Tetsave 5775

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Tetsave 5775

  • Ralis par Yaacov Berrebi 054.700.73.67 https://www.facebook.com/groups/LeHaim.VeLivraha/

    Lorsque Mordeha interrogea les 3 enfants,

    il se rjouit de la rponse reue. Voyant cela,

    Hamane vient demander Mordeha pourquoi il se rjouit. Ce dernier lui rpond

    et Hamane entre dans une grande colre.

    Cest ce moment l que commencera

    la chute de Hamane ! En effet,

    la joie est la clef de la russite

    et la tristesse (colre) amne lchec !

    Le Kama de Rabbi Yonatane !!! Rabbi Yonatane Eibichits tait un grand rudit port aussi sur ltude de la Kabbala. Dans sa ville, cest un autre sage (le Maarcha) qui dirigeait la vie communautaire de la ville. Mais lui ne partageait pas les opinions de Rabbi Yonatane. Une autre diffrence entre les deux sages, le premier faisait des miracles et aidait les gens tant quil le pouvait, alors que le second craignait les dbordements lis un tel comportement. Un jour, une pidmie se dclara, et toutes les femmes sur le point daccoucher furent en grand danger. Cest donc sans surprise que de nombreuses personnes vinrent demander Rabbi Yonatane de rdiger un Kama (texte comportant des passages de la Kabbala permettant de raliser des miracles). Le Tsadik refusa pour ne pas attiser les querelles avec le Maarcha. Mais un matin, un homme se prsenta tout affol, son pouse tait sur le point daccoucher et il suppliait le Tsadik dintervenir pour la sauver. Ne pouvant rester insensible une telle dtresse, Rabbi Yonatane rdigea le Kama et la femme fut sauve, ainsi que toutes les autres femmes sur le point daccoucher. Lorsque le miracle se fit connaitre, le Maarcha entra dans une grande colre. Un autre problme sparait les deux hommes; alors que Rabbi Yonatane soutenait quon ne mettait pas les Tefillins Hol-Hamoed, le Maarcha lui, pensait quil fallait les mettre. (Evidemment, chacun avait sur qui tenir). Voyant que la discorde sinstallait et que la communaut commenait tre divise en deux camps, Rabbi Yonatane dcida dagir sans plus attendre pour rtablir la paix dans la communaut. Il vint la synagogue durant les jours de Hol Hamoed en portant les Tefillins. Voyant que Rabbi Yonatane se rangeait de son ct, le Maarcha fit taire la Mahlokete (dispute). Cela nous montre si besoin tait quel point il est important de faire disparaitre la discorde au sein du notre communaut !!!!!

    Chabbath Ttsav 9 Adar / 28 Fvrier 2015

    Adar

    Entre: Sortie: New-York: 5:26pm 6:27pm Paris: 18:11 19:19 Tel-Aviv: 17:18 18:14

  • KATITE LAMAOR Le premier Beth-Hamikdach dura 410 ans, valeur numrique des lettres YOUD TAV Le second Beth-Hamikdach dura, lui, 420 ans, valeur des lettres KAF TAV . Au total, les deux Beth-Hamikdach stendirent sur une dure de 830 ans, valeur du mot KATITE compose des lettres KAF TAV YOUD TAV !!

    NER TAMID Le Cohen allumait le Mnora tous les soirs et elle restait allume jusquau matin. Pourtant le texte appelle cela une bougie ternelle ! La bougie est compare a ltude de la Thora (NER MITSVA VETHORA OR la bougie de la Mitsva est la lumire de la Thora). Cela signifie que ltude de la Thora, mme si elle est limite dans le temps, doit avoir un effet sur la personne durant toute la journe (TAMID). A propos des bougies, il est dit que le Cohen devait lallumer jusqu ce quelle montait delle-mme. Cela signifie que le Cohen approchait le feu mais que la bougie sallumait delle-mme. Il en va ainsi de la flamme prsente dans le cur de chaque Juif, il nest pas ncessaire de se fatiguer pour lallumer, car cette tincelle ne steint jamais entirement; il suffit donc de dvoiler pour quelle se remette a briller dans toute sa splendeur.

    HOCHENE MICHPATE Les lettres du mot HOCHENE sont les mmes que celles qui composent le mot NAHACH . NAHACH signifie se servir de forces impures afin de dcouvrir des choses inconnues. Par contre, HOCHENE signifie se servir des forces de la Kedoucha afin de dcouvrir ces mmes choses.

    Rsum de la Parachat Ttsav * Toujours sur le Sina, D ordonne Moch, avec la mme minutie que dans la Paracha prcdente, de transmettre aux enfants dIsral de prparer de lhuile dolive pure afin que la Mnora soit perptuellement allume. * Hachem lui dtaille ensuite la confection des habits sacerdotaux ceux du Cohen Gadol, Aaron, et ceux de ses fils les cohanim. * Hachem lui prescrit aussi la liturgie pour linitiation des Cohanim, linauguration du sanctuaire et loffrande perptuelle de deux moutons quotidiens. * Hachem lui dcrit enfin lautel dor, sur lequel sera offert lencens.

