Vayakel 5775 ! page 1
Vayakel 5775 ! page 2
Vayakel 5775 ! page 3
Vayakel 5775 ! page 4

Vayakel 5775 !

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Chabath Chalom

Text of Vayakel 5775 !

  • Ralis par Yaacov Berrebi 054.700.73.67 https://www.facebook.com/groups/LeHaim.VeLivraha/

    Les mres juives ! Mme Bendavid appelle Air France :

    - A quelle heure, il arrive lavion de mon fils ?

    Lhabitude est de rajouter

    de la joie des que le mois dAdar arrive.

    Mais le Rabbi explique que cet ajout doit se prolonger

    tout au long du mois.

    La joie doit augmenter tout le mois. Ainsi, chaque jour doit tre plus

    joyeux que la veille.

    Ne dites rien !!! La pauvret de Rabbi DovBer, le Maguid de Mzeritch, tait lgendaire. Les repas, quand il y en avait, consistaient en une crote de pain ; Le mobilier dans son taudis tait un assortiment de planches et de souches darbres. Un jour ses disciples lui demandrent : Rabbi, pourquoi devez-vous endurer ces conditions abjectes, tandis que d'autres, beaucoup moins mritants que vous, jouissent des bndictions du monde de D.ieu ? Rabbi DovBer rpondit avec une histoire : Il arriva quun homme riche marie sa fille. Le pre de la marie tait un homme gnreux et charitable et il voulut partager sa joie avec les malheureux. Il fit ainsi afficher des avis dans toutes les synagogues et les hospices du voisinage invitant tous les mendiants et autres vagabonds prendre part au festin du mariage. Ce fut enfin le jour de la noce. Des centaines de mendiants prirent place autour des tables charges de la nourriture la plus savoureuse que lon puisse trouver. Cest alors quun drame survint. La marie tomba soudainement malade. Les plus grands mdecins furent amens son chevet, mais en vain. La marie mourut, et la noce fut change en deuil. Les mendiants taient diviss en deux camps. Un groupe dclara : La nourriture est sur la table. Qui sait quand, si jamais, une telle opportunit de remplir nos estomacs se reprsentera ? Notre hte ne voudrait certainement pas que toute cette dlicieuse nourriture soit jete. Si nous demeurons affams, cela soulagera-t-il sa douleur ? Le deuxime groupe de mendiants, cependant, ne voulait pas toucher la nourriture qui se trouvait devant eux. Comment pourrions-nous manger et boire, scrirent-ils, quand celui qui a procur tout cela est en pleurs ? Comment pourrions-nous profiter d'une fte dont le but et la cause ont t transforms en malheur ? Le monde est une noce, conclut Rabbi DovBer, cr pour l'union de D.ieu avec son pouse, Isral. Mais le mariage fut perturb, la maison-nuptiale le Saint-Temple fut dtruite. Oui, le festin est l, mais son me est dvaste. Celui qui la procur est en deuil. Il y a ceux qui nont pas de difficult profiter du festin comme ils le peuvent. Moi, cependant, jappartiens au second groupe de mendiants. Je ne peux me rsoudre profiter des restes de ce mariage avort...

    Chabat Vayakel 23 Adar / 14 Mars 2015

    Hodech Adar

    Entre: Sortie: New-York: 6:42pm 7:42pm Paris: 18:34 19:41 Tel-Aviv: 17:17 18:25

    1

  • Six jours tu travailleras Lorsque le texte parle du Chabbath, il y a plusieurs choses detonnantes; La premiere, pourquoi parler des six jours de travail alors quil sagit en realite de Chabbath ?? Ensuite, le texte ne dit pas TAASE MELAHA (tu feras un travail) mais TEASSE MELAHA (le travail sera fait). De plus, que signifie CHABBATH CHABBATHONE ??? En fait, tout est lie. Car une personne qui travaille toute la semaine dans un etat desprit que cest lui qui fait tout, que tout lui incombe, cette personne se tuera au travail, et son travail durant les six jours sera un reel travail, epuisant, physiquement ou moralement (ou les deux). Mais sil va a son travail avec a lesprit que tout est entre les mains dHachem, que, peum importe ce que nous ferons, le resultat sera le meme, il na aucune raison de se prendre la tete au travail. De cette manire, son travail sera effectue par les autres comme lenseigne nos sages. Et cest uniquement dans ce cas quil lui sera possible de faire Chabbath. Car une personne qui pense que tout ne depend que de lui, et qui cherche sans arret comment optimiser son entrprise, comment pourra-t-il sarreter dy penser quand Chabbath rentre ??!!! Seul celui qui travail en sachant que cest Hachem qui est la source de la reussite, son travail noccupera pas son esprit a ce point la, et il pourra sarreter dy penser durant tout le Chabbath. Dans ce cas, toute sa semaine aura un niveau de Chabbath (puisquil travail sans y mettre toute sa tete) et si la semaine correspond au Chabbath, le Chabbath devient Chabbath Chabbathone !

