider et il dit la phrase trs connue: KATONTI MIKOL HAHASSADIM Que lon peut traduire par: Je suis devenu petit du fait de toutes ces bonts dont tu mas gratifi.

    Rachi explique que Yaacov a eut peur que a cause de ses fautes, il ne mrite plus la protection Divine.

    Mais comment pouvons nous nous imaginer que Yaacov a faute ??

    La Hassidout explique que chaque fois quun homme slve spirituellement, le niveau prcdent lui est considr comme une faute par rapport au niveau actuel.

    Le mot faute ne signifie pas, ici, le pcher mais plutt le manque.

    Cela ne signifie pas uniquement que les Mitsvot, dornavant elles devront tre plus belles et plus pures, mais mme les anciennes Mitsvot dj accomplies perdent de leur valeur a mesure que lon progresse.

  • Cette fois, le frre malade dcida de demander lui-mme sa bndiction. Mais quand il arriva devant le Rabbi, il ne put que balbutier: Je demande au Rabbi une bndiction pour que mon sang soit cachre !Vous devez manger et boire selon le Choulhan Arouh (code de lois juives) Le Rabbi lui faisait comprendre que pour que le sang soit cachre, il devait manger cachre. Et le Rabbi conclut: Vous mannoncerez de bonnes nouvelles !. Ce ntait plus un souhait, ctait une promesse !Ds leur retour Los Angeles, on procda la cachrisation de leur cuisine ; on acheta deux nouvelles vaisselles et on expliqua tous les membres de la famille comment cuisiner et quels produits acheter.Trs peu de temps plus tard, la sant du frre samliora de faon significative: il reprit du poids et la couleur revint sur son visage. Il se remit travailler et ses affaires, comme celles de ses frres, prosprrent. Le Rabbi avait promis de bonnes nouvelles !

    Trois mois plus tard, lancien malade me confia quil souffrait encore de lgers malaises. Pourtant le Rabbi avait promis une gurison complte. Je ralisai alors quil restait un problme: pour que la nourriture soit vraiment cachre, il ne fallait ni cuisiner (ni travailler) le Chabbat. Quand jexpliquai cela, le frre ralisa : Cela signifie que nous devons vivre comme dans une prison pendant plus de vingt-quatre heures ?. Mais la mre accepta immdiatement mes recommandations et - sans doute grce aux aliments prpars par une personne qui respectait le Chabbat - tous les effets secondaires des mdicaments disparurent !Trois ans plus tard, le frre an mappelait, affol: le jeune frre ne faisait plus autant attention la cacherout et se permettait de consommer du lait non surveill ! Je me rendis immdiatement chez lui: Tu sais que tu nas recouvr la sant que grce la bndiction du Rabbi. Il ta expliqu que la cacherout de ton sang dpend de la cacherout de ton alimentation. Ne joue pas avec cette bndiction !Malgr tous mes arguments, il ne prta aucune attention mes paroles et, trs peu de temps aprs, il me tlphona, affol : la maladie stait nouveau dclare !

    Cette fois-ci, cest Rav Naftali Estulin qui laccompagna New York. En arrivant devant le Rabbi, le jeune homme clata en sanglots, raconta tout ce qui lui tait arriv et promit de ne plus recommencer.Avec un sourire, le Rabbi lui accorda encore une fois sa bndiction et le jeune homme retrouva ses forces physiques et spirituelles.

    Manger Cachre, sang Cachre !

    Quand jentrai dans la somptueuse demeure de cette famille Beverley Hill, je remarquai quelle ne possdait aucune Mezouza. Jexpliquai la mre, aux cinq fils et la fille limportance de ce parchemin qui, plac chaque entre, constitue une protection plus efficace que tous les systmes de scurit. Tous reconnurent que ctait loccasion de pallier ce manque et je revins plus tard avec les Mezouzot.Un an plus tard, ils me tlphonrent pour connatre la date danniversaire de dcs du pre. Ils avaient lhabitude de marquer la date civile mais, cette anne, ils avaient compris quil valait mieux respecter la date hbraque. Celle-ci tait malheureusement dj passe mais je leur suggrai de venir nanmoins la synagogue, de mettre les Tfilin et de prier, ce qui procurerait certainement une intense satisfaction lme du dfunt. Effectivement, quelques jours plus tard, ils se prsentrent la synagogue: aprs avoir mis les Tfilin, ils prirent, rcitrent le Kadich, tudirent des Michnayot et donnrent la Tsedaka.

    A la fin de la prire, lan des frres demanda me parler en priv: les larmes aux yeux, il me fit remarquer que le plus jeune frre ntait pas l. Ag de 26 ans, il tait atteint dune maladie en phase terminale. Les mdecins ne lui donnaient plus que quelques mois vivre. Il me supplia de le bnir afin quil lui arrive un miracle.Au lieu de me demander cela moi, demandez plutt au Rabbi ! rpondis-je en lui expliquant qui tait le Rabbi.Le mme jour, il envoya un fax au Rabbi. Quelques semaines passrent mais il ny eut pas de rponse. Ils me demandrent de rendre visite au malade, ce que je fis. Je fus boulevers par son aspect effrayant : sans tre mdecin, javais compris que la situation tait extrmement grave. Je lencourageai cependant crire lui-mme au Rabbi pour demander sa bndiction.Une fois de plus, il ny eut pas de rponse. Au fur et mesure que le temps passait, les frres se mirent me reprocher amrement ce silence du Rabbi. Je leur expliquai que, parfois, pour recevoir une bndiction, il fallait devenir un rcipient, cest--dire accomplir davantage de Mitsvot comme par exemple venir plus rgulirement la synagogue, mettre les Tfilin etc.Aprs tout, nous sommes juifs, rpondit le porte-parole de la famille, et cela ne nous drange pas du tout de nous conduire comme vous lindiquez !

    Effectivement, les f