    Ttsav Le nom de la Paracha Ttsav signifie Tu ordonneras et a la mme racine que le mot Mitsva . Mais la racine du mot Mitsva est Tsavta qui signifie un lien, une attache. Car le but premier des Mitsvot est de sattacher Hachem. Chaque Mitsva est un fil qui, ensemble, constitue une corde paisse nous reliant Hachem. Cest pour cette raison que lors de laccomplissement dune Mitsva, on rcite une bndiction commenant par les mots Qui nous a sanctifi par ses commandements . Le terme Sanctifi ( KIDECHANOU) est le mme que le terme employ lorsquun homme pouse une femme ARE ATE MEKOUDECHETE LI la femme lui est sanctifie, rserve, ils sont unis. Cest par la Mitsva que le Juif sunit Hachem.

    7 Adar Ce jour marque la date anniversaire de la naissance et du dpart de ce monde de Moch Rabbnou. Nul ne connait lendroit o est enterr Moch; une des raisons est que chaque Juif possde une tincelle de lme de Moch Rabbnou ! On raconte quun jour, un roi voulut dterminer lendroit exact o Moch est enterr. Il envoya une troupe dhommes, qui se rendirent au pied de la montagne OR AHAR . L, ils virent le cercueil de Moch au sommet de la montagne. Ils montrent donc et l, ils le virent au pied de la montagne. Ils se sparrent donc en deux groupes. Ceux qui taient en bas le virent en haut et ceux qui taient en haut le virent en bas !!!

    Ttsav Dans notre Paracha, le nom de Moch Rabbnou napparait pas une seule fois, et cela nest le cas que pour notre Paracha. Une des raisons est que cette Paracha est toujours lue dans la semaine o tombe le 7 Adar, le jour du dpart de ce monde de Moch Rabbnou. Cest par allusion ce dpart que son nom napparait pas.

    DFOUS PEER Tous travaux dimprimerie

    Flyers, carte de visites, calendriers Cartes dInvitation ..

    Rehov Elie Cohen 08.67.35.248 LEILOUY NICHMAT LIZA BAT FANNY

  • En temps normal, jaurais hauss les paules et jaurais repris ma qute dventuels clients pour mes Tfilin. Mais javais pris une bonne dcision et jtais rsolu surmonter tous les obstacles. Je me forai sourire, me persuadai que cet homme lair redoutable tait mon meilleur ami, rapprochai mes Tfilin de lui, pris sa main, la levai avec prcaution (une main de catcheur) et, lentement, je me mis enrouler les lanires autour de son bras.

    Puisquil nopposait aucune rsistance, je menhardis et procdai un peu plus vite jusqu ce quil prenne le relais de lui-mme: il pronona la bndiction - quil connaissait donc - ; je lui tendis une page plastifie portant le texte du Chema Isral et le laissai prier seul. Je fis un tour vers larrire de lappareil pour un instant afin de le laisser seul avec ses rflexions et, quand je revins vers lui, je laidai enlever les Tfilin ; cest alors quil me dit calmement : Nous parlerons ensemble tout lheure. De lautre ct du couloir se trouvait un jeune homme, trs souriant: A mon tour ! sexclama-t-il sans que je lui demande quoi que ce soit. Cest formidable, continua-t-il. La dernire fois que jai mis les Tfilin, ctait lors de ma Bar Mitsva !

    Une fois quil eut termin, un homme plus g admit que cela faisait bien cinquante ans quil navait plus mis les Tfilin (son pouse narrtait pas de le corriger : Cinquante ? Dis plutt soixante !) Il me remercia chaleureusement puis je remarquai que le boxeur me faisait signe quil dsirait me parler. Quand je mapprochai, je remarquai quil se frottait constamment lil avec sa main de fait il pleurait ! Vous devez mexcuser si je pleure, murmura-t-il tout en me serrant la main. Mais quand je vois combien vous vous souciez du bien dautrui au lieu de ne vous occuper que de vous-mme Et, de plus, vous le faites avec une telle joie, un tel enthousiasme ! Cela me force rflchir et me poser des questions sur le sens de ma vie Il se moucha plusieurs fois puis continua : Au fait, vous savez a y est ! Cest dcid ! Je vais macheter une nouvelle paire de Tfilin et je vais les mettre rgulirement ! Je le faisais il y a dix ou vingt ans mais jai arrt Oh oui, je vais les acheter ds que jarrive en Isral !

    Il me serra chaleureusement la main et je continuai ma tourne pour mettre encore les Tfilin quatre autres personnes. Et dire que si je navais pas pris la dcision de ne pas tre normal, de ne pas me laisser entraner par lapathie, cela aurait t un voyage normal qui ne maurait donn aucune satisfaction

    Le rcit de la semaine

    Un voyage pas comme les autres !

    Cela fait vingt ans que je voyage de par le monde. Et, avec laide de D., jutilise chacun des vols de ou vers Tel Aviv, pour proposer aux autres passagers de mettre mes Tfilin : cela ne leur prend que quelques minutes et il se trouve toujours certains dentre eux qui acceptent ; souvent je plie et dplie mes Tfilin jusqu trente fois ! Mais la semaine dernire, alors que je me rendais Johannesburg (Afrique du sud), je ne pensais vraiment pas demander quoi que ce soit qui que ce soit. La raison ? Tout simplement parce que la dernire fois que javais effectu ce trajet aussi bien laller quau retour tous les passagers que javais abords mavaient affirm quils ntaient pas juifs ! Cela avait t une exprience si frustrante que javais dcid que cette fois-ci, je serai normal, comme les autres et que je ne moccuperai que de moi-mme. Aprs tout,