    Rsum de la Parachat Vayakel * Moch rassemble le peuple au lendemain de Yom-Kippour. * Il leur enseigne les lois du Chabbath * Moche transmet lordre de construire le Michkan. * Moche explique de quelle manire cela devait se faire. * Le peuple rpond prsent et ils apportent a Moche bien plus que ce quil na besoin. * Moche est contraint de demander au peuple de cesser dapporter des offrandes car il y a tout ce qui est ncessaire. * Hachem nomme Betsalel de la tribu de Yehouda et Aoliav de la tribu de Dan afin de diriger les diffrents travaux. Vayakel Moche

    Au debut de notre Paracha, Moche rassemble le peuple. Rachi nous dit quil sagit du lendemain de Yom-Kippour. En effet, le jour de Yom-Kippour, le peuple est venu de lui-meme a la rencontre de Moche pour entendre quHachem les avait pardonne de la faute du veau dor. Ce netait donc pas la peine de les rassembler ! Si Moche a eut besoin de les runir, cest parce qu'ils ntaient pas prsents.

    Vayakel Moche La preparation dune Mitsva doit etre identique a lobjectif de cette meme Mitsva. Puisque lobjectif et le but du Michkan tait de faire resider lunite au sein du peuple, il est logique que la preparation a la construction du Michkan soit elle aussi lunion du peuple. Cest pourquoi avant de parler au peuple a propos du Michkan, Moche a ressenti la necessite de reunir le peupel. En quoi le Michkan est il lie a lunite ??? Avant la construction du Michkan, chaque personne qui souhaitait offrir un sacrifice le faisait la ou il le souhaitait. Mais a partir du moment ou le Michkan a t construit, il devient interdit doffrir un sacrifice en dehors du Michkan. Tous les sacrifices sont donc centralises dans le Michkan ! Mais cette unite est en quelque sorte le rsultat de la faute du veau dor; Car avant la faute, un sacrifice pouvait se faire avec une personne seule alors quapres la faute, il est indispensable davoir tous les Bne-Israel ensemble (Le Michkan) pour pouvoir apporter ce sacrifice. Moche rassemble les Bne-Israel et leur dit: Voyez ce quHachem nous ordonne de faire . Car ce quHachem desire a travers la Thora et les Mitsvot, cest lunite au sein du peuple. Cest pourquoi Moche sexprime en disant: Voici ce quHachem nous ordonne de faire; car quand il sagit de letude de la Thora, chaucun la comprend a son niveau, alors que pour es Mitsvot, nous sommes tous egaux ! Cette unite est donc propre aux Mitsvot mais pas pour letude de la Thora ou chacun comprend differemment selon son niveau de connaissances et ses capacites intellectuelles.

    CHABAT ET GUERISON Un homme se rendit chez son Rav et lui demanda une bndiction pour sa fille qui est gravement malade. Le Rav linterroge sur son observance du Chabbath et la, il trouve plusieurs domaine a amliorer . Il propose a la personne de prendre des cours sur les lois du Chabbath en lui garantissant une gurison rapide a sa fille. Lhomme obit et effectivement, il apprend que plusieurs choses netaient pas conformes au lois du Chabbath. Pas longtemps aprs, sa fille gurit et il vient remercier le Tsadik. Je nai rien fait du tout, il est marque clairement: Chabbath hi milizok ourefoua kerova lavo! que lon peut traduire par (lorsque Chabbath arrte de crier (a cause de sa profanation) la gurison arrivera rapidement) !! 2

  • Lhomme et la femme mcoutaient attentivement, comme sils taient instantanment nourris par mes paroles. Je leur dis qu Pessah, nous nous librons de notre gypte personnelle, de nos limites car D ne pose pas sur nos paules plus que ce que nous pouvons supporter. Une fois que vous savez cela et que vous y croyez, vous tes dj libr. Nous avons chant avec les enfants.

    A une heure du matin, la femme mit les fillettes au lit et il tait temps pour moi de partir. Mais je demandais encore lhomme do il connaissait le Rabbi. Le fait est quil tait tanneur et avait connu un rabbin labattoir o il travaillait. Comme depuis quelques mois sa femme tait enceinte, il avait demand au rabbin comment agir: ils taient porteurs de gnes qui avaient fait que leurs deux premiers enfants taient ns aveugles et le mdecin suggrait de ne pas mettre au monde ce troisime enfant. Lhomme tait trs triste et ne savait que faire. Le rabbin lui avait conseill dcrire au Rabbi de Loubavitch. Le Rabbi lui avait rpondu par lettre quils devaient avoir confiance en D. et laisser lenfant natre normalement. Alors que je mapprtais partir, lhomme me dit : Vous savez, ma femme et moi-mme ntions pas trs convaincus. Comment peut-on avoir confiance en D. ? Comment pouvons-nous oublier ce qui nous est arriv et esprer ? Nous ne pensions pas que ctait possible mais ce soir, en vous entendant parler de foi en D. et comment D. donne la force de surmonter les preuves pour sortir de notre gypte personnelle, nous comprenons mieux. Leur fils naquit : il voyait parfaitement bien.

    Par la suite, je perdis le contact avec cette famille. Mais des annes plus tard, jappris que les filles staient maries et avaient chacune plusieurs enfants qui voyaient parfaitement. Dcrire combien le Rabbi aimait des centaines de milliers de Juifs et de non-Juifs dans le monde entier serait impossible. Le mieux que je pouvais faire tait de dcrire cette pauvre famille du Bronx. Et comment le Rabbi leur avait fait livrer la maison la confiance en D.ieu personnifie par ces Matsot. En 1966, le Rabbi de Loubavitch no